Le cannabis au salon

Wayne Robillard a ouvert un salon de cannabis... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Wayne Robillard a ouvert un salon de cannabis à Ottawa.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

C'est légal ou pas, votre affaire?

Depuis qu'il a ouvert son salon de cannabis sur le chemin Montréal, à Ottawa, Wayne Robillard, 51 ans, a dû se faire poser la question au moins un million de fois.

Une question à laquelle il évite de répondre trop clairement.

Parce que l'ouverture du BuzzOn, dans un local commercial peu reluisant du secteur Vanier, mise sur l'ambiguïté des lois en matière de marijuana pour passer sous le radar des autorités.

On n'y vend pas de cannabis comme tel, ce qui irait clairement à l'encontre du Code criminel. On se contente plutôt d'inviter les gens à venir consommer sur place leur propre marijuana moyennant un frais d'entrée à la porte de 5$.

On n'exige pas non plus de voir un permis permettant la consommation de pot à des fins médicales. Tout le monde est admis, à condition d'être âgé de 19 ans ou plus.

Le BuzzOn est situé entre une clinique et un tatoueur. J'imaginais un endroit sombre et chargé de volutes de fumée. En fait, l'établissement était presque désert hier après-midi, à l'exception de deux ou trois clients. Des drapeaux arborant des feuilles de marijuana et des portraits de Bob Marley décorent les murs.

Un écriteau stipule qu'il est strictement interdit de fumer la cigarette à l'intérieur. Fumer du pot, oui, mais surtout pas de tabac...

Un coude sur le comptoir, Wayne Robillard enchaînait les entrevues avec les journalistes. Et il semblait beaucoup s'amuser de toute l'attention médiatique dont il est l'objet depuis l'ouverture.

Le gars, qui prétend que la marijuana est moins nocive que l'alcool ou le tabac, a un penchant pour la provocation. Et il ne s'en cache pas, l'ouverture de son salon de cannabis est une forme de défi à l'endroit des autorités.

«Nous ne sommes pas d'accord avec la législation en vigueur sur la marijuana, explique-t-il. Ce que nous faisons ici, c'est une forme locale de contestation. Nous estimons que ce ne devrait pas être la priorité de la police ou de la Ville d'Ottawa d'éradiquer la marijuana.»

À Toronto, les autorités tolèrent l'existence de nombreux Cannabis Cafe et autres Vapor Lounge. À Halifax, les autorités ont aussi opté pour la tolérance, jugeant qu'il serait importun de faire des descentes à répétition dans les salons pour vérifier qui a le droit d'en consommer légalement ou pas.

En s'assoyant directement sur la frontière un peu floue entre le crime et la légalité, Wayne Robillard fait lui aussi le pari que les autorités toléreront son existence. «On a lancé les dés, on verra bien quelle sera la réaction de la Ville d'Ottawa», répétait-il hier.

Pour le moment, la police d'Ottawa ne semble pas trop savoir sur quel pied danser. Aux relations publiques, on nous disait être au courant de l'existence du BuzzOn, qu'une enquête est en cours... et puis voilà. J'ai insisté: c'est légal ou pas? «Nous ne ferons pas de commentaires», a tranché le constable Marc Soucy, porte-parole de la police d'Ottawa.

L'ouverture du BuzzOn survient à quelques mois d'une élection fédérale où la légalisation de la marijuana sera à l'enjeu. On le sait, les libéraux de Justin Trudeau proposent de légaliser le cannabis. «Pas des farces, je songe à voter libéral pour la première fois de ma vie», rigolait M. Robillard.

Je lui ai demandé s'il consommait de la marijuana.

«Moi? Bien sûr, ça fait 40 ans que j'en consomme! Je suis hyperactif et ça m'aide à me calmer. Si j'ai un permis pour en consommer à des fins médicales? Non, c'est trop compliqué d'obtenir une prescription...»

Sur sa lancée, il a ajouté: «On entend toute sorte de choses sur les effets de la marijuana sur le cerveau. Regardez-moi: est-ce que j'ai l'air stupide?»

Non, ai-je convenu.

Même que je vous trouve plutôt rusé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer