La fermière bien-aimée

Marthe Laverdière est devenue une véritable star de... (Photo courtoisie)

Agrandir

Marthe Laverdière est devenue une véritable star de l'horticulture.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE - GRANDE ENTREVUE / C'est l'histoire d'une fermière qui se mêlait de ses affaires. Puis un jour...

Marthe Laverdière, 54 ans, est propriétaire des Serres Li-Ma, à Armagh, un petit village de 1400 âmes situé à une centaine de kilomètres à l'Est de Québec. Cette mère de trois enfants plantait ses légumes, prenait soin de ses fleurs et accueillait ses clients et amis en toute quiétude, à la campagne, bien heureuse dans sa routine et entourée des siens, Une petite vie, quoi. Mais une belle vie. Ou comme elle dit : « Je suis une grand-mère bien normale et bien heureuse qui fait de l'horticulture pis qui reste sur un tas de fumier ».

Mais le printemps dernier, sa bru a décidé de tourner une courte vidéo. Une vidéo dans laquelle Mme Laverdière, d'un naturel désarmant, offre des conseils sur l'horticulture dans son langage imagé et son franc-parler déconcertant. La fermière ne pouvait savoir que cette simple capsule vidéo allait changer sa vie et faire d'elle une vedette des réseaux sociaux... et une vedette tout court. 

Voici comment Mme Laverdière raconte dans ses mots ce moment où elle est instantanément devenue l'horticultrice la plus populaire du Québec :

« Ma bru, Marie-Christine, avait parti un Facebook des Serres Li-Ma. Elle était beaucoup sur Facebook. Moi, je ne savais pas comment ça marchait, cette affaire-là. Le printemps passé, une cliente qui feelait pas m'a demandé de mettre quelque chose sur le Facebook des Serres Li-Ma. Elle m'a dit : «mets-nous quelque chose de drôle pour nous remonter le moral, le temps est dull». Alors le lendemain, ma bru a pris son Kodak et elle a tourné une vidéo, pis elle a mis ça sur Facebook. Mais moi, le Facebook, je pensais que c'était seulement pour les paroisses autour d'icitte. Je pensais que c'était seulement pour notre monde, pour mes clients. »

Marthe Laverdière a vite compris le pouvoir et l'étendue infinie des réseaux sociaux. En quelques jours, sa capsule vidéo a accumulé les « j'aime » à grandes pelletées de « clics » et ce sont plus d'un million d'internautes qui se sont bidonnés en regardant cette drôle de fermière sympathique à la bonne humeur contagieuse.

« La vidéo a été vue jusqu'en Europe, affirme Mme Laverdière. Il y a beaucoup de Français et de Belges qui me suivent et qui m'écrivent. C'est à se demander s'ils comprennent tout ce que je dis. Mais en tout cas, ils ont d'l'air à trouver ça le fun !».

Marthe Laverdière et sa bru lancent depuis une capsule vidéo par semaine sur les réseaux sociaux. Et ces capsules sont aussi vues et partagées que la toute première. Et après une pause hivernale de quelques mois, les deux dames ont repris « le Kodak » cette semaine, et le premier « clip » de la saison 2017 de Marthe Laverdière sera mis en ligne dimanche.

« Je montre aux gens ce que j'ai appris, dit-elle. Beaucoup d'essais, beaucoup d'erreurs et beaucoup d'humour là-dedans. Y a des gens qui prennent l'horticulture beaucoup trop au sérieux. C'est rendu qu'ils se bourrent de Valium parce qu'ils savent pas s'ils vont réussir leurs bégonias ! Eille !! La vie est bien plus simple que ça ! (Rires). Peut-être que tu ne réussiras pas le premier coup, mais tu vas finir par l'avoir. »

***

Les serres Li-Ma sont devenus un attrait touristique. Les médias s'arrachent l'agricultrice d'Armagh. (Mais Mme Laverdière a dû récemment décliner une invitation à l'émission En mode Salvail sur la chaîne V. « Ça adonnait pas, explique-t-elle. Je recevais des amis pour une table champêtre ce soir-là »). 

Et le 22 mars prochain, Marthe Laverdière lancera son tout premier livre. « Les Éditions de l'Homme m'ont appelée pour me demander d'écrire un livre, raconte-t-elle candidement. Je leur ai demandé : «sur quoi voulez-vous que j'écrive ?». La fille au bout du fil m'a répondu : «n'importe quoi». Mais n'importe quoi... misère... je suis tout de même pas pour écrire un livre sur mes bobettes ! Alors la fille m'a dit d'écrire et qu'on verra quel chemin que ça prendra. Alors je l'ai écrit et il sort le 22 mars. C'est un mélange de trucs de jardinage, d'anecdotes drôles - comme mon premier bikini qui a été une expérience traumatisante au boutte pour moi - et il y a un peu de ma biographie dans tout ça. Mais en fin de compte, j'ai réalisé en l'écivant que l'horticulture, pour moi, n'est pas une science. C'est même pas un métier ou un loisir. C'est une façon de vivre. Et c'est ce que je veux montrer dans ce livre-là. »

***   

Marthe Laverdière sera de passage au Salon de la femme de l'Outaouais les 25 et 26 mars. Que viendra-t-elle raconter aux Gatinoises ?

« On va parler d'horticulture, c'est sûr, répond-elle. Et il y aura beaucoup d'anecdotes bien drôles. Mais ce que je veux aller dire aux gens de l'Outaouais, c'est ayez du fun avec votre cour. Ayez du fun à faire ça. Pis riez de vos niaiseries, riez de vos erreurs et riez de vos bad lucks en horticulture. Il ne faut pas se prendre au sérieux dans la vie. Je veux juste montrer aux gens que c'est simple et que c'est le fun. Et on va rire, je vous le promets ! J'ai bien hâte. On me dit que c'est un beau coin par chez vous. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer