J'ai voté trop tôt

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'étais à peine sorti de l'isoloir que je regrettais déjà d'avoir voté si tôt au fédéral.

Parce que je suis allé voter jeudi même si l'élection n'est que le 19 octobre, même s'il reste encore 60 jours à cette trop longue campagne électorale.

Jusqu'à mercredi, j'ignorais que, depuis 1993, les électeurs peuvent exercer leur droit de vote dès le déclenchement des élections - et donc pas seulement durant le vote par anticipation.

C'est un collègue de travail qui nous est arrivé avec cette révélation. «Les gars, j'ai voté au fédéral aujourd'hui!» a-t-il clamé tout fier.

Il n'a pas voulu nous dire pour qui.

Mais il a précisé qu'il avait dû inscrire à la main le nom du candidat sur un bulletin de vote vierge. «Quoi? Un bulletin vierge avec pas de noms et pas de petites cases à noircir?»

C'est ça, a dit le collègue.

Il a ajouté que son bulletin de vote, une fois rempli, s'est retrouvé dans une enveloppe avec son nom dessus.

«Une enveloppe avec ton nom dessus? C'est pas censé être secret, le vote?»

Là-dessus, je vous rassure. J'ai vérifié et le nom sur l'enveloppe, c'est pour éviter que des électeurs votent deux fois. Au bout du compte, on s'assure que les bulletins restent anonymes.

N'empêche, j'ai voulu en avoir le coeur net. C'est ainsi que je me suis retrouvé jeudi matin au bureau de vote le plus près de chez moi.

Le mien s'est installé dans le local d'un ancien piscinier. Vous dire l'étrange spectacle d'une publicité de piscine côtoyant une affiche d'Élections Canada...

Il n'y avait personne à la réception. Une dame a émergé de son cubicule au son de la discrète sonnerie de la porte d'entrée.

«On peut vous aider, monsieur?»

- C'est possible de voter?

- Bien sûr, monsieur. Asseyez-vous, je vais chercher la responsable.

Une dame souriante est arrivée. Elle avait l'air ravie de me voir. Mais alors, vraiment ravie.

- Quoi, madame, je suis votre premier client?

J'ignore pourquoi j'ai dit client au lieu d'électeur, cette publicité de piscine avait dû me corrompre l'esprit...

Son sourire s'est élargi: «Mais non, vous n'êtes pas le premier, j'en ai eu quelques autres. Allez, venez, je vais m'occuper de vous.»

Elle s'est occupée de moi. Un service personnalisé, oserais-je dire. Rien à voir avec le vote du jour d'élection. Pas de file. Pas d'attente.

Que c'est beau, la démocratie.

***

Je suis entré à la suite de la dame dans un cubicule avec un grand bureau couvert de piles de formulaires, et un isoloir dans le coin.

J'ai dû présenter une carte d'identité et signer un formulaire m'engageant à ne pas voter deux fois à l'élection.

Puis elle m'a présenté un bulletin de vote.

Vierge, comme l'avait dit mon collègue.

J'ai joué l'innocent.

- Quoi, y'a pas le nom des candidats, ni celui des partis politiques?

- À un stade aussi précoce de la campagne, a-t-elle expliqué, le nom des candidats ne figure pas sur les bulletins de vote parce qu'ils ne sont pas encore enregistrés officiellement.

- Ah bon.

- Vous inscrivez le nom du candidat ou ses initiales, a-t-elle ajouté.

J'ai pris mon bulletin de vote et je suis allé dans l'isoloir. Et là, devant mon bulletin... j'ai figé.

Tout à ma mission de chevalier de l'information, j'avais oublié l'essentiel.

Pour qui je vote, au juste?

Parce que c'est là toute l'absurdité du vote hâtif.

À quoi bon une campagne électorale de 80 jours si on peut voter dès le déclenchement des élections?

À quoi bon les débats des chefs, ces tournées des candidats à travers le pays, ces innombrables conférences de presse, ces meetings partisans?

Pourquoi lancer le vote si tôt alors que dans bien des circonscriptions, y compris la mienne, les partis n'ont pas tous un candidat?

Si le vote hâtif sert à stimuler la participation aux élections, c'est au prix de discréditer la pertinence d'une campagne électorale.

J'étais dans l'isoloir et mon choix n'était pas arrêté. J'aurais dû renoncer, mais allez savoir pourquoi, j'ai fini par rédiger quelque chose à la main sur mon bulletin vierge.

Je suis ressorti du bureau de vote vaguement déprimé, avec l'impression que je quittais le stade avant même le début de la partie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer