Le rêve fou d'Alex Martel

Pour le fondateur du Rockfest, Alex Martel, l'événement... (Courtoisie, Jocelyn Michel)

Agrandir

Pour le fondateur du Rockfest, Alex Martel, l'événement restera toujours une affaire de famille.

Courtoisie, Jocelyn Michel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

LA GRANDE ENTREVUE / Il y a 12 ans, Alex Martel était leader du groupe heavy metal Deadly Apples. Ou était-ce un groupe de musique punk ? Peu importe. «On était un petit band local de Montebello un peu poche, un peu croche, et personne ne voulait nous booker», se souvient Alex, qui était alors âgé de 17 ans.

Donc aux grands maux les grands moyens, le «band de garage» Deadly Apples a décidé de créer son propre festival rock à Montebello et de s'inclure dans la programmation. Rien de moins. Et les Deadly Apples ont baptisé leur festival: le Rockfest.

«Mon père et mon oncle ont construit la scène, se souvient Alex Martel, qui est aujourd'hui âgé de 30 ans. Ma mère et mes tantes travaillaient dans la petite cantine installée sur les lieux. Et ma grand-mère était à la billeterie. C'était vraiment amateur, notre affaire», ajoute-t-il en riant.

Trois groupes rock se sont succédé sur la scène lors de cette première année. Et à peu près 500 personnes se sont déplacées pour aller les entendre. Disons que les wapitis du Parc Oméga ont attiré plus de visiteur à Montebello cet été-là...

Mais la graine était semée. La note était donnée. Et l'an dernier, lors de la 11e édition du Rockfest, ce sont approximativement 200 000 personnes, venues d'un peu partout sur la planète, qui ont envahi le petit village de Montebello dans la Petite-Nation pour voir et entendre, le temps d'un week-end, les plus grands groupes rock de l'heure.

Et les Deadly Apples dans tout ça ? «On a joué lors des cinq premières éditions du Rockfest, répond Alex Martel. Et nous étions rendus pas mal professionnels. On a enregistré un album à Nashville. On a été invités à d'autres festivals. Mais le Rockfest commençait à exploser en popularité et j'ai dû faire un choix. Et j'ai décidé de continuer avec l'organisation du Rockfest. Ça fait donc sept ans qu'on (les Deadly Apples) n'a pas fait de show. Mais qui sait si on ne se réunira pas sur scène un jour ?».

Tiens, tiens... Un scoop ?

Le Rockfest est devenu au fil des ans un incontournable pour les fans de cette musique. «Il est devenu plus grand que mes rêves les plus fous», lance Alex Martel.

Mais chez les Martel, ce festival restera toujours un peu une affaire de famille.

«Mes parents, mes oncles et mes tantes sont bénévoles chaque année, explique Alex. Ils ont toujours donné un coup de main et ils le feront encore l'été prochain. Et ma grand-mère, qui aura bientôt 90 ans, y sera aussi si sa santé le permet. C'est sûr qu'elle sera là si elle le peut. Elle adore ça.»

-Mais n'est-elle pas légèrement importunée par la musique ?

«Elle n'a aucun problème avec ça. Et de toute façon, on la place dans des spots plus tranquilles. L'an dernier, elle était à l'accueil des médias, qui se trouve un peu plus loin des scènes. Et elle était bien correcte avec ça. Donc si ma grand-mère revient l'été prochain, c'est encore elle qui accueillera les médias quand ils arriveront au Rockfest.»

La Saint-Jean

Alex Martel a surpris un peu tout le monde cette semaine en dévoilant la programmation du jeudi 22 juin 2017 du Rockfest. Au menu pour cette première soirée de festival: que des artistes et groupes francophones. Charlebois, les Cowboys Fringants, Loco Locass, les Trois Accords, Bernard Adamus et plusieurs autres. «La Saint-Jean va se fêter à Montebello cette année !», a clamé le fondateur du Rockfest.

Il va sans dire que cette programmation a irrité l'organisateur du festival L'Outaouais en Fête, le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault, dont l'événement se déroule à la même période que le Rockfest. Et il ne s'est pas gêné pour (re)lancer quelques flèches en direction d'Alex Martel et de son équipe.

«La Saint-Jean, ce n'est pas le 22 juin, c'est le 24, a déclaré M. Perreault au Droit, cette semaine. En ramenant la programmation francophone au jeudi, les organisateurs du Rockfest veulent garder la fin de semaine (de la Saint-Jean-Baptiste) pour les artistes anglo-saxons.»    

Des propos que Alex Martel prend avec un grain de sel.

«Je respecte ce monsieur-là (Jean-Paul Perreault), dit-il. Ça fait longtemps qu'il est là et il a un festival qui est super le fun. Mais ce n'est pas un secret pour personne qu'il aime chialer un peu sur tout et sur rien. Et là, on lui a juste donné une occasion de plus de le faire. Mais ça ne nous énerve pas.

«Pour nous, c'était mieux d'avoir notre soirée de la Saint-Jean (jeudi) le 22 juin. Il y a beaucoup de fêtes de la Saint-Jean les 23 et 24 juin, et les artistes québécois sont plus difficiles à avoir ces soirs-là. Donc en faisant ça le 22, nous étions pratiquement certains d'avoir la programmation que nous souhaitions», conclut Alex Martel.

Le festival Rockfest de Montebello se tiendra du 22 au 25 juin 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer