Vous avez bien dit... le niqab ?

Uen femme vêtue d'un niqab... (Photo Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Uen femme vêtue d'un niqab

Photo Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les changements climatiques menacent l'humanité, la guerre en Syrie pousse des millions de migrants vers l'Europe et jusque chez nous, l'économie canadienne en arrache, et le transport du pétrole risque de souiller nos rives et nos cours d'eau...

Malgré tout ça, les résultats des prochaines élections seraient déterminés par l'insistance d'une femme - une seule! - à porter le niqab? On n'a pas d'enjeux plus importants?

Admettez que c'est fou comme situation. C'est d'autant plus fou que cette controverse n'aurait pas éclaté si le gouvernement Harper, au pouvoir depuis 10 ans, avait voté la loi qu'il promet aujourd'hui de présenter dans les 100 jours suivant sa réélection.

On appelle ça une crise préfabriquée.

Valse-hésitation

Il reste encore trois semaines avant les élections. C'est presque l'équivalent d'une campagne électorale normale.

Les experts des maisons de sondages doivent s'arracher les cheveux devant la valse-hésitation de l'électorat. Une journée on veut se débarrasser de Stephen Harper et on appuie Thomas Mulcair; le lendemain on s'apitoie sur le sort des migrants et on blâme la mesquinerie du premier ministre; le surlendemain on craint une vague de migrants au pays et on applaudit Harper; la journée suivante on découvre l'existence du niqab et on critique Mulcair et Justin Trudeau; et puis finalement on trouve que Gilles Duceppe a encore de bons réflexes.

Et quoi encore?

«Ce n'est pas fini tant que ce n'est pas fini»: on n'a pas fini de citer Yogi Berra.

Les deux solitudes

On a longtemps parlé des «deux solitudes» au Canada pour décrire l'isolement entre les francophones et les anglophones. L'expression vient d'un livre publié en 1945 par Hugh MacLennan.

Lorsqu'elle a été nommée gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean a soutenu que cette expression ne représentait plus la réalité canadienne. Elle avait peut-être raison: si les sondages donnent l'heure juste, le Québec et la Colombie-Britannique voteront NPD, l'Ouest canadien ira chez les conservateurs, l'Ontario se partagera entre le bleu, le rouge et l'orange, et les libéraux domineront dans les provinces de l'Atlantique.

Même l'expression «trois solitudes» décrirait mal ce fractionnement régional de l'électorat.

Deux manques

Manque de classe: Dominique Anglade n'avait pas besoin de dénigrer la Coalition avenir Québec pour justifier son passage chez les libéraux. 

Elle aurait pu dire qu'elle avait beaucoup de respect pour les contributions de la CAQ et de son chef à la politique québécoise. Elle aurait pu expliquer que l'invitation de Philippe Couillard lui permettrait de faire avancer plus rapidement les causes qui lui sont chères.

Malgré sa déception à l'annonce de cette défection, François Legault a démontré plus de noblesse que son ex-présidente. 

Les gens qui quittent en claquant la porte gagnent difficilement la confiance de leurs nouveaux collègues. 

Et de jugement: l'ex-bâtonnière Lu Chan Khuong a montré un manque de jugement en dénonçant Peter Simons dimanche à l'émission Tout le monde en parle, et en laissant entendre qu'il est peut-être responsable de ses malheurs. 

Dans une société de droit qui se respecte, on ne fait pas de telles insinuations sans preuves. 

Elle a soutenu par ailleurs que ses démêlés avec le conseil d'administration du Barreau lui ont coûté 500000$ en frais juridiques et autres. À 500$ de l'heure, cela voudrait dire 1000 heures de travail, ou 25 semaines à raison de 40 heures par semaines. Son litige avec le c.a. du Barreau a duré 11 semaines (1er juillet au 11 septembre). 

Je ne comprends pas son calcul menant à 500000$. À moins qu'elle n'y ait inclus son manque à gagner comme bâtonnière pendant sa suspension, mais même là, ça ne «balance» pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer