Le merveilleux monde de Jojo

Johanne Lefebvre, alias Jojo.... (Denis Gratton)

Agrandir

Johanne Lefebvre, alias Jojo.

Denis Gratton

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

LA GRANDE ENTREVUE / Johanne Lefebvre chantait dans les bars, les festivals de la région, les tavernes. Mais la scène et la musique étaient un passe-temps et une passion pour elle, pas une carrière.

Sa carrière, sa vraie, elle la menait à la fonction publique fédérale. « Mon emploi au gouvernement était ma priorité, dit-elle. La stabilité était importante. Mais j'avais toujours cette soif de créer et de faire de la scène. c'était plus fort que moi », explique la Franco-Ontarienne de Hammond et mère de deux enfants âgés de 23 et de 22 ans.

Un jour, la veille d'un spectacle dans son village de Hammond, ses musiciens l'ont laissée tomber. Mais comme on dit dans l'autre langue officielle : the show must go on. Et la suite allait complètement changer la vie de Johanne Lefebvre. Comme quoi le destin fait parfois drôlement les choses. Elle raconte.

« C'était en mai 2000, se rappelle-t-elle. Il y avait un restaurateur local - Mike's Place que l'endroit s'appelait - qui organisait chaque année une importante collecte de fonds pour le CHEO (Centre hospitalier pour enfants de l'Est de l'Ontario). Cet événement durait toute une fin de semaine. J'étais donc censée y donner un spectacle en après-midi avec mes musiciens. Mais ce weekend-là, les gars (les musiciens) ont obtenu, à la dernière minute, des billets pour le Grand Prix à Montréal. Donc le gig avec Johanne a vite pris le bord», lance-t-elle en riant. 

«Mais je n'allais pas laisser tomber les organisateurs, poursuit-elle. Alors j'ai vite tourné ça de bord et j'ai plutôt donné un spectacle pour les enfants. J'ai créé mon personnage nommé Jojo, j'ai apporté mon ordinateur avec mes trames sonores et j'ai totalement improvisé un spectacle pour enfants.»

Et pendant que les musiciens de Johanne Lefebvre regardaient les autos passer au Grand Prix de Montréal, Jojo faisait un tabac à Hammond. Le hit du week-end. Et Jojo était née...

Depuis, Jojo, alias Johanne Lefebvre, a remporté deux Trille-Or, remis par l'Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM), dans la catégorie «spectacle jeune public». Et le premier de ses trois cd, À la ferme de Jojo, lui a valu un autre Trille-Or pour le meilleur album pour enfants de l'année. Elle a de plus lancé un DVD de À la ferme de Jojo, et les enfants de la région d'Ottawa et de l'Est ontarien peuvent regarder l'émission du même titre à la télécommunautaire Rogers, ainsi que sur les ondes de TVC22 de Rockland, tous les samedi matins.

Mais la popularité de Jojo a largement dépassé les frontière de la région. Johanne Lefebvre a donné des spectacles dans pratiquement toutes les écoles élémentaires de langue française de l'Ontario. «Je dirais que j'ai donné plus de 1000 spectacles pour enfants au cours des 15 dernières années. J'ai été partout en Ontario», dit-elle.

À la ferme de Jojo

Tous ces voyages dans les quatre coins de la province sont cependant devenus un peu épuisants et éreintants pour cette mère de famille aujourd'hui âgée de 52 ans. Et lorsque Johanne Lefebvre a lancé son premier album À la ferme de Jojo, en 2004, elle a décidé de vivre l'expérience à fond en achetant une ferme à Hammond.

Elle et son conjoint, Mario Perrier, ont pris une retraite anticipée de la fonction publique fédérale et ils ont développé leur terre à Hammond en y ajoutant une salle de spectacle (l'humoriste Réal Béland y sera vendredi, soit dit en passant), une salle de réunion et de mariage, ainsi qu'une cabane à sucre (qui offre ses derniers repas de la saison samedi et dimanche). Et ils ont nommé l'endroit la Station 4 saisons.

Et Jojo dans tout ça ? Eh bien Jojo a ni plus ni moins fait une Céline Dion d'elle-même, mais disons à plus petite échelle. Incapable de poursuivre ses tournées dans les écoles ontariennes en raison des nombreuses tâches à accomplir sur sa terre, elle a décidé de faire venir les écoles à elle. Et cette visite à la «ferme à Jojo» compte parmi les sorties les plus populaires de l'année scolaire dans les écoles élémentaires. 

«Plutôt que d'aller visiter les enfants dans leur école, explique Johanne Lefebvre, je les accueille chez moi, sur ma ferme. Ainsi, plutôt que de me voir en spectacle dans le gymnase pendant une heure, ils passent la journée entière ici avec moi. Jojo les accueille dans l'autobus scolaire, elle fait ensuite un grand rassemblement, elle leur présente les animaux de sa ferme comme ses moutons, ses chèvres, ses daims d'Europe, ses lapins et le reste. On a aussi des ateliers et un pique-nique. C'est une journée féerique pour les élèves. Et il y a contact humain ici entre moi et les enfants qui était impossible de créer dans les écoles.

«Les enfants aiment la chaleur de mon personnage, ajoute-t-elle. Ils la trouvent sympathique, colorée et drôle. Et moi, je joue Jojo pour eux. Je pense à eux, je me mets à leur place. Et je suis toujours à la recherche de choses qui m'émerveillent. Parce que je sais que les enfants en seront aussi émerveillés que moi.»

Pour une visite à la «ferme de Jojo» ou à la Station 4 saisons : www.jojo.ca

www.station4saisons.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer