De Bourget à Nashville 

Gabrielle Goulet est originaire du village de Bourget,... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Gabrielle Goulet est originaire du village de Bourget, dans l'Est ontarien.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

LA GRANDE ENTREVUE / Enfant, Gabrielle Goulet rêvait de devenir vétérinaire. À l'adolescence, c'est la profession d'infirmière qui l'inspirait. Elle a finalement fait ses études collégiales en radiodiffusion, au collège La Cité. Et depuis quelques années, elle est éducatrice à l'école élémentaire catholique Sacré-Coeur, dans son village natal de Bourget, dans l'Est ontarien.

Mais son but ultime n'est pas de devenir vétérinaire, infirmière, animatrice à la radio ou éducatrice à vie. Le but suprême de cette Franco-Ontarienne de 24 ans est de vivre de sa musique. Parce qu'à travers ses rêves, ses ambitions et ses emplois des dernières années, Gabrielle Goulet est devenue une auteure-compositrice-interprète très connue en Ontario français et au Québec. Très connue dans la francophonie, point.

Et dire qu'il y a à peine 10 ans, elle ignorait qu'elle savait chanter...

« J'étais une fille hyperactive quand j'étais plus jeune, dit-elle. Ma mère m'inscrivait dans toutes sortes d'activités pour me faire bouger et m'occuper. Je n'étais pas méchante et indisciplinée, j'avais juste trop d'énergie. Quand j'avais 14 ans, ma mère m'a inscrite dans un cours de chant qui se donnait à l'école. Et quand j'ai chanté pour la première fois, la professeure m'a dit que je chantais très bien. Je l'ignorais. Mais quand j'ai donné mon tout premier spectacle - c'était la dernière semaine de ma huitième année à l'école élémentaire - quelque chose en moi a allumé. Et depuis ce moment-là, j'ai le rêve. Le rêve de faire de la musique pour le reste de ma vie. »

Et Gabrielle Goulet est bien partie pour une très longue carrière sur les planches...

Elle a lancé son premier album de musique country-pop, Papillon, en février 2013. 

Quelques mois plus tard, elle recevait le prix Étoile Galaxie dans la catégorie auteure-compositrice-interprète Pop-Rock-Folk au Festival western de Saint-Tite. En janvier 2014, elle a remporté le prix Coup de foudre Salut ! à Contact Ontarois. 

Lauréate du prix Meilleure interprète féminine au Gala des Prix Trille Or en 2015, elle a de plus remporté en novembre dernier le prestigieux prix Chanson de l'année SOCAN avec sa chanson Juste toi.

« Et ma chanson Pas plus que ça a été dans le Top 10 du palmarès Top 100 Radio BDS Francophones pendant 20 semaines, dit-elle fièrement. On parle du Top 10 des radios commerciales du Québec, comme Énergie, Rouge, CKOI et d'autres. Pour une artiste franco-ontarienne, c'est super bon. »

De Nashville à Bourget

Gabrielle Goulet a lancé son deuxième album intitulé Elle sait en mars dernier. Et elle revient tout juste d'un atelier d'écriture de chant dans la mecque de la musique country : Nashville.

« C'était magique là-bas, dit-elle. J'ai beaucoup appris et j'ai travaillé avec des professionnels de la musique country-pop. Et j'avais le sentiment d'être chez nous quand j'étais à Nashville. Je me suis sentie comme si j'étais faite pour être là. J'y retourne bientôt. Et j'ai vraiment hâte. » 

Mais bien qu'elle ait trouvé son deuxième chez soi au Tennessee, aux États-Unis, c'est à Bourget que la Franco-Ontarienne veut vieillir et faire son nid.

« Je suis une fille de campagne, lance-t-elle en souriant. Je me vois élever ma famille dans une grosse maison avec une grande cour, une piscine, un chien, un chat, des poules, des lapins. Et ce n'est pas en ville que je vais faire ça. Là j'habite Orléans, près de chez mon gérant Michel (Michel Bénac de la maison de disque LaFab Musique). On se voit deux fois par semaine et ça va bien. Mais c'est certain que, plus tard, quand je m'achèterai une maison, ce sera à Bourget. Pas ailleurs. Je veux que mes enfants fréquentent l'école de Bourget.

«Je sais que ma carrière m'emmènera peut-être ailleurs. Je l'espère. J'aimerais d'ailleurs percer en France, mais je dois travailler sur mon accent avant d'aller là, laisse-t-elle tomber en riant. Mais je donne déjà des spectacles à Windsor, à Toronto et partout au Québec. Ce n'est jamais à la porte anyway. Donc si je dois faire des heures de route, je vais les faire à partir de Bourget», conclut Gabrielle Goulet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer