Un papa qui fait de son mieux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il s'appelle Tristan, il n'a que quatre ans. Et cette semaine, il a fugué de son école à Ottawa.

Sa classe se préparait à aller se baigner au parc. Il y avait beaucoup d'agitation dans l'école. Tristan n'aime pas quand ça brasse. Ça lui donne le goût de s'enfuir en courant.

L'éducatrice pensait que Tristan était avec la prof, la prof pensait qu'il était avec l'éducatrice... Bref, le petit a profité d'un moment d'inattention pour s'éclipser.

Ce n'était pas la première fois que Tristan se faufilait à l'extérieur de l'école. Cet hiver, il est sorti par -30, sans son manteau. Il a eu le temps de traverser la rue avant qu'on le rattrape. Par chance, il ne s'est pas fait frapper.

Lundi dernier, Tristan a pris la direction du parc. C'est une passante qui l'a aperçu marchant seul. Elle a téléphoné à la police qui a ramené Tristan à l'école, 15 ou 20 minutes plus tard.

Sain et sauf.

•••

N'empêche, son père Michel Fournier était encore sous le choc la première fois que je lui ai parlé cette semaine. Déterminé à déballer toute l'histoire à un journaliste.

«Depuis le début de l'année, Tristan est sur la liste des élèves à haut risque de s'échapper... Et voilà que ça arrive, dans la dernière semaine d'école. C'est inacceptable», rageait-il au bout du fil, la voix vibrante d'angoisse.

Tristan qui est... autiste.

Pas un cas sévère. Le plus préoccupant dans son cas, c'est son inconscience du danger ET sa tendance à fuguer, autant à la maison qu'à l'école. Un mélange explosif qui inquiète au plus haut point ses parents.

Depuis le début de l'année, Michel tente de convaincre le conseil scolaire d'affecter une éducatrice spécialisée à temps plein à Tristan. Peine perdue. «On a fait trois fois la demande, mais on nous dit que c'est impossible pour des raisons budgétaires», raconte Michel.

Après la fugue de lundi, Michel a pété les plombs. Écoeuré que rien ne se fasse pour arranger les choses. À bout de nerf à force de craindre le pire. Prêt à remuer ciel et terre pour assurer la sécurité de son fils.

•••

Le matin de l'entrevue, Michel m'a rappelé, radouci. La veille, le conseil scolaire lui a promis d'accéder à sa demande. À compter de l'an prochain, Tristan aurait une éducatrice à temps plein pour l'accompagner.

Dans les circonstances, Michel n'était plus sûr de vouloir se confier à un journaliste. «Je ne voudrais pas que la direction ou le conseil scolaire se sente pointé du doigt. On a réussi à bâtir des ponts, je ne voudrais pas tout gâcher, même s'il n'y a rien de personnel dans mes démarches. Si je me bats, c'est pour obtenir de l'aide pour mon fils, pour assurer sa sécurité.»

Je l'ai quand même convaincu d'aller prendre un café.

Il m'a raconté des pans de sa vie. Ce que c'est, à 36 ans, d'être le père d'un enfant autiste alors que lui-même effectue un retour aux études et que sa femme enseigne à contrat.

Il m'a parlé de la première année difficile de Tristan à l'école. Trois profs différents, les fugues, les nuits blanches quand le petit refusait de dormir, recroquevillé sur ses parents...

Il m'a raconté les rendez-vous qui se succèdent à un rythme fou chez l'ergo, l'ortho, le psy...

Il m'a dit l'énergie qu'il faut à se faire sans cesse l'avocat de Tristan pour s'assurer de lui obtenir le plus de services possible.

Il m'a raconté le désespoir, la fois où il a pleuré à chaudes larmes dans le bureau du directeur.

Surtout, il m'a parlé de Tristan avec tellement d'amour. De cette manière bien à lui de faire un casse-tête, en observant longuement les pièces une à une avant de les assembler.

«Ce n'est pas un autiste typique, pas le genre à s'enfermer dans sa bulle. Il sourit toujours et contrairement à la plupart des autistes, tu peux l'approcher, le caresser. C'est possible de travailler avec lui. Son cerveau fonctionne à toute vitesse. C'est pour cela qu'il est si sensible à ce qui l'entoure...»

J'ai rencontré un papa qui fait de son mieux. Ça tombe rudement bien, c'est la fête des Pères demain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer