Maximus Marin

L'ombudsman de l'Ontario, André Marin... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

L'ombudsman de l'Ontario, André Marin

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'ombudsman de l'Ontario, André Marin, a quelque chose du gladiateur. Comme les combattants de l'Antiquité, il compte sur ses exploits dans l'arène pour conquérir le coeur du bon peuple... et ainsi mieux défier l'empereur.

Dans un monde qui se méfie des puissants, André Marin a très bien compris tout le profit qu'il pouvait tirer de son image de magistrat incorruptible, défenseur de la veuve et de l'orphelin et ultime rempart contre les abus du pouvoir.

Alors que l'importance de sa fonction devrait le cantonner à une saine retenue, il joue sans vergogne la carte du populisme.

Avide utilisateur de Twitter, André Marin s'est fait connaître pour ses fréquentes prises de bec avec des politiciens sur les médias sociaux.

Il a poussé le bouchon un peu plus loin, mercredi, en lançant de son compte Twitter un appel au public pour forcer la main du gouvernement de Kathleen Wynne qui tarde à lui octroyer un troisième mandat consécutif.

«Je ne veux pas précipiter les choses, mais après plus de 10 ans dans ce poste, on m'a dit que je serais reconduit temporairement pour quatre mois après la fin de mon mandat. Dans moins de 48 heures, vous n'avez plus d'ombudsman. C'est le temps de vous faire entendre. Malheureusement, nous en sommes rendus là. FAITES DU BRUIT SVP.»

Le chien de garde de la population de l'Ontario a ensuite passé plusieurs heures à partager des gazouillis de ses abonnés, la très grande majorité favorable à sa reconduction pour un troisième mandat.

Ne reculant devant rien, il a retweeté un gazouillis comparant l'Ontario à une «république de bananes» et un autre décrivant la première ministre Kathleen Wynne comme plus corrompue que la FIFA...

Cela m'a fait penser à la scène du film Gladiateur quand Maximus, après avoir massacré tous ses adversaires dans l'arène, crie à la foule en liesse: «Alors, est-ce que je vous ai assez diverti?»

Et l'empereur, constatant la ferveur populaire, de lever à contrecoeur le pouce vers le ciel pour gracier le gladiateur.

C'est peut-être ce que cherche à faire M. Marin en forçant la main d'un gouvernement qu'il a écorché plus souvent qu'à son tour au fil de ses rapports.

***

L'ennui, c'est que l'attitude racoleuse et populiste de la part d'André Marin - qui contraste avec la rigueur de ses rapports - discrédite l'ensemble de son oeuvre.

Il me semble qu'André Marin oublie que l'institution qu'il représente est plus importante que sa propre personne - aussi compétent et respecté soit-il.

Depuis sa nomination en 2005, M. Marin a réorganisé le bureau de l'ombudsman pour recentrer ses ressources sur des enquêtes de grande envergure relatives à des questions qui touchent des millions d'Ontariens.

Le résultat est probant. Rarement dans ma carrière de journaliste ai-je lu des rapports aussi percutants, fouillés et bien écrits que ceux d'André Marin.

Ils fourmillent d'exemples concrets et évitent la langue de bois. Son rapport dévastateur sur Hydro One, divulgué plus tôt cette semaine, est un modèle du genre et se lit presque comme un roman.

Si les enquêtes de M. Marin ont déclenché des réformes radicales en Ontario, c'est d'abord et avant tout grâce à la rigueur de son travail, à la patiente collecte de données qui fait qu'à la fin, les fautifs n'ont plus d'espace pour se défiler et doivent rendre des comptes.

La fonction de protecteur du citoyen existe pour maintenir l'équilibre parfois précaire entre les puissants d'une société et le peuple. C'est une fonction qui, de par sa nature, doit miser avant tout sur la raison, la réserve et la réflexion.

Avec ses coups de gueule et ses appels au public, M. Martin divertit la population. Mais il dessert la cause qu'il prétend servir en oubliant qu'il n'est pas tant l'avocat du peuple qu'un médiateur entre les services publics et le citoyen.

L'époque des gladiateurs est révolue...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer