Trop tard!

Un magasin du géant américain de la rénovation... (AP, Matt Rourke)

Agrandir

Un magasin du géant américain de la rénovation Lowe's, à Philadelphie

AP, Matt Rourke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Pierre Karl Péladeau et François Legault ont dû se pincer au petit déjeuner, mercredi matin, pour s'assurer qu'ils ne rêvaient pas : vente de Rona à Lowe's, à six jours de la reprise des travaux parlementaires à Québec! Un fleuron québécois qui passe aux Américains une semaine après la nomination d'une nouvelle venue, Dominique Anglade, à la tête du ministère de l'Économie. C'est une mauvaise nouvelle pour le Québec, mais un véritable boni pour les partis d'opposition qui peinent depuis des mois à percer la carapace économique du gouvernement Couillard.

Pour M. Péladeau, dont les problèmes personnels et les histoires de paradis fiscaux ont occupé toute la place dans les médias, c'est enfin l'occasion de faire porter le débat politique sur un sujet où il est à l'aise. Quant à François Legault, qui réclame depuis longtemps une politique plus agressive pour bloquer l'exode de nos sièges sociaux, la vente de Rona s'ajoute à la liste d'exemples qu'il pourra utiliser dans les débats à venir.

Le sujet est d'autant plus pertinent que la baisse du dollar canadien a fait des entreprises québécoises une véritable aubaine pour les Américains. La même question se posera d'ailleurs à l'échelle nationale.

Au-delà du débat politique, c'est toute la question du contrôle de l'économie québécoise qu'a lancé, mercredi, cette prise de possession de Rona. Même si les actionnaires de l'entreprise, dont la Caisse de dépôt et Investissement Québec, feront des millions de dollars, les garanties de maintien du siège social à Boucherville et du personnel québécois dans la haute direction ne sont pas des contrats à vie. Là comme ailleurs, le temps fera son effet et la direction américaine trouvera bien le moyen d'accaparer graduellement les mandats du siège social du Québec. Même chose pour les consultants, les services juridiques et d'experts-comptables québécois, qui passeront éventuellement du côté sud de la frontière. On nous laissera des grenailles...

Nous sommes placés devant un fait accompli : la transaction a été acceptée par le conseil d'administration de Rona. Même les experts comme Michel Nadeau, un ancien de la Caisse de dépôt, faisaient valoir, mercredi, qu'il aurait été difficile pour l'institution de concurrencer l'offre à 24 $ l'action faite par Lowe's. Quant au gouvernement, il n'est pas censé donner des directives à la Caisse, dont le mandat est écartelé entre le développement économique du Québec et la croissance de nos régimes de retraite.

La ministre Anglade fait valoir pour sa part que les entreprises québécoises ont acheté des compagnies à l'étranger pour une valeur de 30 milliards $ en 2014. Ce qui implique que si on se réjouit de nos acquisitions ailleurs, il faut accepter l'envers de la médaille. C'est vrai, mais convenons qu'il est quand même préférable de garder la propriété de nos entreprises plutôt que de les vendre aux Américains ou aux Chinois.

Il y aura donc débat sur le sujet dès la reprise des travaux parlementaires. Ce sera un bon test pour la nouvelle ministre. Ce qui aide le gouvernement dans cette affaire, c'est que l'annonce officielle de la vente a été faite dès mercredi, sans délai. Il n'y a rien de tel en politique qu'un dossier controversé en devenir. Mais comme l'a dit François Legault, «il est trop tard» pour intervenir. Tout au plus discutera-t-on maintenant des politiques à adopter pour éviter d'autres mises aux enchères des belles entreprises qui nous restent.

C'est important comme débat. Mais tant et aussi longtemps qu'on ne voit pas les effets concrets de ce genre de transactions sur nos emplois et sur nos domaines d'expertise, il est difficile de maintenir l'intérêt des médias et de l'électorat.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer