Le ministre de l'amour ou de la discorde?

Le coloré ministre de la Santé, Gaétan Barrette,... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le coloré ministre de la Santé, Gaétan Barrette, demande aux parents qui n'ont pas de problèmes médicaux de faire l'amour pendant trois ans avant d'avoir recours à la procréation assistée.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le coloré ministre de la Santé, Gaétan Barrette, demande aux parents qui n'ont pas de problèmes médicaux de faire l'amour pendant trois ans avant d'avoir recours à la procréation assistée. Selon lui, les statistiques démontrent que 95% des femmes qui ont une vie sexuelle active et qui n'ont pas de problèmes médicaux, vont se retrouver enceinte à l'intérieur de ce délai.

C'est tout de même surprenant qu'il faille inclure une telle règle dans un projet de loi. Ce n'est pas par caprice que les femmes se tournent vers une méthode aussi invasive et pénible pour avoir des bébés. Je ne sais pas si le ministre en a parlé à celles qui ont vécu l'expérience, mais il conviendra que c'est beaucoup plus agréable de faire l'amour que de passer par la fécondation in vitro. Enfin pour le gars, et certainement pour la fille aussi, à moins que son chum ne soit un vrai moron...

Trève de plaisanterie, je n'aurais jamais cru qu'un gouvernement soit forcé d'aller aussi loin dans la chambre à coucher des gens pour sauver 48 millions $.

J'en veux aux caricaturistes, les chanceux, qui sont passés avant moi sur le sujet, car la proposition du ministre est difficile à prendre au sérieux. Autrefois, c'est la photo du Pape et de la Sainte Vierge que l'on retrouvait dans les chaumières et même dans la chambre à coucher. C'est par obligation et pour faire des bébés que les parents s'adonnaient à la chose. Le plaisir, c'était le p'tit extra toléré par les curés. Remarquez que ma grand-mère, qui a eu 18 enfants, m'a déjà confié que le sexe, ce n'était pas vraiment le fun. Surtout quand le bonhomme rentrait de l'étable et sentait encore la vache.

Dorénavant, sous l'oeil bienfaisant du docteur Barrette, il faudra avoir du plaisir pendant trois ans avant de demander l'aide des docteurs. Un petit cours d'éducation sexuelle avec ça?

Dites-moi, docteur: s'il y a autant d'économie dans la procréation naturelle, pourquoi ne pas y aller d'incitatifs? Pourquoi ne pas offrir une croisière ou un voyage exotique aux futurs parents qui ont de la misère à procréer? Tout le monde le dit: c'est souvent quand le gars et la fille laissent le stress à la maison et s'en vont relaxer ailleurs que les spermatozoïdes ont le plus de chance de trouver un ovule à leur goût. Avec un tel incitatif, Gaétan Barrette deviendrait un vrai ministre de l'amour! Alors qu'avec sa loi 20, les caricaturistes en ont fait un ministre voyeur et contrôleur.

On savait déjà que M. Barrette veut avoir les deux mains sur le volant de la Santé. Mais peut-être qu'il en prend trop large en s'invitant dans la chambre à coucher. «Big Brother is watching now», avait prédit George Orwell dans son roman 1984, publié en 1949. Serait-ce finalement arrivé?

Et puis voilà que depuis jeudi, le ministre se retrouve dans une autre controverse et accusé d'ingérence dans la direction du Centre hospitalier de l'Université de Montréal. Le ministre de l'amour serait-il aussi celui de la discorde? Docteur Couillard, ça va mal!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer