Le vent dans les voiles, après deux matches

Partager

Pas mal difficile de demander mieux pour les Sénateurs d'Ottawa comme retour à la maison.

Pour amorcer leur campagne 2013 abrégée en raison du fameux conflit de travail qui a paralysé la LNH pendant quatre mois, le Coffre-fort était bondé de 19952 amateurs qui ont bien répondu à l'appel de l'entraîneur Paul MacLean de «faire du bruit».

Ce n'était pas tout à fait une atmosphère de séries éliminatoires, mais pour un match inaugural de mi-janvier, ça avait bien du bon sens. Surtout que l'équipe locale a repris où elle avait laissé à la fin de la saison dernière, couronnée par une participation inattendue à la danse du printemps.

Avant ce gain convainquant de 4-0 contre les Panthers, une quinzaine de partisans avaient été invités sur la patinoire pour donner des «high five» aux joueurs lorsqu'ils étaient présentés. Mais à la fin, l'ovation réservée aux vainqueurs montrait sans aucune chorégraphie orchestrée que tout semble pardonné maintenant que le lock-out n'est déjà plus qu'un simple mauvais souvenir.

«Plusieurs d'entre nous avions des papillons dans l'estomac avant le match, mais nos partisans ont été fantastiques, ils étaient très bruyants et on voulait vraiment se servir de leur énergie. C'est un bon départ», a souligné le défenseur Marc Méthot, content de ses débuts dans son patelin, devant environ 200 parents et amis, avait-il raconté en matinée.

Le nouveau partenaire d'Erik Karlsson a été fort solide, il faut le souligner, distribuant les solides mises en échec dont une qui lui a valu une punition non-méritée, quand il a sorti la hanche contre Jack Skille. Plusieurs analystes pensaient que la défensive des Sénateurs serait leur talon d'Achille cette saison et il est encore bien tôt pour tirer de grandes conclusions.

Mais après deux parties, ils n'ont accordé qu'un seul but, Craig Anderson s'avérant très solide tandis que ses défenseurs font un bon ménage des retours devant lui. MacLean a dit en matinée qu'il garderait trois gardiens «tant qu'on en a besoin», mais avec un Anderson en grande forme, il n'en a vraiment besoin que d'un seul.

La troisième paire promue de Binghamton, André Benoit et Patrick Wiercioch, s'est particulièrement illustrée hier soir, obtenant chacun une passe. Benoit, la «recrue» de 29 ans, a aussi failli marquer sur une descente à deux contre un avec Daniel Alfredsson en fin de match. José Théodore l'a frustré de la mitaine.

«Wiercioch a fait un jeu digne de la LNH sur le premier but (de Kyle Turris). Lors des deux premiers matches, ils ne vont qu'en s'améliorant, même si on voit certaines choses qu'ils pourraient faire plus rapidement, mais ils s'en tirent tous deux très bien à date», notait d'ailleurs MacLean après le match.

Plus de détails dans LeDroit du 22 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer