Sur le dos des immigrants

Le candidat à la direction du PQ Pierre... (Yan Doublet, Archives Le Soleil)

Agrandir

Le candidat à la direction du PQ Pierre Karl Péladeau a suscité un malaise, mercredi, en laissant entendre que l'immigration met en péril le projet d'indépendance du Québec.

Yan Doublet, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

François Legault et Pierre-Karl Péladeau ont, tour à tour, dirigé les caméras vers les immigrants cette semaine.

Legault en proposant d'accélérer leur recrutement afin de les coller davantage aux besoins du marché du travail, mais en les soumettant à une probation de trois ans pour vérifier leur intégration au français, à l'emploi et aux valeurs québécoises.

Péladeau en déclarant qu'il faut hâter le pas vers la souveraineté avant que les immigrants ne soient suffisamment nombreux pour faire échec au oui lors d'un prochain référendum.

Legault: les propositions de la Coalition avenir Québec sont valables en ce qui a trait à un meilleur lien entre l'immigration et les besoins du marché du travail. Mais la proposition d'un test sur les valeurs québécoises est franchement ridicule: «Immigrant X, reconnaissez-vous l'égalité hommes-femmes? Bien sûr, monsieur l'inspecteur...»

La clé? L'emploi

La meilleure façon de favoriser l'intégration des immigrants, c'est de leur trouver des emplois. Le Québec n'a pas d'argent à perdre sur des tests bidons pour vérifier si les nouveaux arrivants savent que la violence familiale et la discrimination basées sur le sexe, la religion ou l'orientation sexuelles sont interdites par la loi et nos chartes.

Et si on a besoin d'un test pour faire respecter nos valeurs collectives, il faudrait également y soumettre tous les Québécois de souche qui sont nombreux à se retrouver devant les tribunaux pour des entorses à nos valeurs, nos droits et nos lois.

Péladeau: ses commentaires ont embarrassé le Parti québécois. Pourtant, c'est vrai que la souveraineté passe mal chez les immigrants, et on sait pourquoi: la plupart de ceux qui quittent leur pays pour vivre chez nous viennent «au Canada». Il n'est pas surprenant qu'ils aient des réserves à l'endroit d'une proposition visant à les sortir du pays d'accueil.

Exagéré

Pierre-Karl Péladeau a exagéré en disant que le PQ perd un comté par année à cause de l'immigration, mais sa seule faute a été d'avoir tenu en public des propos que plusieurs péquistes tiennent en privé. L'ancien député de Richelieu, Sylvain Simard, m'a déjà déclaré que plus le temps passe, plus la souveraineté devient difficile à cause de l'augmentation des immigrants au Québec. Pas très différent de l'opinion de PKP...

Et entre vous et moi, c'est moins pire que Bernard Landry qui a déjà déclaré que «de toute façon avec le passage du temps, de par la nature des choses, et c'est mathématique, les vieux vont disparaître» et le prochain référendum verra une majorité de oui.

Une chance qu'il ne parlait pas des vieux immigrants...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer