«Ensemble contre l'intimidation»

La députée solidaire de Gouin, Françoise David... (Olivier Pontbriand, Archives La Presse)

Agrandir

La députée solidaire de Gouin, Françoise David

Olivier Pontbriand, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y a pas que des mauvaises nouvelles, en politique. Il y a aussi de très beaux moments dont on ne parle pas suffisamment.

Jeudi, le premier ministre Philippe Couillard, la ministre Francine Charbonneau, et des représentants de tous les partis ont participé à la remise du prix «Ensemble contre l'intimidation» au Salon rouge.

Plus tôt dans la journée, l'Assemblée nationale avait donné un appui unanime à une motion contre l'islamophobie présentée par la députée solidaire de Gouin, Françoise David.

Dans les deux cas, il s'agissait de gestes symboliques importants parce qu'ils sont des rappels à l'ordre dans un univers où les médias sociaux entretiennent trop souvent les craintes et les préjugés.

Dans le cas de l'intimidation, seulement une soixantaine de personnes s'étaient déplacées pour assister à la cérémonie.

Pourtant, tous les Québécois sont bouleversés à chaque fois qu'un jeune s'enlève la vie parce qu'il ou elle n'est plus capable de tolérer le harcèlement et les insultes. Tout le monde réclame alors des solutions de la part du gouvernement et des autorités scolaires ou policières. L'événement de jeudi n'a pas fait les manchettes, mais il est une réponse concrète à ce besoin, maintes fois répété, de prévenir l'intimidation, de protéger les victimes, et d'intervenir auprès des agresseurs.

La tête haute

«Le jour où j'ai décidé de marcher la tête haute, ma vie a changé» a raconté Mathieu Savoie, le gagnant dans la catégorie individuelle. Avec l'aide de 21 jeunes de la Polyvalente de Matane, il a réalisé plusieurs expositions de photographies portant sur l'importance de «s'unir» pour contrer l'intimidation.

Finaliste dans la même catégorie, la sergente Hélène Nepton, de la Sûreté du Québec, a mis sur pied un outil multimédia destiné aux étudiants du secondaire, et recréant le cycle de la violence amoureuse. Elle a été profondément touchée lorsqu'un jeune lui a raconté avoir dit à sa mère: «Maman, c'est ce que tu vis avec ton nouvel amoureux. Sors de là.»

Dans la catégorie organisation, le prix a été donné à un organisme de justice alternative de Lévis, l'Interface, qui a lancé une vaste initiative impliquant une cinquantaine d'intervenants contre l'intimidation.

La remise de ces prix constituait une première pour les 15 personnes et les 69 organisations qui ont participé au concours cette année.

Au-delà des lois, des règles disciplinaires et de l'intervention de la police, c'est avec ce genre d'initiatives que l'on fera de la prévention efficace, parce qu'elles impliquent les gens au lieu de leur faire la morale.

Le sujet vous intéresse? Les témoignages des finalistes sont disponibles sur le site du ministère de la Famille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer