Des soeurs pour la vie

Rebecca Prévost et sa «grande soeur» Christine Moreau... (Courtoisie)

Agrandir

Rebecca Prévost et sa «grande soeur» Christine Moreau

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En cette Journée mondiale du bénévolat, la grande entrevue du samedi cède la place ce matin à une histoire de... bénévolat. Une histoire d'amitié qui dure depuis 10 ans, et qui durera toujours...

Christine Moreau avait 27 ans en 2005 quand elle a décidé de faire du bénévolat. Elle est aujourd'hui mère de deux fillettes âgées de 15 et trois mois, mais elle était célibataire à l'époque et elle voulait donner un peu de son temps.

«Je voulais évidemment faire quelque chose que j'aime, dit-elle. Et j'aime beaucoup les enfants. Alors j'ai choisi de faire du bénévolat en devenant "grande soeur" chez les Grands Frères et Grandes Soeurs de l'Outaouais (GFGSO).» 

On lui a confié Rebecca Prévost, une fillette alors âgée de sept ans.

«Je ne comprenais pas vraiment ce que ma mère voulait dire par "grande soeur", se souvient Rebecca. J'étais enfant unique, comment pourrais-je avoir soudainement une grande soeur? Alors ma mère m'a expliqué que j'allais rencontrer quelqu'un qui allait passer du temps et s'amuser avec moi, comme font les frères et soeurs.» 

Dix ans se sont écoulés depuis. Mais Christine et Rebecca se souviennent encore de leur toute première rencontre. Quand je leur ai demandé si elles se souvenaient de ce moment, les deux «soeurs» se sont regardées et ont lancé ensemble en éclatant de rire: «L'autruche!»

Des explications s'imposaient...

Rebecca et Christine, en 2005... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Rebecca et Christine, en 2005

Courtoisie

«Quand Christine est devenue "grande soeur", de raconter Rebecca, elle devait remplir des questionnaires. Et quand on lui a demandé si elle avait des animaux à la maison, elle a répondu qu'elle avait une perruche. Mais quand on m'a dit ça, j'ai compris, de mes sept ans, qu'elle avait une autruche. Donc quand j'ai été chez elle pour la première fois, je cherchais partout dans sa maison pour l'autruche!»

«Elle était tellement cute, enchaîne Christine en parlant de Rebecca.  Elle n'avait même pas encore enlevé sa tuque qu'elle demandait: "Elle est où!? Elle est où, l'autruche!?" Je l'ai trouvée tellement mignonne. J'avais de légères appréhensions avant de rencontrer Rebecca. Mais tous mes doutes se sont dissipés dès ce moment-là. Elle m'a eue à "autruche".»

Christine et Rebecca ont développé une belle amitié au fil des 10 dernières années. Bien que dans leur cas, c'est beaucoup plus qu'une amitié. Elles sont réellement devenues des soeurs. 

«J'ai emmené Rebecca au restaurant pour sa fête l'an dernier, raconte Christine. À un moment donné, la serveuse nous a demandé: "Êtes-vous des soeurs?" Alors nous nous sommes regardées, Rebecca et moi, et nous avons répondu en même temps: "Oui." Et la serveuse d'ajouter: "Je le savais, vous vous ressemblez tellement." On en a bien ri.»  

Christine et Rebecca ont multiplié les sorties et les activités au fil des ans. Christine, qui adore faire de l'équitation, a toujours pu compter sur sa "petite soeur" pour l'accompagner. Et Rebecca aime bien quand Christine lui fait découvrir un restaurant ou café de la région. Ce ne sont que deux exemples parmi tant d'autres, elles qui se voient pratiquement chaque semaine. 

Mais quand j'ai demandé à Rebecca quel était son plus beau souvenir des 10 dernières années avec sa «grande soeur», elle s'est souvenue d'un moment. Pas d'une sortie, mais d'un moment.

«C'est quand Christine m'a annoncé qu'elle était enceinte de sa première fille, a-t-elle répondu. J'étais tellement heureuse pour elle. Christine a fait tellement pour moi que de la voir enfin heureuse avec sa propre famille, son enfant à elle, m'a donné une immense joie. Et ça m'a fait réaliser à quel point elle était devenue importante pour moi.»

***

Rebecca aura 18 ans dans deux semaines. Son dossier chez les GFGSO sera donc fermé. Ainsi, elle et Christine ne seront plus «grande soeur» et «petite soeur» au sein de cet organisme. Dorénavant, elles seront tout simplement... des soeurs. Des soeurs pour la vie.

«C'est sûr que Rebecca et moi allons continuer de nous voir, de dire Christine. J'aurai besoin d'elle pour qu'elle m'aide avec mes deux bébés!

- Je serai toujours là pour toi», de lui dire Rebecca en souriant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer