Un rôle à prendre au sérieux

Greg Fergus a obtenu 52% des votes dans... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Greg Fergus a obtenu 52% des votes dans Hull-Aylmer, le 19 octobre dernier.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qui prend mari prend pays, dit-on. Mais pour le nouveau député fédéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, c'est plutôt le contraire. Qui prend épouse prend pays, devrait-on dire dans son cas.

Greg Fergus est venu à Ottawa à la fin des années 1980 poursuivre ses études universitaires grâce à une bourse obtenue dans le cadre du programme des pages parlementaires. Mais son intention était de retourner chez lui à Montréal une fois ses études terminées.

Il a cependant fait la rencontre de Julie Cool - celle qui allait devenir son épouse en 1991 - et les deux tourtereaux, qui sont aujourd'hui parents de trois enfants âgés de 18, 20 et 22 ans, habitent à Gatineau depuis plus de 20 ans.

Et si le nouveau député libéral maîtrise aujourd'hui le français, c'est aussi en grande partie grâce à son épouse. «Je parlais un peu de français à Montréal, dit-il, mais pas beaucoup. C'est quand j'ai rencontré Julie que je l'ai vraiment appris. Elle m'a incité à prendre ça au sérieux», lance-il en souriant.

Greg Fergus, 46 ans, est le fils de parents immigrants anglophones qui se sont établis à Montréal. Sa mère est native de la Jamaïque. Et son père est originaire de l'Île de Montserrat, une dépendance du Royaume-Uni d'à peine 4500 habitants située dans les Caraïbes, au nord-ouest de la Guadeloupe. «Je ne croyais pas mon père quand il me disait qu'il venait de ce pays, parce que la moitié des cartes du monde ne montrent pas cet endroit», dit le député en riant.

«J'ai été élevé en anglais dans un quartier juif de Montréal, reprend-il. Et nous étions les seuls Noirs sur notre rue dans une ville francophone. J'étais donc une minorité, dans une minorité dans une minorité! (Rires.) Mais ça m'a donné une belle perspective sur le monde. Je peux apprécier les différences et voir nos ressemblances.»

***

Greg Fergus, titulaire d'un baccalauréat en sciences sociales et d'un autre en relations internationales, travaille au sein du Parti libéral du Canada (PLC) depuis de nombreuses années. Conseiller politique principal de plusieurs ministres au cours des deux dernières décennies, il a de plus été directeur national du PLC de 2007 à 2009.

Lui qui a toujours travaillé un peu dans l'ombre a fait le saut en politique, sous les réflecteurs, en 2014, remportant l'investiture libérale dans Hull-Aylmer sur ses deux adversaires, l'ancien maire de Gatineau, Yves Ducharme, et le conseiller municipal gatinois, Maxime Tremblay.

Mais ce n'était pas surprenant que Greg Fergus fasse enfin le saut en politique, lui qui, à l'âge de 14 ans, dévorait les revues parlementaires Hansard. Alors que d'autres adolescents de son âge s'amusaient à lire les magazines satiriques et humoristiques Croc et MAD, lui était plutôt passionné par les procès verbaux de la Chambre des communes à Ottawa...

«Certains députés étaient amusants à lire, affirme-t-il. Et d'autres étaient tout simplement brillants. Et quand j'ai été page parlementaire durant mes années universitaires et que j'ai rencontré ces gens-là, c'était... wow! Et de marcher sur le tapis vert à la Chambre des communes était pour moi tout un honneur! Donc quand Marcel Proulx (l'ancien député libéral de Hull-Aylmer) a été défait en 2011 (par la néo-démocrate Nycole Turmel), j'ai vu une opportunité pour poser ma candidature à l'investiture libérale. J'habite la région depuis 20 ans, mes enfants sont nés ici. Alors je me suis dit: pourquoi pas.»

«J'étais préoccupé par le fait qu'il y avait trop de gens (élus) qui ne prenaient pas la politique au sérieux au Canada, poursuit-il. Des gens plus préoccupés par leur rôle que ce qu'on peut faire avec ce rôle. Mais être député est un rôle très sérieux. Et il faut le prendre au sérieux et connaître ses dossiers à fond. Et c'est ce que j'ai l'intention de faire.»

Greg Fergus n'a cependant pas fait l'unanimité chez les libéraux de Hull-Aylmer quand il a remporté l'investiture de ce parti en décembre 2014. Marcel Proulx, qui appuyait la candidature d'Yves Ducharme, avait alors déclaré au Droit: «Je ne pense pas qu'on ait élu le candidat qui va attirer les foules libérales ou les foules du comté pour voter libéral pour lui.»

Le 19 octobre dernier, Greg Fergus a obtenu 52% des votes dans Hull-Aylmer, triomphant de la députée sortante Nycole Turmel par plus de 11 000 voix...

«C'est dommage que M. Proulx ait dit ça, laisse tomber M. Fergus. Mais je pense qu'il a éventuellement reconnu mes qualités et les qualités de ma campagne électorale puisqu'il m'a appelé trois semaines avant les élections pour m'offrir un coup de main. Et j'ai été très heureux de le recevoir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer