Les retrouvailles

Sylvain La Salle vient de retrouver sa fille... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Sylvain La Salle vient de retrouver sa fille Véronique (au centre), 20 ans après avoir rompu avec sa copine de l'époque, France Lamoureux.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jusqu'à tout récemment, Sylvain La Salle ignorait être le père d'une fille de 20 ans. S'il l'a retrouvée, c'est un peu... grâce à moi.

Le printemps dernier, j'écrivais une chronique sur l'adjudant La Salle, un militaire gatinois qui a vécu de près le génocide au Rwanda en 1994. Il m'a envoyé un courriel la semaine dernière.

« Salut Patrick, je voulais partager une bonne nouvelle avec toi. J'ai appris mardi par téléphone que j'avais une fille qui aura 20 ans dans deux semaines. Je n'avais aucune idée de son existence. Si je te dis cela, c'est que c'est en partie grâce à toi. »

Grâce à moi ?

« Oui, oui, a répondu Sylvain. Véronique, ma 'nouvelle'fille, faisait des recherches sur Google pour retrouver son père. Elle est tombée sur l'article du journal concernant le Rwanda. Elle a vu ma photo. Quelques minutes plus tard, je recevais l'appel qui allait changer le cours de ma vie pour toujours, et cela très positivement. »

Déjà père de deux grands enfants, Sylvain voit d'un bon oeil l'arrivée inopinée de ce troisième enfant dans sa vie. La mère et la fille habitent Saint-Hippolyte, dans les Laurentides. Ils descendaient la fin de semaine dernière à Gatineau pour les grandes retrouvailles.

Ils m'ont invité à y assister. Comme tout cela arrivait un peu par ma faute... j'y suis allé.

•••

Sylvain a rencontré France peu avant son départ pour le Rwanda. Ils se fréquentaient depuis quelques mois quand France est tombée enceinte. À ce moment-là, Sylvain était en entraînement à Petawawa en vue de sa mission en Afrique. Un entraînement éprouvant. Quand Sylvain est revenu, France l'a trouvé méconnaissable. Il était tourmenté, agressif, directif...

Au point où France a eu peur.

Peur de revivre avec Sylvain ce qu'elle avait vécu avec le père de sa première fille. Sylvain n'a aucun souvenir de cette période de sa vie... Bref, ils ont rompu peu avant le départ de Sylvain pour le Rwanda. Sans qu'il sache que France portait son enfant. « J'ai eu trop peur, j'ai choisi de ne rien dire », confie-t-elle.

Six mois plus tard, Sylvain revient du Rwanda sans se douter de rien. Quand il aperçoit par hasard France dans une pharmacie, avec son ventre rebondi, il ne lui vient pas à l'idée que l'enfant est de lui. Ce jour-là, il a évité France, pas sûr qu'elle avait envie de le revoir.

France finira par déménager dans les Laurentides. Elle y élèvera seule ses deux filles. Véronique saura rapidement que son père s'appelle Sylvain La Salle. Mais c'est seulement à l'adolescence que l'identité de son père commencera à la tourmenter et qu'elle amorcera des recherches.

C'est à cette époque aussi que France ressortira une boîte du placard. Une boîte remplie des lettres d'amour écrites par Sylvain. Elle les remettra à sa fille, de même qu'une cassette où elle lui demande pardon pour l'avoir éloignée de son père. « Je me suis toujours sentie coupable de ça », dit-elle.

•••

Les retrouvailles ?

Ce n'est pas comme à Hollywood.

C'est tout simple. Les deux femmes sont sorties du camion, Sylvain les attendait devant la maison. Il a serré Véro, puis France. Il a dit : « bienvenue dans la famille ». Puis ils sont allés au restaurant. Sylvain avait préparé des surprises. Ils ont mangé, parlé, pleuré... Rattrapé le temps perdu, quoi.

Quand je les ai retrouvés le lendemain, ils se remettaient de leurs émotions.

France était soulagée : « Je savais que son père manquait à Véronique. Je me disais que c'était de ma faute. Quand tu vois ton enfant souffrir parce qu'il lui manque une partie d'elle-même, c'est difficile ».

Véronique : « Je me sens complète. Avant de rencontrer mon père, je me demandais à qui je ressemblais. Côté personnalité, ce n'était pas tellement à ma mère... À force de parler avec mon père, je réalise que nous avons la même manière de penser. Et la même façon de placer les plats dans le lave-vaisselle... »

À Sylvain, il ne manquait rien. C'est plutôt deux femmes qui arrivent dans sa vie. « Quand j'ai su que j'avais une fille, mon coeur s'est ouvert, je voulais être là pour elle. Et puis je suis célibataire, et sa maman aussi, alors... »

Quand je les ai quittés, les trois flottaient sur un nuage. Avec l'impression d'avoir retrouvé la pièce manquante du casse-tête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer