L'enterrement de Saint-Joseph

La statue de Saint-Joseph était devant le presbytère... (Archives, LeDroit)

Agrandir

La statue de Saint-Joseph était devant le presbytère depuis 60 ans.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans trop comprendre pourquoi, j'ai accroché sur l'histoire de ces deux ouvriers de Gatineau qui ne voulaient pas enterrer la statue de Saint-Joseph.

Mgr Paul-André Durocher faisait visiter aux médias, vendredi matin, la nouvelle maison Saint-Joseph érigée dans l'ancien presbytère de la cathédrale Saint-Joseph.

Alors qu'il nous faisait le tour du propriétaire, Mgr Durocher a évoqué l'épisode de la statue. Et c'est le curé de la paroisse, Bernard Cantin, qui a enchaîné en racontant une curieuse histoire.

Quand ils ont fait les travaux pour transformer l'ancien presbytère, deux ouvriers ont creusé une tranchée, devant l'édifice, pour passer de nouvelles conduites d'égout et d'aqueduc.

En les voyant manoeuvrer leur grosse machinerie, le curé Cantin a eu un flash. Il est sorti, a fait signe aux deux gars qu'ils voulaient leur parler.

Le curé leur a pointé la statue de Saint-Joseph planté au milieu des buissons, devant le presbytère.

«Dites, les gars, vous me rendriez un service? a demandé le curé. Tant qu'à avoir creusé un trou, vous ne pourriez pas y enterrer la statue de Saint-Joseph? Elle a fait son temps, comme on dit.»

Le colosse de béton était plutôt abîmé après 60 ans à accueillir les paroissiens par tous les temps possibles et imaginables.

Mais les deux travailleurs, âgés dans la trentaine, ont arboré un air catastrophé. Enfouir Saint-Joseph dans un trou? Il n'en était absolument pas question!

En se remémorant la tête qu'ont faite les deux gars, le curé Cantin en rit encore.

«Je suis pas mal certain que ces deux gars ne vont pas à l'église très souvent... Pourtant, ils ne voulaient rien savoir d'enterrer la statue. Pour eux, c'était un sacrilège. Ils craignaient le mauvais sort!»

Le curé Cantin a fini par les convaincre.

En leur expliquant que l'enterrement des objets de culte est pratique courante dans l'Église catholique. Même qu'à une certaine époque, il était de coutume d'ensevelir les morts avec des objets religieux. On enterrait mononcle avec le vieux calice usagé de la paroisse...

Bref, les deux gars ont fini par accepter la requête du curé Cantin.

«Et là, c'est de voir la délicatesse, le soin avec lequel ils ont enterré la statue de Saint-Joseph. Je te le dis, c'était presque un culte! Ils l'ont amarrée solidement, avant de la déposer tout doucement au fond de la tranchée, de telle sorte que le visage de la statue fasse face à la maison. Je n'en revenais pas.»

***

C'est après coup, en repensant à l'histoire du curé Cantin, que j'ai compris pourquoi elle avait retenu mon attention.

Parce que j'aurais fait comme les deux gars.

Je me serais rebiffé à l'idée d'enterrer la statue de Saint-Joseph. Une réticence, remarquez bien, qui n'a rien à voir avec mes croyances religieuses.

Je ne vais plus à la messe depuis longtemps. Les positions rétrogrades de l'Église n'en finissent plus de me désespérer. Et je suis athée.

C'est simplement qu'en enterrant Saint-Joseph, j'aurais eu l'impression de renier une partie de mon ADN. De sacrifier un témoin important de mon patrimoine, de mon histoire, de mon héritage chrétien.

Dans le fond, le réflexe des deux gars qui refusent d'enterrer la statue de Saint-Joseph, c'est le même qui nous retient, collectivement, de retirer le crucifix à l'Assemblée nationale.

Le même réflexe aussi qui nous rend si prompts à bannir de l'espace public les signes religieux ostentatoires des autres confessions - tout en refusant qu'on retire les nôtres.

Comme les deux gars, j'aurais regardé le curé et je lui aurais dit: «Enterrer Saint-Joseph? Vous n'y pensez pas! Allez, on va plutôt le transporter jusque dans le sous-sol de la maison.»

Mais le curé Cantin n'en voulait pas dans son sous-sol. «Il est déjà plein!» soupire-t-il.

Et c'est ainsi que Saint-Joseph, après avoir accueilli à bras ouverts les paroissiens pendant quelques décennies, repose maintenant en paix entre deux conduites souterraines de la municipalité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer