Le chant des sirènes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Voilà que le chant des sirènes d'un partenariat avec le privé retentit de nouveau dans les parages du vieil aréna Guertin à Gatineau.

La dernière fois qu'on a parlé d'une alliance entre la Ville de Gatineau et l'entreprise privée dans ce dossier, c'était en 2009. Et ça s'était terminé par un naufrage.

Loin de moi l'idée de jouer les oiseaux de malheur. Mais on a vu lors des épisodes précédents de la saga Guertin que les choses ont tendance à se compliquer très vite dès que la Ville évoque la possibilité de s'allier avec le privé - sans passer par un appel d'offres.

Or, c'est maintenant clair, le maire Maxime Pedneaud-Jobin et une bonne partie du conseil municipal misent sur la proposition d'un mystérieux partenaire privé pour réaliser un centre multifonctionnel à moindre coût à Gatineau.

Pour l'instant, on ignore si c'est un partenariat public-privé de la même nature que celui de 2009.

Mais déjà, on perçoit ce partenaire comme un sauveur potentiel, en mesure d'offrir au conseil municipal une porte de sortie commode dans ce dossier qui n'en finit plus de finir.

Parce que de toute évidence, les élus ne semblent pas très enclins à aller de l'avant avec la seule autre véritable option sur la table, soit la construction d'un centre multifonctionnel de 74 millions entièrement aux frais des contribuables.

C'est trop cher, a dit le maire, qui préfère tout reprendre à zéro si la proposition du privé ne parvient pas à sauver la mise.

***

Maintenant, qu'en est-il de cette mystérieuse proposition?

Si les informations du Droit sont exactes, le partenaire privé n'est nul autre que le grand groupe de divertissement AEG, propriétaire des Kings de Los Angeles et du centre Staple.

Quebecor vient tout juste de s'associer à AEG pour coordonner l'aspect événementiel du nouveau Colisée à Québec. Est-ce que la Ville de Gatineau explore la possibilité d'importer chez elle le modèle de gestion mis en place dans la ville de Régis Labeaume? C'est bien possible.

En tout cas, si AEG s'intéresse réellement au marché de Gatineau, c'est une bonne nouvelle en soi. C'est signe que le géant américain du divertissement perçoit du potentiel à Gatineau pour attirer des concerts et des vedettes de renom dans un éventuel amphithéâtre de 4000 sièges.

Le groupe américain possède une quarantaine d'arénas et quelques stades dans le monde. Il organise aussi des tournées de vedettes internationales comme Taylor Swift, Leonard Cohen, Justin Bieber et Paul McCartney. À Québec, il a réussi un coup fumant en recrutant le groupe heavy metal Metallica pour le spectacle d'ouverture du centre Vidéotron.

Une alliance entre la Ville de Gatineau et AEG serait presque naturelle. Le directeur des opérations chez AEG est Luc Robitaille, l'ancien ailier gauche étoile des Kings de Los Angeles. C'est aussi un ancien des Olympiques des Gatineau où il a joué tout son hockey junior.

***

Le hic, c'est que la conclusion d'une entente avec le privé est un terrain glissant.

Puisqu'on parle du nouveau Colisée de Québec, qu'on se rappelle des déchirements à l'Assemblée nationale autour de l'entente pour confier la gestion du futur amphithéâtre à Quebecor...

Et puis, dans quelles circonstances le cabinet du maire Pedneaud-Jobin a-t-il été approché? Est-ce que le fameux partenaire privé s'est inscrit au registre des lobbyistes du Québec? Sauf erreur, on est ici devant une tentative d'influencer le titulaire d'une charge publique. Or j'ai eu beau éplucher le registre des lobbyistes hier, je n'ai trouvé trace d'aucune inscription.

Autre chose: comment réagiront les concurrents de AEG en apprenant que celui-ci a amorcé des discussions en privé avec la Ville de Gatineau? Vont-ils insister pour présenter eux aussi des propositions? Est-ce qu'on assistera à une nouvelle surenchère, comme en 2009?

Le maire Pedneaud-Jobin parlait de l'urgence d'en arriver à une décision dans ce dossier d'ici la fin du mois de mai.

C'est bien peu de temps, il me semble, pour soupeser les pour et les contre d'une proposition de dernière minute. Aussi alléchante soit-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer