La patate chaude

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tout au long de son règne, Jean Charest a constamment déclaré que le fruit n'était pas mûr pour relancer les négociations constitutionnelles. Le discours vient de changer. Philippe Couillard estime que le 150e anniversaire de la fédération canadienne, en 2017, serait l'occasion de reprendre les négociations constitutionnelles pour discuter du Sénat, des Premières Nations, et de «la nécessité incontournable pour ce pays de reconnaître le caractère distinct du Québec».

Le fruit serait-il mûr? Ou «la patate chaude» devrait-on dire, puisque depuis l'échec de Meech, personne au pays ne veut courir le risque de rouvrir ce débat.

«Ça va se faire, c'est normal que ça se fasse» a déclaré le premier ministre qui reconnaît tout de même qu'il «n'y a pas d'appétit» au Canada autour d'un tel projet.

Philippe Couillard n'a pas l'habitude de parler pour ne rien dire. C'est la deuxième fois en deux semaines qu'il évoque la possibilité d'une reprise des négociations constitutionnelles. Est-ce à dire qu'il perçoit des signes d'ouverture de la part des autres provinces? On peut imaginer qu'il a déjà évoqué informellement cette possibilité avec Kathleen Wynne, la première ministre de l'Ontario.

Collaboration

Mme Wynne et M. Couillard ont tous deux fait élire des gouvernements majoritaires l'an dernier. Ils seront donc en poste jusqu'en 2018. Les deux gouvernements ont envoyé des signaux de collaboration très sérieux au cours des derniers mois, notamment en matières énergétiques et environnementales. On peut croire qu'ils aimeraient bien refermer la cicatrice constitutionnelle créée par l'échec de l'accord du lac Meech en 1990.

Le sentiment d'urgence sera plus fort si le Bloc québécois reprend vie aux élections fédérales de l'automne et si Pierre Karl Péladeau s'engage vraiment sur la voie référendaire. Péladeau a refusé de se commettre sur le sujet jusqu'à maintenant, mais il a promis de doter le Parti québécois des outils nécessaires pour relancer l'appétit souverainiste des Québécois. À son point de presse de vendredi dernier, il a réitéré son intention de créer un institut de recherche sur l'indépendance. Il sera prêt, a-t-il dit, à débattre de «tous les thèmes qui sont chers aux Québécois» aux élections de 2018, donc celui de la souveraineté.

Même si nous sommes à trois ans de cette échéance, on peut donc prévoir que les fédéralistes tout comme les souverainistes voudront se donner les arguments nécessaires pour le débat à venir.

Est-ce là le sens qu'il faut donner aux propos de Philippe Couillard? Difficile à dire. Mais il est clair que la question se posera avant les prochaines élections.

Noces de Cana

Régis Labeaume n'aurait pas dû accepter de marier Julie Snyder et Pierre Karl Péladeau. Un maire représente tous ses concitoyens au niveau municipal. Or ce mariage revêt une coloration politique évidente. Le lieu choisi pour la célébration, la chapelle du Musée de l'Amérique francophone, est un clin d'oeil aux convictions souverainistes du couple.

M. Labeaume n'avait pas besoin d'acquiescer à leur demande.

«Je m'en fous comme de l'an 40, je m'en fous de ce que le monde pense» a déclaré le maire vendredi.

Labeaume, c'est Labeaume. Les sondages en font la personnalité politique préférée après Denis Coderre. Serions-nous masochiste?

Quant au mariage, le couple Snyder-Péladeau pourrait s'inspirer du tableau Les Noces de Cana, commandé à Véronèse en 1562. Son contrat était de faire entrer autant de personnages qu'il le pouvait dans le tableau. Ce serait dans l'esprit de la «convergence» souhaitée par PKP pour rallier les souverainistes... Françoise David et Amir Khadir seront-ils dans le tableau de ces noces? Pas sûr!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer