Les indulgences de Mulcair

Thomas Mulcair a réitéré les excuses qu'il avait... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Thomas Mulcair a réitéré les excuses qu'il avait présentées il y a 20 ans.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Voilà qu'un candidat libéral de Terre-Neuve est remonté jusqu'à très loin dans le passé de Thomas Mulcair pour déterrer le fait que le chef néo-démocrate a déjà fait une blague... sur les Newfies.

Oui, monsieur. Scandale.

L'affaire remonte à 1996. Thomas Mulcair siégeait alors comme député libéral au Québec, et lors d'un échange musclé à l'Assemblée nationale, il a comparé les péquistes à des habitants de Terre-Neuve. «C'est vrai que c'est newfie pas mal votre affaire», a-t-il lancé à un député du Parti québécois.

On s'entend, ce ne sont pas là des propos dignes d'un parlementaire. Mais comparé à tout ce qui se dit et s'écrit dans le monde politique, il n'y pas là matière à s'offusquer très longtemps... Et que celui qui n'a jamais raconté une blague de Newfie lui lance la première pierre!

Je ne connais pas ce candidat libéral dans St. John's Est, Nick Whalen.

Mais quand tu es rendu à fouiller jusqu'à 20 ans en arrière dans les archives de l'Assemblée nationale pour trouver matière à t'indigner contre un adversaire politique, et que tu ne trouves rien de mieux qu'une blague de Newfie lancée dans le feu de l'action, je pense que c'est un peu, beaucoup, parce que tu lui cherches des poux.

Si M. Whalen espérait déstabiliser Mulcair lors de son passage à Terre-Neuve ce week-end, il en sera resté pour ses frais. Le chef néo-démocrate a tout simplement réitéré les excuses qu'il avait déjà présentées il y a 20 ans. Et M. Whalen a bien été obligé de les accepter.

"*

L'affaire est donc risible.

Mais elle pose une bonne question.

Jusqu'à quand est-il légitime de fouiller le passé d'un candidat à la recherche de ce fameux squelette dans le placard?

Il n'y a pas de réponse définitive à cette question. Tout dépend de la nature du squelette. Et de tout ce qu'il nous apprend sur le sens du jugement, les convictions, les valeurs, la cohérence et la personnalité d'un candidat.

Jusque dans une certaine mesure, les électeurs sont capables d'accepter des écarts de conduite et des contradictions dans le parcours d'un politicien. Chaque candidat a droit à sa part d'indulgences - pourvu qu'il donne l'impression d'apprendre de ses erreurs et de s'amender.

Quand André Boisclair a dû se défendre de sa consommation passée de cocaïne, en 2005, alors qu'il briguait la direction du Parti québécois, il a plaidé qu'on ne pouvait lui tenir rigueur de ses erreurs de jeunesse. Pour lui, rien ne justifiait que son désir de servir soit «obscurci» par des histoires du passé. «Je ne proviens pas d'une machine à fabriquer des premiers ministres», disait-il. Et les militants du PQ l'ont élu chef.

Dans le cas de M. Mulcair, il n'est pas question de consommation passée de drogue ou d'alcool. C'est plutôt le parcours du chef néo-démocrate et, partant, la force et la sincérité de ses convictions politiques qui sont régulièrement remises en question.

À en juger par son parcours atypique, M. Mulcair ne provient pas lui non plus d'une machine à fabriquer des premiers ministres.

S'il avait su qu'il deviendrait un jour chef de la gauche canadienne, pas sûr qu'il aurait professé son admiration à l'endroit de Margaret Thatcher et de ses politiques de droite en 2001 - des propos qui l'ont rattrapé au cours de la présence campagne.

Dans une autre tentative de semer le doute sur la pureté idéologique de M. Mulcair, d'ex-collègues l'accusent d'avoir favorisé la privatisation du parc du Mont-Orford, alors qu'il était ministre de l'Environnement sous Jean Charest. Mulcair nie tout et, faute de preuve formelle, ce sera sans doute sa parole contre celle des anciens ministres Pierre Reid et Monique Gagnon-Tremblay.

Les électeurs auront le dernier mot. Jusqu'ici, le chef du NPD semble disposer d'une bonne réserve d'indulgences.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer