D'espoir et d'eau glacée

Le Spartiate Jimmy Drew, comme des dizaines d'autres... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le Spartiate Jimmy Drew, comme des dizaines d'autres courageux, a sauté dans l'eau glacée lors du Great Canadian Chill, jeudi.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Gang de malades...

Faut être un peu fou pour enfiler un maillot de bain, un 1erjanvier, et se jeter dans l'eau glaciale de la rivière des Outaouais. Mais ils étaient environ 300 à s'imposer cette torture, jeudi, à la plage Britannia d'Ottawa. Avec le sourire à part ça, et au son d'une musique tonitruante.

Ce Great Canadian Chill est en voie de devenir le supplice obligé du jour de l'An pour plusieurs centaines de gens de la région d'Ottawa-Gatineau. Se jeter ainsi dans un trou creusé à même la glace de la rivière leur semble une revigorante façon de saluer l'arrivée du Nouvel An.

Je me suis glissé parmi la foule massée sur la plage, juste à temps pour voir le premier brave faire saucette. C'était un monsieur dans la cinquantaine, revêtu d'un spectaculaire maillot Speedo avec motifs à feuilles d'érable. Il y est allé d'une trempette sans grandes éclaboussures. Quelques pas de danse dans le trou d'eau avant de ressortir sous les acclamations. Vous voulez savoir si l'eau était frette? En tout cas, le Speedo semblait lui péter moins sur le corps à sa sortie qu'à son entrée dans l'eau. Ça répond à votre question?

Après le monsieur en Speedo sont arrivés de grands gaillards barbus déguisés en Vikings. Ils ont sauté dans le trou tout en même temps, avec leurs casques en plastique. Un petit tour sous l'eau et on sort en vitesse.

Ensuite, il y a eu un monsieur qui a perdu ses lunettes dans le trou, des scouts le foulard autour du cou, de jeunes filles en bikini, et un astronaute.

J'oubliais le Spartiate.

Il s'appelle Jimmy Drew, je l'ai rencontré une heure avant la saucette. ll faisait la file à l'extérieur pour s'inscrire. Un casque sur la tête, ses jambes nues exposées au vent impitoyable qui balayait la plage.

Je me suis approché de lui.

- T'as pas froid? Ça commence juste dans une heure...

«C'est justement, je m'habitue au froid, a répondu Jimmy. Pour que ce soit moins pénible d'entrer dans l'eau tout à l'heure...»

Maudit malade.

---

L'événement sert à financer la recherche contre le cancer chez les enfants.

Le porte-parole est un petit garçon de 10 ans d'Ottawa, Cole Neville. Son histoire de courage a inspiré plusieurs des participants au Great Canadian Chill.

Le petit bonhomme a survécu à des neuroblastomes, une forme de cancer particulièrement agressif.

Une opération de 12 heures a permis de lui retirer une énorme tumeur de l'abdomen. Mais c'est la découverte d'un nouveau traitement pédiatrique, l'immunothérapie, qui lui a sauvé la vie.

«C'est grâce à la recherche que Cole a eu la vie sauve, confirme sa mère, Lisa Neville. S'il avait été diagnostiqué un an plus tôt, il ne serait plus là. Alors qu'aujourd'hui, il est en pleine santé.»

C'est l'histoire de Cole qui a inspiré Mike Herzog.

Mike a cofondé les GoodGuysTri, un groupe de 25 athlètes d'endurance comme lui. Tant qu'à courir, ils ont décidé de le faire pour la bonne cause, en amassant de l'argent pour les enfants malades.

Ils connaissent bien Cole. Mike Herzog, qui a deux enfants en santé, ne peut imaginer ce que serait sa vie si le cancer frappait sa famille. «C'est pour ça que j'ai fondé le groupe. Pour que ces familles ne se sentent jamais seules.»

À sa première expérience au Great Canadian Chill l'an dernier, il a eu tellement froid qu'il a perdu toute sensation dans ses mains durant plusieurs heures. La frousse de sa vie! Pourtant, il était de retour cette année, plus déterminé que jamais.

«Je n'ai que quelques heures de souffrance à endurer alors que les enfants qui sont atteints du cancer n'ont pas le choix. Ils souffrent jour après jour... C'est un privilège d'être là pour eux aujourd'hui. Et tu vas voir, les gens ont tous un gros sourire en sortant de l'eau.»

C'est vrai. Et la mère de Cole est convaincue que tous ces sourires font une différence. «Ils représentent l'espoir», a-t-elle dit avec émotion.

L'événement a permis d'amasser 50000$, dont une partie ira au CHEO à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer