Tout ça pour 5$

Dans une petite salle de tribunal, on avait... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Dans une petite salle de tribunal, on avait mobilisé un juge, un procureur, un avocat de la défense et un greffier pour le procès de cette femme accusée d'avoir volé une roulette de ruban de hockey.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y avait au palais de justice de Gatineau, hier matin, le procès complètement surréaliste d'une femme accusée de vol à l'étalage. Son crime présumé? Avoir dérobé une roulette de ruban de hockey rose chez Canadian Tire.

Valeur du larcin: 4,99$.

C'est donc dire que dans une petite salle de tribunal, on avait mobilisé un juge, un procureur, un avocat de la défense et un greffier pour le procès de cette femme qui avait décidé, c'est son droit le plus strict, de plaider non coupable à l'accusation de vol qui pesait sur elle.

Comme Canadian Tire maintenait sa plainte, le système de justice a mis en branle sa mécanique implacable. Et c'est ainsi qu'on a vu hier le tribunal s'attaquer à cette banale affaire de vol avec la même rigueur, le même sérieux, qu'une affaire de meurtre.

Tout ça pour 5$. Okay, ce n'est pas tout à fait exact.

Dans le cas de la femme, qui n'avait pas d'antécédent judiciaire, l'enjeu était plus grand. Aux dires de son avocat, sa cliente cherchait avant tout à préserver un casier judiciaire quasi vierge, si ce n'est une affaire de conduite avec facultés affaiblies en 2006. La jeune mère de deux enfants, dans la trentaine, étudie en sciences infirmières.

Dans le cas de Canadian Tire, j'ai compris, d'après les propos de l'agente de sécurité qui témoignait au procès, qu'on ne voulait pas faire de concession sur un vol, aussi mineur soit-il, de peur d'envoyer un mauvais message à d'autres voleurs à l'étalage. D'où cette décision de maintenir la plainte coûte que coûte.

C'est ainsi qu'un vol de 5$ s'est transformé en un procès qui va coûter 1000 fois plus cher aux contribuables, en plus d'engorger un peu plus un système déjà pas mal congestionné.

Je dirais que ce procès est complètement ridicule... si j'étais absolument certain que ce n'est pas le prix à payer pour faire régner la justice dans notre démocratie.

Tout le monde a droit à un procès juste et équitable, même pour un présumé vol de 5$.

---

Le plus fascinant, c'était de voir cette mécanique bien huilée du système de justice s'attaquer à cette cause à 5$ avec la même détermination que si c'était une affaire d'agression sexuelle ou de tentative de meurtre.

Juges et avocats apportaient le même soin à reconstituer le fil des événements, à interroger et contre-interroger les témoins qui se succédaient à la barre: l'agente de sécurité, la policière qui a procédé à l'arrestation, l'accusée elle-même qui était accompagnée de son fils de 9 ans au moment des événements...

Confidence: après un moment, on se laisse prendre au jeu au point d'en oublier que toute l'affaire tourne autour d'un vol de 5$. Est-ce que la dame a réellement volé la roulette de tape ou, comme elle le prétend, elle l'a fourrée par mégarde dans sa poche en même temps que ses mitaines?

Je devine d'ici votre déception: je ne sais pas comment tout cela s'est terminé.

Je suis parti alors que le juge tentait de déterminer si la dame avait délibérément retiré l'emballage de la roulette avant de la mettre dans sa poche ou si elle y avait percé un trou par mégarde comme elle le prétendait.

Cette question du déballage est un «facteur essentiel», insistait le juge, avant d'ajourner le procès, le temps que les deux avocats visionnent la vidéo de surveillance pour éclaircir la question.

Quand je suis sorti du tribunal, la salle d'attente était pleine à craquer de prévenus, de témoins et de policiers attendant leur tour de comparaître.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer