Trois bons gardiens, un beau dilemme...

Partager

Un ménage à trois gardiens s'avère rarement une bonne idée, même quand les trois sont de haut calibre. Surtout dans ce cas-là, en fait.

C'est pourtant la possibilité évoquée autant par le d.g. des Sénateurs Bryan Murray que l'entraîneur-chef Paul MacLean lors de la deuxième journée du camp des Sénateurs d'Ottawa, hier. Craig Anderson demeure le numéro un, ont-ils rappelé, mais Ben Bishop et Robin Lehner pourraient tous deux demeurer dans les parages pour lui pousser dans le dos.

« On va commencer l'année avec 22 ou 23 joueurs, donc un défenseur et un attaquant d'extra, et il reste à décider si on y va avec deux ou trois gardiens, a révélé Murray à son premier point de presse du camp, lui qui était absent dimanche.

«Nous sommes très chanceux d'avoir trois gars de qualité, Les deux jeunes ont joué beaucoup et très bien à Binghamton. On sait que Craig Anderson est un bon gardien numéro un dans cette ligue. On va y aller au jour le jour, j'aime le fait que nous avons plusieurs gars capables de faire le travail. S'il y a une blessure ou une piètre performance, l'entraîneur a l'option d'utiliser un autre joueur», a-t-il ajouté.

Murray a aussi mentionné que le fait que Bishop, le gardien de 6' 7'' acquis de St. Louis quand Anderson s'est blessé à la main l'an dernier, a un contrat à sens unique, contrairement à celui de Lehner, ne serait pas une considération, même s'il serait «plus facile» de renvoyer ce dernier dans les mineures, où il domine (fiche de 14-5-1, moyenne de 1,90, taux d'efficacité de ,945).

Lors des deux premiers entraînements, Anderson avait son filet à lui tout seul à un bout pendant que les deux autres se partageaient le travail à l'autre bout de la patinoire. Normal vu que le premier n'a pas joué un seul match compétitif depuis le septième match de la série contre les Rangers de New York, le 26 avril dernier.

«Il est notre gardien numéro un et quand il va être prêt à commencer, on va lui donner le filet. Est-ce que ce sera samedi (à Winnipeg) ou lundi (contre la Floride) ou jeudi ou vendredi prochains, ça reste à voir... Il a son propre filet pour travailler et il a l'air bien correct, mais on va prendre la décision quand on devra la prendre. (Un ménage à trois) est évidemment une possibilité avec la façon dont les deux jeunes ont tous joué. Ce n'est pas la meilleure équation, mais si on doit faire ça, on doit le faire. Ce ne serait peut-être pas une mauvaise idée», a commenté MacLean.

Personnellement, je pense que les Sénateurs devraient justement utiliser leurs quatre premières parties pour permettre à Anderson de se tremper dans le bain et montrer si l'inactivité des derniers mois va l'affecter à long terme.

Lehner, lui, doit retourner à Binghamton, pas pour des raisons contractuelles, mais bien parce qu'à 21 ans, il a besoin de continuer à jouer souvent afin d'être prêt pour le jour où il héritera du poste de numéro un, ce qui semble inévitable.

«Il y a tellement d'aspects dans cette décision, je vais juste attendre de voir ce qui va arriver. Je n'ai pas de réponses, je ne sais pas ce qui se passe. Je ne peux contrôler que ma performance sur la glace et là, je me sens bien. On verra, s'ils décident de nous garder tous les trois. On était trois à Binghamton toute l'année aussi (avec Nathan Lawson). Ce qui doit arriver va arriver, je n'y peux rien», racontait Lehner hier.

Plus de détails dans LeDroit du 15 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer