S'accrocher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'école, ce n'était vraiment pas son truc à Hylaire.

S'il s'est accroché, c'est beaucoup grâce au lien de confiance qu'il a développé avec Alex, son ancien prof de maths et de français à l'école Grande-Rivière de Gatineau. «Je le considérais comme mon prof et un de mes meilleurs amis», a-t-il spécifié.

Si Hylaire a tant aimé Alex, ce n'est pas à cause de la matière. Non, ce qui branche Hylaire, c'est la musique. Et son prof lui parlait de musique. Et de plein d'autres choses. «Quand j'étais déconcentré en classe, il trouvait toujours une manière de me faire rire, de me ramener sur terre. Il s'arrangeait pour que je sois plus là, dans sa classe...»

Notez le choix des mots: «Plus là.»

Parce qu'on sent bien que Hylaire, avec sa grande gueule, son look rebelle et sa longue frange de cheveux noirs sur les yeux, ne sera jamais complètement «là» dans une classe. Mais voilà, au lieu d'aller grossir les rangs des décrocheurs déjà trop nombreux en Outaouais, Hylaire a persévéré. Dans son cas, ça tient à la connexion toute particulière avec son ex-prof.

«Alex connaît ma personnalité, mes difficultés scolaires, ma musique, mes passions, ce que je veux faire plus tard. Avec lui, je n'ai pas peur de m'exprimer et de dire ce qui me dérange, poursuit Hylaire. Il m'a fait rouvrir des portes que j'avais refermées. Maintenant, j'ai plus de choses que j'aime dans la vie.»

À 17 ans, Hylaire n'a pas décroché malgré ses difficultés. Il étudie au centre Mgr-Beaudoin, à l'éducation aux adultes. Et il a un but dans la vie: devenir DJ. Ou chef cuisinier.

***

Hylaire fait partie de cinq étudiants qui ont accepté de témoigner de leur cheminement «de persévérance scolaire» dans le cadre d'un projet piloté par le Carrefour Jeunesse Emploi, en collaboration avec des partenaires.

Le résultat a pris la forme de courtes capsules vidéo destinées à inspirer d'autres jeunes de la région. Le produit final est à la fois inspirant et émouvant.

Pour Amélie, 17 ans, ce fut sa prof d'histoire de secondaire II, devenue véritable coach de vie, qui lui a permis de retrouver sa motivation malgré des problèmes familiaux.

Tagaty, une immigrante sénégalaise, allait décrocher de l'école quand elle a eu une conversation déterminante avec son grand-père resté en Afrique.

À 28 ans, Christine Guénette est retournée sur les bancs d'école après en avoir bavé un coup dans la vie. Son but: donner un meilleur avenir à sa fille de sept ans. Trois ans plus tard, elle vient d'obtenir un diplôme en éducation spécialisée et un emploi au Cégep de l'Outaouais.

***

Toutes les capsules mettent l'accent sur un lien de confiance entre un décrocheur potentiel et un membre de son entourage.

Et ce n'est pas un hasard.

De récentes études démontrent qu'au-delà des activités parascolaires, c'est ce genre de lien privilégié qui est déterminant pour la persévérance scolaire. «L'acteur qui fait toute la différence, c'est le prof. La qualité du lien entre le prof et l'élève est de la plus haute importance», relate Santo Mazzoleni, agent de développement en persévérance scolaire chez CAPS Outaouais.

Pas pour rien que dans les écoles secondaires de Gatineau, on instaure de plus en plus des programmes de type «check and connect» qui mettent l'accent là-dessus. Il s'agit d'amener les enseignants à nouer des liens plus étroits avec l'élève et ses parents afin de maintenir son engagement scolaire.

Dans sa capsule, Karolanne dit avoir trouvé le salut grâce au personnel de sa classe spécialisée en déficience intellectuelle à la polyvalente de l'Érablière. Aujourd'hui, elle peut légitimement aspirer à se trouver un emploi dans une garderie ou chez Costco, m'a-t-elle confié.

Ben vous savez quoi?

Y'ont coupé des heures dans son ancienne classe.

Au moment où on réalise pleinement l'importance d'une relation de confiance prof-élève dans la lutte au décrochage scolaire, Québec charcute le système d'éducation à grands coups de compressions.

On sabre dans les classes spécialisées, l'orthopédagogie, l'adaptation scolaire, l'éducation spécialisée, l'insertion sociale...

Derrière la démarche inspirante des capsules, il y a un côté sombre.

Les capsules vidéos sont disponibles au www.facebook.com/jaccrocheparcequejaime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer