Moins cher... et à vos risques

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'ai fait un test jeudi matin. Uber contre Blue Line. Le taxi clandestin contre le taxi licencié. Qui a gagné? Uber, à plates coutures. Plus vite, plus efficace et deux fois moins cher qu'un taxi traditionnel. Plus risqué, par contre...

Le test consistait en une course aller-retour entre le bureau du Droit et la Place TD. Un trajet de 4,5 km à l'intérieur du centre-ville d'Ottawa. Avec Uber comme transporteur à l'aller et Blue Line au retour.

Un petit test sans prétention, on s'entend. Mais quand même assez probant pour comprendre pourquoi Uber fait trembler l'industrie du taxi à Ottawa et ailleurs.

Avec Uber, ça a été simple, vite et pas cher.

Il s'est écoulé moins de deux minutes entre le moment où j'ai commandé une voiture sur l'application Uber et l'arrivée du chauffeur.

J'ai dû dévaler en courant l'escalier roulant du Droit pour attraper le chauffeur que je voyais approcher en temps réel sur mon téléphone intelligent.

Il m'attendait en bas, dans une Toyota grise stationnée illégalement sur la rue Clarence. «Vous êtes vite! J'ai été chanceux ou quoi?» me suis-je exclamé en m'engouffrant dans la voiture.

Le gars au volant - un dénommé Endale, d'après l'application Uber - a souri, fier de son coup. Il était en maraude à deux coins de rue du Droit.

«Il y a toujours des clients dans ce secteur du centre-ville», a-t-il expliqué en embrayant aussitôt en direction de la Place TD.

***

Endale était d'humeur loquace.

Voilà déjà quelque temps qu'il fait du taxi pour Uber. Il fait ses propres horaires, ce qui lui permet d'avoir plusieurs boulots en même temps. Et d'empocher, selon ses dires, quelques centaines de dollars par semaine. «Dès que j'embarque dans ma voiture, j'allume l'application Uber. Tout d'un coup que quelqu'un irait dans la même direction que moi», raconte-t-il.

C'était là, paraît-il, la toute première vocation de Uber. Favoriser le covoiturage, amener les gens à voyager ensemble pour réduire le trafic.

Mais dans les faits, l'arrivée de Uber provoque presque partout l'émergence d'un marché noir qui concurrence illégalement l'industrie traditionnelle du taxi, soumise à une stricte réglementation...

Qu'est-ce que tu penses de tout ça, Endale? T'as la vie belle. Pas de licence de taxis, pas de taxes à payer, et tu récoltes 80% du prix de chaque course...

«Oui, mais c'est moi qui paye la voiture, moi qui paye pour l'essence», se rebiffe-t-il.

Et les assurances, Endale?

Si on a un accident là, tout de suite, est-ce qu'on est couverts? «Je ne suis pas sûr de comprendre toutes ces affaires d'assurances», a éludé Endale, tout en manoeuvrant dans le trafic.

T'es pas sûr de comprendre? Je t'explique, Endale. D'après le Bureau d'assurances du Canada, on embarque avec Uber à nos propres risques. Alors garde les yeux sur la route.

On est arrivé à la Place TD.

Durée du trajet: 10 minutes. Prix: 8,39 $.

Je n'ai pas eu à sortir mon portefeuille. La transaction se fait par carte de crédit préenregistrée.

Avant de quitter, Endale m'a remis un bon rabais de 20% pour ma prochaine course avec Uber.

***

Coup de chance à la Place TD. Un taxi de Blue Line était en maraude. J'ai hélé le chauffeur.

Autant Endale était d'humeur jasante, autant le gars de Blue Line avait la mine sombre. Il a pris le chemin du retour, empruntant une petite rue où, malheur, il y avait des travaux de construction...

Mon chauffeur n'avait pas de GPS et n'était pas trop sûr de notre destination.

- La rue Clarence, vous dites?

- Oui, dans le marché By...

- Ah oui, le marché...

Alors que le chauffeur ne disait toujours rien, je me suis penché entre les deux sièges: «Alors Uber, ça vous rentre dedans?»

Il a grimacé dans le miroir. «Oui, c'est dur. Le taxi, ce n'est plus ce que c'était», a-t-il fait, avant de s'emmurer dans le silence.

Durée du trajet: 15 minutes. Prix: 15,35 $, avant pourboire. Dont 1,50 $ de frais pour le paiement par carte de crédit.

Presque deux fois plus cher qu'Uber.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer