Laprise en terrain connu

L'humoriste Philippe Laprise passera l'été au Cégep de...

Agrandir

L'humoriste Philippe Laprise passera l'été au Cégep de l'Outaouais où il présentera jusqu'au 29 août son spectacle Plus sexy que jamais.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'humoriste Philippe Laprise passera l'été au Cégep de l'Outaouais où il présentera jusqu'au 29 août son spectacle Plus sexy que jamais. Mais ce Saguenéen âgé de 39 ans ne sera pas en terrain inconnu en Outaouais puisqu'il a déjà été animateur au club Addiction (devenu le bar Le Mardi Gras) du secteur Hull. Et il a bien hâte de renouer avec son public gatinois.

«J'ai animé dans ce bar pendant trois ans, se souvient-il. C'était un club très réputé pour l'humour à l'époque. J'ai aussi présenté des spectacles à deux ou trois reprises à la salle Odyssée (Maison de la culture). Et cet été, au Cégep, je présente un spectacle rodé au quart de tour.

«Le public de Gatineau - je le connais bien pour avoir animé là pendant trois ans - est un public très ouvert, très sympathique, très coquin. C'est un public qui cherche à s'amuser et à avoir du plaisir, et j'ai bien hâte de m'amuser avec vous», ajoute-t-il.

Et si vous êtes amateur de vélo, ne soyez pas surpris si vous croisez Philippe Laprise sur une piste cyclable de la région. Il suit un régime depuis un certain temps - il est passé de 316 à 266 livres - et son vélo est devenu son meilleur ami. «J'ai mon vélo avec moi dans l'auto et je vais probablement en faire tout le week-end à Gatineau, dit-il. Il paraît que vous avez les plus belles pistes cyclables au monde. Donc dès [vendredi] matin, je mets le cap sur le parc de la Gatineau.»

Concilier famille et tournée

Le spectacle Plus sexy que jamais sera présenté au Cégep durant les week-ends. Le reste de la semaine, Philippe Laprise sera avec les siens, à Montréal. Quand on est père de trois enfants âgés de 12, huit et quatre ans et qu'on présente annuellement plus d'une centaine de spectacles en province, on rentre à la maison à chaque occasion qui se présente.

D'ailleurs, l'humoriste trouve-t-il difficile la tâche de concilier vie familiale et tournées de spectacles?

«C'est très difficile, répond-il. Des fois, j'ai l'impression que je ne suis même pas dans ma famille. (Rires.) C'est comme si je n'appartiens pas à la famille tellement je ne suis pas là. Mais je pense que mes enfants sont rendus habitués à cette routine. Ils n'ont pas l'air de mal vivre avec ça. Évidemment, ça prend une blonde très ouverte qui peut pallier à tout ce que je ne peux pas faire.»

Son épouse, Mylaine Richard, est professeure d'art dramatique. Elle a de plus réalisé la mise en scène du spectacle que son conjoint présentera ici cet été.

«Je l'ai invitée une fois à venir voir le show parce que j'étais un peu perdu dans certaines affaires, explique Philippe Laprise. Et elle m'a tellement réencadré que je l'ai impliquée dans le spectacle. Quand t'as un trouble du déficit de l'attention, comme c'est mon cas, t'as besoin de quelqu'un comme elle qui est capable de t'enligner dans les bonnes affaires. Donc, je me suis dit que c'est elle et mon bon ami Nicolas Boucher qui allaient faire la mise en scène.»

Le besoin de rire

Philippe Laprise n'est évidemment pas le premier humoriste à passer l'été à Gatineau pour y roder ou pour y présenter un spectacle. En fait, il semble avoir tellement d'humoristes au Québec qu'on a parfois l'impression qu'ils pourraient remplir à eux seuls la programmation annuelle de la Maison de la culture de Gatineau.

Comment Philippe Laprise explique-t-il cet engouement des Québécois pour les humoristes?

«Je pense qu'on est tanné de ce qui se passe dans la société en général et que, des fois, on a besoin de rire et de décrocher, croit-il. Ce que j'aime d'un spectacle d'humour, c'est que pendant deux heures, t'oublies tes problèmes. Les gens oublient leurs problèmes et on connecte ensemble pour vivre de quoi pendant deux heures. Je pense que c'est ce que le Québec a vraiment besoin ces temps-ci ; de s'amuser, de décrocher et de rire.

«Et rire, c'est comme faire de l'exercice, ajoute-t-il. Quelqu'un qui rit dépense des calories. C'est quand même pas pire. T'es assis à dépenser des calories. C'est bon, ça.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer