Garderies: les gagnants et les perdants

Il y a deux enjeux politiques dans l'annonce du gouvernement Couillard sur les... (Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a deux enjeux politiques dans l'annonce du gouvernement Couillard sur les garderies: celui des promesses électorales brisées, et celui de l'équité.

Le premier est bien réel: la modulation des tarifs de garderies rompt avec l'engagement électoral des libéraux de s'en tenir à l'indexation des tarifs. Philippe Couillard a beau prétexter que le gouvernement précédent a laissé une situation budgétaire déplorable, les libéraux dénonçaient cette situation déjà avant de prendre le pouvoir. Ils ont donc pris leur engagement sur les garderies en toute connaissance de cause.

Le deuxième enjeu est plus important. Les promesses brisées des politiciens, on a l'habitude! Ce qu'il faut donc déterminer, c'est si la modulation des tarifs est préférable à la majoration de 2$ par jour proposée sous le gouvernement Marois.

Tarif intenable

On peut rêver en couleur et dénoncer la hausse pour se faire plaisir, mais peu importe le parti au pouvoir, péquistes et libéraux avaient déjà statué que le tarif actuel à 7,30$ ne pouvait pas être maintenu. Selon la proposition péquiste, pauvres et riches aurait payé 9$ par jour. Les libéraux ont décidé de protéger les pauvres et de faire payer l'addition par la classe moyenne et les plus riches.

Pour bien évaluer la hausse, il faut tenir compte de la contribution nette réclamée aux parents et non la contribution brute, parce que le calcul du supplément exigé au moment du rapport d'impôt tiendra compte des crédits d'impôts consentis par les gouvernements.

Il y a des gagnants et des perdants dans cette politique. Au net, le tarif des familles gagnant 50000$ et moins sera plus bas que le tarif actuel.

Pour celles dont le revenu se situe entre 50000$ et 100000$, la modulation proposée demeure plus avantageuse que le tarif unique de 9$ du Parti québécois, mais représente quand même une hausse par rapport au tarif actuel. 

C'est à partir de 75000$ que les familles commenceront à payer un peu plus cher.

La hausse est graduelle, mais à partir de 100000$, elle devient significative et coûtera 3,21$ de plus par jour, par enfant. À 120 000$, la majoration atteint 4,32$.

Où est l'équité?

Où se trouve l'équité dans ce débat? Comme les critiques accusent les libéraux de faire payer la classe moyenne, il faudrait d'abord définir ce qu'on entend par classe moyenne. Jeudi, Philippe Couillard a déclaré que le revenu familial moyen au Québec est de 70000$. C'est à partir d'un revenu de 85000$ que la hausse au net devient plus significative. Il faudra voir les statistiques sur les revenus des ménages, mais il saute aux yeux que c'est dans les poches de la classe moyenne que la ponction globale sera la plus importante. 

La hausse des tarifs quotidiens sera plus élevée pour les familles dont les revenus sont de 140000$ et plus, mais ces familles sont beaucoup moins nombreuses.

Dès que l'on tient à protéger les plus pauvres, serait-il préférable de faire porter les coûts à l'ensemble de la société par une hausse d'impôts? 

Probablement, mais là encore, il aurait fallu violer une promesse électorale. Plus on étudie ce dossier, moins il y a de solution facile.

On n'aurait pas ce débat aujourd'hui si les gouvernements précédents avaient indexé les frais de garderies lors de la création du programme.

Mais comme dans le dossier des droits de scolarité, qui s'est fort mal terminé, il est strictement impossible de revenir en arrière.

Les maudits journalistes

Pierre Karl Péladeau dénonce le harcèlement des journalistes dans les corridors du Parlement, ou sur son cellulaire. C'est le cas de l'arroseur arrosé.

M. Péladeau est l'un des barons de presse qui ont contribué à créer ce harcèlement avec la création des réseaux d'information continue comme LCN. Avec des bulletins de nouvelles aux heures, les journalistes doivent sans arrêt arpenter les corridors pour intercepter les politiciens. Les élus sont constamment interpellés sur les sujets du jour. Il faut nourrir la bête!

M. Péladeau arrive du privé. Sa réaction outragée me rappelle le retour en politique de John Turner en 1984, après neuf ans d'absence. M. Turner se scandalisait de voir les journalistes rapporter ses propos tenus lors de rencontres plus ou moins formelles. Il rappelait, avec nostalgie, le bon vieux temps où les politiciens, disait-il, pouvaient discuter en toute confiance avec les journalistes en fin de journée, autour d'un verre de scotch et d'un cigare, sans se retrouver le lendemain dans le journal.

C'était le bon vieux temps, mais c'est fini...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer