Bertrand et vous

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hé boy... Vous avez vu cette nouvelle publicité de la Société de transport de l'Outaouais?

Pendant la première moitié de la pub, Bertrand accumule les gaffes tellement il est distrait. Mais lorsqu'il arrive à une intersection du Rapibus, là, Bertrand est... vigilant.

Je sais bien que la STO s'est fait accuser par le passé d'adopter un ton moralisateur dans ses communications avec le public. Un ton qui, personnellement, me tapait sur les nerfs.

Mais là, je sais pas. Bertrand, vraiment? On dirait une caricature d'Oncle George qui joue dans un mauvais sketch de Passe-Partout...

On a voulu faire de l'humour, mais pas sûr que ce soit drôle.

À la fin du message, on nous dit de faire comme Bertrand et de respecter la signalisation aux abords du Rapibus.

Message subliminal: si un gars pas futé, futé comme Bertrand est capable de le faire, vous le pouvez aussi.

Et c'est là, le problème.

Je suis certain que les automobilistes ne demandent pas mieux que de respecter la signalisation. Mais encore faudrait-il qu'ils soient capables de la déchiffrer!

À certains carrefours du Rapibus, on compte jusqu'à une dizaine de feux de circulation et de panneaux pour réguler le trafic. C'est trop. Même l'automobiliste le plus allumé au monde peine à interpréter correctement tous les signaux.

Je sais, Bertrand, lui, y arrive...

Le message publicitaire consacre trop de temps aux pitreries de Bertrand et pas assez à expliquer comment s'y retrouver parmi toute la signalisation du Rapibus.

Le bon côté de toute l'affaire, c'est que la STO est tout à fait consciente de la «distraction» engendrée par la signalisation. C'est pourquoi elle a annoncé hier qu'elle allait «clarifier» le tout d'ici la mi-novembre.

Il y a des mesures intéressantes là-dedans.

Mais on introduit aussi de nouveaux types de signalisation inconnus du grand public, comme ces voies d'accès peintes en rouge. Êtes-vous certain que Bertrand comprendra qu'il ne doit pas s'y aventurer?

---

Lorsqu'on nous expliquait le concept du Rapibus, à la fin des années 2000, on nous promettait que ça allait être relativement simple à faire fonctionner. Comme bien des choses qu'on nous a dites à l'époque, ce n'était pas tout à fait vrai.

Le Rapibus est une bibitte comme il n'en existe nulle part ailleurs au Canada et probablement en Amérique du Nord. On parle de deux réseaux en parallèle, un pour les automobilistes, un autre pour les autobus. Pour réguler le trafic, il y a deux systèmes de signalisation en parallèle. Et donc, deux fois plus de panneaux, deux fois plus de feux de circulation.

Alors quand la Société de transport de l'Outaouais nous dit qu'elle respecte les normes en vigueur de signalisation routière, elle a raison. Ce qu'elle omet de dire, c'est que les normes en question n'ont pas été pensées pour le Rapibus qui lui est un système de transport hors norme.

Prenez le carrefour du Rapibus, près du Réno-Dépôt. Pourquoi y a-t-il autant de panneaux à cet endroit? À cause des normes.

Il faut deux feux de circulation pour les voitures qui continuent tout droit, deux autres pour les autobus qui continuent tout droit. Ensuite, il faut des feux et des panneaux pour le virage à gauche, même chose pour le virage à droite. Pour faire bonne mesure, on ajoute un petit sens interdit.

Voilà, vous avez réuni tous les ingrédients de la confusion.

Les ingénieurs de la circulation de la STO ou de la Ville de Gatineau font ce qu'ils peuvent. Ils sont là pour appliquer les normes.

Hier, aucun d'entre eux ne proposait de réduire la signalisation. Seulement de «clarifier» ce qui est en place.

Voilà peut-être le coeur du problème. Si les normes cadrent mal avec un système hors de l'ordinaire comme le Rapibus, il va falloir penser en dehors du cadre.

Le président de la STO, Gilles Carpentier, préfère parler d'évolution que de révolution lorsqu'il s'agit d'ajuster la signalisation du Rapibus.

Tant mieux si on peut faire l'économie d'une révolution.

Mais moi, j'ai l'impression qu'il en faudra une afin de rendre la signalisation digestible pour les automobilistes. Que voulez-vous, on n'est pas tous aussi futés que Bertrand...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer