L'avocate d'Ottawa-Vanier

Originaire de Montréal, la députée d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Originaire de Montréal, la députée d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, se dit aujourd'hui Franco-Ontarienne et fière de l'être.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

LA GRANDE ENTREVUE / Professeure reconnue, doyenne de la faculté de droit de l'Université d'Ottawa et spécialiste du droit constitutionnel, la carrière de l'avocate Nathalie Des Rosiers est exceptionnelle. Il suffit d'une simple recherche sur la toile pour comprendre pourquoi cette Montréalaise - et Franco-Ontarienne d'adoption - a été nommée à deux reprises l'une des 25 avocates d'influence au pays. Et aussi pourquoi elle a reçu l'Ordre du Canada, l'Ordre de l'Ontario, deux doctorats honorifiques et plusieurs autres honneurs et distinctions pleinement mérités.

Mère de quatre enfants, Nathalie Des Rosiers est âgée de 56 ans. « Un bel âge pour se réinventer », lance-t-elle. Et c'est exactement ce qu'elle a fait en se « réinventant » comme politicienne et en étant élue, le 17 novembre dernier, pour succéder à Madeleine Meilleur à titre de députée provinciale d'Ottawa-Vanier.

« Comme avocate, ça fait assez longtemps que je cogne aux portes des gouvernements en leur disant : «vous devriez faire ça» ou «vous ne devriez pas faire ça». Alors je me suis dit que c'était peut-être le temps d'arrêter d'être de l'extérieur, et d'essayer de faire changer les choses de l'intérieur, explique-t-elle. Je connais bien Madeleine Meilleur, j'ai travaillé avec elle sur certains enjeux et j'ai beaucoup d'admiration pour elle. Donc je veux m'assurer de préserver son héritage. Et mes quatre enfants sont plus âgés maintenant. Ça me permet de faire quelque chose de différent maintenant qu'ils sont presque tous partis de la maison. »

Durant la campagne électorale de l'automne dernier dans la circonscription d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers a promis qu'elle allait tout faire en son pouvoir, si élue, afin que la Ville d'Ottawa soit désignée officiellement bilingue dans le cadre des célébrations du 150e de la Confédération, donc en 2017. Et la nouvelle députée provinciale n'a pas oublié cette promesse.

« Nous sommes en train de regarder différentes stratégies (à ce sujet), affirme-t-elle. On regarde quelles sont les possibilités au niveau législatif. Je travaille là-dessus maintenant.

- Est-ce que la province pourait l'imposer (le bilinguisme officiel) ?

- C'est ce qu'on est en train de voir, répond-elle. C'est exactement la question que nous sommes en train de nous poser : Quels sont les mécanismes possibles et les plus efficaces ?, (...) Ce qu'on veut assurer par la désignation, c'est la pérennité du bilinguisme de la Ville d'Ottawa. »

Nathalie Des Rosiers est née à Montréal et elle a un peu suivi les traces de son père dans le monde du droit. 

« Mon père était notaire et il avait un bureau familial, raconte-t-elle. Je travaillais là quand j'étais jeune. Ma mère s'occupait des comptes et l'une de mes tantes était à la dactylo. Je suis le premier enfant de la famille et je suis née dans ce bureau. Disons que j'étais destinée à devenir avocate », ajoute-t-elle en riant.

Après avoir complété des études supérieures aux États-Unis (notamment à la prestigieuse Université de Harvard, à Boston), Nathalie Des Rosiers est déménagée à London, en Ontario. « Par amour », dit-elle. Ou qui prend mari prend pays, quoi.

« J'ai vécue à London pendant 15 ans, se souvient-elle. Et c'est là-bas que je me suis vraiment engagée dans la cause franco-ontarienne. J'étais impliquée dans le mouvement des garderies francophones et j'étais présidente de l'Association des juristes d'expression française de l'Ontario (AJEFO). Et c'est dans mon rôle de présidente de l'AJEFO que j'ai écrit un texte pour la défense de l'Hôpital Montfort lorsqu'elle celui-ci a été menacé de fermeture en 1997. Je me considère aujourd'hui Franco-Ontarienne. Et j'en suis fière. Mes quatre enfants sont nés en Ontario. »

Mme Des Rosiers et les siens sont déménagés à Ottawa en 2000 lorsqu'elle a été nommée présidente de la Commission de Droit du Canada. Elle habite la circonscription d'Ottawa-Vanier depuis trois ans.

La députée tiendra un « portes ouvertes » dimanche à son bureau de circonscription situé au 237 chemin de Montréal, secteur Vanier. La députée accueillera les visiteurs de 13 h à 15 h.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer