Récolter l'amour

C'est à titre d'animatrice d'Opération enfant soleil que... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

C'est à titre d'animatrice d'Opération enfant soleil que Marie-Ève Janvier était de passage à Gatineau, mardi.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

LA GRANDE ENTREVUE / C'est l'histoire d'un fermier célibataire qui s'ennuyait, seul sur sa terre. Alors un jour, il dit à son chum qui habite la ville : « Je trouve le temps long. Je suis seul ici avec mes poules et mes vaches. Peux-tu faire quelque chose ?». Alors son chum lui répond : « Je vais t'arranger ça. Reste sur ta ferme demain et je vais t'emmener trois femmes de la ville. Tu pourras en choisir une parmi les trois ». Donc le lendemain...

J'arrête là. Et détrompez-vous, ce n'est pas une joke plate que je vous raconte, mais bien la trame de l'émission L'Amour est dans le pré, diffusée le jeudi soir au canal V. Voici ce qu'on peut lire sur la toile au sujet de cette émission : « Dans cette téléréalité animée par Marie-Ève Janvier, cinq agriculteurs, à la recherche du grand amour, accueillent sur leur ferme trois prétendantes. Des liens se tissent, des complicités naissent et espérons-le, une belle relation amoureuse s'installera peut-être ! ».

Alors c'est ce que je disais. Un fermier seul. On lui présente trois prétendantes. Advienne que pourra. Et ça marche...

Ça marche tellement que L'Amour est dans le pré se classe deuxième (après Les recettes pompettes) au chapitre des émissions les plus regardées sur V, avec des cotes d'écoute hebdomadaires qui frôlent les 700 000 téléspectateurs. Une vache à lait, quoi...

Mais comment l'animatrice Marie-Ève Janvier explique-t-elle le succès de cette émission qui en est à sa cinquième saison ?

« Je pense que les gens comprennent plus que jamais quel est le mandat de L'Amour est dans le pré, répond-elle. Ils comprennent le but de l'émission. On n'est pas dans le monde de Occupation double où il y a quelque chose à gagner en bout de ligne. Tout ce qu'il y a à gagner dans L'amour est dans le pré, c'est de l'amour. That's it, that's all. Le succès de l'émission passe par les participants qui s'y inscrivent. On a des agriculteurs et agricultrices - parce que nous avons une agricultrice cette saison - qui s'inscrivent avec une démarche sincère. Ils cherchent vraiment un ou une partenaire de vie. Et les prétendants et prétendantes ont aussi une bonne idée dans ce qu'ils s'embarquent. Et sept couples se sont officiellement formés depuis le début de L'Amour est dans le pré. Et de ces sept unions, douze bébés en sont nés. On n'est pas Occupation double sur la ferme. Pas du tout. Notre émission part d'une constatation que les agriculteurs ont de la difficulté à rencontrer l'âme soeur parce qu'ils n'ont pas le temps et parce qu'ils sont loin des grands centres », ajoute la chanteuse et animatrice.

Parlant d'union et d'âme soeur... Marie-Ève Janvier et le chanteur Jean-François Breau sont en couple depuis 12 ans et ils sont parents d'une fillette d'un an. 

Il se sont d'abord liés d'amitié lorsqu'ils faisaient partie de la troupe de Notre-Dame de Paris , il y a 18 ans. « J'avais alors 14 ans, se rappelle Marie-Ève Janvier. Et Jean-François avait 20 ou 21 ans. »

Et cette amitié entre les deux artistes est passée en mode amour quand ils sont retournés ensemble sur les planches, quatre ans plus tard, pour la comédie musicale Don Juan. « On embarquait dans l'une des plus belles aventures de notre vie », laisse tomber Marie-Ève Janvier. Et les deux amoureux offrent des spectacles et enregistrent des albums ensemble depuis.

« Les gens nous ont vus tomber en amour dans une comédie musicale qui a été un succès au Québec et ailleurs, dit-elle. À un moment donné, Jean-François et moi avons décidé de faire un spectacle ensemble à Tracadie, au Nouveau-Brunswick (la province natale de Jean-François Breau). Puis, on en a fait un deuxième chez moi, à Granby. Et de ces deux shows on est passé à 60. Puis on a enregistré un album ensemble et ça n'a jamais arrêté depuis. On a du fun là-dedans. Mais je dirais que depuis les deux dernières années, on nourrit beaucoup plus nos carrières solos, surtout en animation. »

Et c'est à titre d'animatrice d'Opération enfant soleil que Marie-Ève Janvier était de passage à Gatineau mardi. Un rôle qui lui tient à coeur, elle qui a perdu son frère - son « ami et confident », dira-t-elle - il y a quatre ans.  

« Mon frère Louis-Philippe est tombé malade (le cancer) à l'âge de neuf mois, se souvient-elle. Et de neuf mois à l'âge de trois ans, il a subi d'innombrables traitements de radio et de chimio à l'Hôpital Sainte-Justine (à Montréal). De là mon attachement à Opération enfant soleil.

«Louis-Philippe a ensuite vécu presque 20 ans sans séquelles de sa maladie, poursuit-elle. Puis le cancer est revenu 20 ans plus tard, plus agressif que jamais. Et mon frère est décédé en février 2013, à l'âge de 26 ans. Il y a quatre ans de ça et j'ai toujours de la difficulté à utiliser l'imparfait quand je parle de lui. Pour moi, il est toujours là. Quand ma fille sourit, je lui demande parfois : 'Est-ce oncle Louis-Philippe qui fait des blagues ?'". Mon frère va toujours exister pour moi et ma fille. Il sera toujours là. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer