La grande illusion du nouveau pont

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le candidat libéral dans Gatineau, Steve MacKinnon, patauge dans l'électoralisme pur et simple en ramenant cette idée d'un pont interprovincial sur l'île Kettle.

C'est devenu une tradition de promettre un nouveau pont interprovincial lors d'une élection fédérale en Outaouais. Presque tous les partis l'ont fait un jour ou l'autre.

Le contexte pour le faire est toutefois différent cette fois-ci. La région d'Ottawa-Gatineau émerge à peine, plus meurtrie que jamais, d'un autre coûteux et stérile débat sur la question du nouveau pont.

Pendant des années, on a mené à grands frais, et à grands coups de consultations publiques, une étude pour déterminer le plus objectivement possible le corridor idéal d'un sixième pont.

On s'est fendu en quatre pour mesurer, le plus scientifiquement possible, les impacts liés aux différents corridors que ce soit sur la population, la santé publique, l'environnement ou le transport en commun.

Et quand à la fin de ce processus, les experts sont arrivés à la conclusion qu'il faut faire passer le pont par l'île Kettle, que s'est-il passé?

Les élus de l'Ontario se sont braqués parce qu'ils ne veulent pas d'un pont qui atterrit à sur la promenade de l'Aviation. Du coup, l'Ontario a retiré ses billes, mettant ainsi fin à la grande illusion.

On a réalisé que toute cette vaste étude n'avait servi qu'à masquer un temps le vieux dialogue de sourds qui perdure entre l'Ontario et le Québec sur la question du nouveau lien interprovincial.

Quant à la population, elle est ressortie de ce psychodrame encore plus désabusée qu'avant... si la chose est possible.

***

Or moins de deux ans après ce triste chapitre, que fait Steve MacKinnon? Il monte aux barricades comme si de rien n'était.

Le voilà qui parle de développer un «consensus régional» autour de l'emplacement du futur pont, à prôner la nécessité de faire un choix sur une base scientifique...

À moins d'avoir quelque chose de fondamentalement nouveau à proposer pour dénouer l'impasse, je ne vois pas pourquoi M. MacKinnon ramène si tôt la question du pont sur le tapis.

La poussière du débat précédent n'est pas encore retombée. Et aux dernières nouvelles, même son collègue libéral dans Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, reste fermement opposé à l'idée d'un pont sur l'île Kettle.

Alors que cherche à faire M. MacKinnon sinon à marquer des points faciles auprès des nombreux électeurs de sa circonscription coincés matin et soir sur les ponts interprovinciaux?

La plate vérité, c'est qu'il a toujours été impossible de dégager un consensus parmi les élus locaux.

Et tant qu'il n'y aura pas une instance capable, à la toute fin, soit de trancher le débat, soit de ficeler un consensus final, on parlera pour ne rien dire.

Si un candidat veut ramener l'idée du pont, qu'il propose également une solution pour dénouer l'impasse qui perdure entre les élus des deux provinces. Questionné là-dessus, M. MacKinnon n'avait rien de neuf à proposer.

Et puis, a-t-on vraiment besoin d'un sixième pont interprovincial sur l'Outaouais? Cette question-là aussi, elle se pose plus que jamais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer