Le 34228e patient

Ainsi, un million de patients orphelins se sont trouvé un médecin de famille au... (Shutterstock, Photographee.eu)

Agrandir

Shutterstock, Photographee.eu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ainsi, un million de patients orphelins se sont trouvé un médecin de famille au Québec depuis quatre ans. En lisant la manchette, je me suis dit: les chanceux. Combien de ces gens-là habitent l'Outaouais?

J'ai trouvé la réponse dans les chiffres du ministère: 34228 patients ont été référés à un médecin de famille en Outaouais à partir du guichet d'accès pour la clientèle orpheline (GACO).

D'ailleurs, je pense que c'est moi, le 34228e patient.

C'est un ami qui m'a refilé le tuyau, voilà quelque temps. «Il y a ce médecin qui prend de nouveaux patients. Dépêche-toi d'appeler...»

J'ai obtenu la ligne après des tentatives fébriles. Quelques instants plus tard, j'avais un rendez-vous. Avec un médecin. En Outaouais.

Je n'en revenais pas de ma chance. J'avais un médecin et je n'étais même pas encore malade!

Quand je me suis présenté, je souffrais... du syndrome de l'imposteur. La jeune quarantaine, pas d'ennui de santé connu... N'allais-je pas prendre la place de quelqu'un de plus malade que moi?

Mais le médecin a été très gentil. Il s'est informé de ma santé en général, de mes habitudes de vie, de mes antécédents familiaux. Il a pris le temps. J'avais oublié que c'était ça, un médecin de famille. Quelqu'un qui s'intéresse à l'état général du patient.

Reste que je n'avais pas grand-chose à lui dire.

Si je fume? Non. Si je bois? Pas tellement. Si je fais du sport? Tous les jours. Il m'a complimenté sur ma pression et mon rythme cardiaque. Je suis ressorti avec un formulaire pour une prise de sang. Mais je n'y suis jamais allé.

Un peu plus tard, j'ai eu une vilaine infection et un urgent besoin de consulter. Mais mon gentil médecin n'était pas disponible. J'ai laissé des messages, je suis passé à son bureau. Aucun signe de vie.

Furieux et dépité, je me suis rabattu sur l'urgence de l'hôpital. En me demandant à quoi sert d'avoir un médecin absent le jour où on a vraiment besoin de lui.

***

Mais bon, de quoi je me plains? J'ai un médecin de famille. En théorie. Alors que 40600 patients sont toujours en attente d'un médecin de famille en Outaouais en date du 10 mars 2015.

C'est un triste record qui s'explique par la pénurie de médecins. Mais aussi du fait que les patients orphelins sont désormais inscrits systématiquement au guichet GACO, gonflant les statistiques et compliquant toute comparaison avec les années précédentes.

Il reste difficile d'obtenir un médecin de famille en Outaouais même si la région réussit, depuis quelques années, à recruter son plein quota de nouvelles recrues. Pour diverses raisons, ces jeunes docteurs ne prennent pas nécessairement de nouveaux patients en arrivant, entre autres parce qu'ils sont tenus d'effectuer des quarts de travail dans les hôpitaux.

Alors il faut s'armer de patience. Des chercheurs montréalais ont établi qu'un patient qui s'inscrit au GACO en Outaouais attendra en moyenne plus de 500 jours avant d'obtenir une référence.

C'est plus long que n'importe où ailleurs en province...

***

Les statistiques du ministère m'ont rassuré sur un point: je ne suis pas un imposteur.

Sur les 34228 patients qui se sont trouvé un médecin de famille en Outaouais, 21095 sont des cas... non vulnérables. Comme moi.

Loin de représenter l'exception, les gens en relativement bonne santé sont depuis quelques années la clientèle cible des médecins en quête de nouveaux patients.

Des chercheurs ont démontré que le phénomène n'est pas unique à l'Outaouais et qu'il est attribuable aux critères du programme GACO.

C'est que les incitatifs liés à la prise en charge défavorisaient les patients en moins bonne santé au détriment des autres.

Le ministère a revu les balises du programme, en 2013, afin de corriger cette injustice. Le hic, c'est que le nombre de références à des médecins s'est remis à chuter. L'Outaouais est passé de 19000 patients référés en 2012-2013 à un peu moins de 7000 au cours de la dernière année.

Non, il n'y en aura pas de facile.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer