La timide Chantale Richer

Chantale Richer a fait carrière dans la radio... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Chantale Richer a fait carrière dans la radio en Outaouais, en plus de monter sur les planches de théâtre.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans son adolescence à Trois-Rivières, la comédienne et ex-animatrice de radio Chantale Richer était si timide et complexée qu'elle n'avait pas d'amis. Ses soirées, elle les passait seule dans sa chambre à «jouer à la radio» avec son magnétophone à cassettes.

«Je faisais mes propres entrevues, je répondais à mes propres questions, se souvient-elle, sourire aux lèvres. Je chantais, j'avais des pauses musicales. Je pouvais passer des heures dans ma chambre à jouer avec mon magnétophone à cassettes. Je ne savais pas que, plus tard, j'en ferais une carrière.»

Sa carrière radiophonique, c'est ici en Outaouais qu'elle l'a faite. Sa voix a fait partie du quotidien de milliers de gens pendant presque 30 ans, elle qui a animé - entre autres émissions - la populaire Ma radio au boulot, sur les ondes de la station Rouge FM, autrefois appelée CIMF, puis Rock Détente.

Puis en août 2013, après 29 années derrière le micro, on lui a montré la porte. Sans avertissement. Sans explication. Merci et au suivant.

«Bell Média venait d'acheter Astral et je ne faisais pas partie des projets de cette compagnie, dit-elle. On ne m'a pas vraiment expliqué pourquoi. Mais j'avoue que j'en doutais un peu. Quand j'ai vu comment ils se sont comportés avec (les animateurs) André Blanchette et Alain Larivière, je savais que ce serait bientôt mon tour (d'être remerciée). J'étais la plus ancienne, il y avait beaucoup de jeunes qui entraient. Donc je devinais que je serais la prochaine.

«Ils voulaient faire de la place et c'est correct, poursuit-elle. Je n'ai pas quitté pleine d'amertume. J'avais fait le tour du jardin après 29 ans. J'ai passé de bons moments à CIMF, j'ai fait de belles rencontres et ce travail m'a permis de me dépasser personnellement, moi la petite fille timide qui jouait tout le temps seule.

- Presque deux ans ont passé depuis, vous ennuyez-vous de la radio? lui ai-je demandé.

- Non. Du tout. Je me suis dit que c'est un signe de la vie, qu'il faut que j'aille ailleurs et essayer autre chose. J'ai eu une offre d'une autre station (de Gatineau) quand CIMF m'a remerciée. Je l'ai refusée. C'était trop vite, je n'étais pas prête, je n'avais pas fait mon deuil. Ça ne me tentait pas trop de retourner en studio de quatre à six heures par jour, ou dans mon aquarium comme je l'appelais. Je voulais faire autre chose et rencontrer des gens.»

Le cadeau de Bouffe Resto et Cie

C'est par pur hasard que Chantale Richer a croisé, l'automne dernier, l'ancien morning man de la radio et propriétaire des Productions Quoi, Daniel Séguin. Et quand celui-ci lui a demandé si elle pouvait coanimer un magazine culinaire qu'il produisait, elle a immédiatement accepté. Elle et le chef gatinois Thierry Deletrez ont tourné, l'an dernier, une saison de l'émission Bouffe Resto et Cie, au réseau de télévision communautaire MAtv, et le tournage d'une deuxième série d'émissions débute la semaine prochaine.

«Daniel m'a fait un beau cadeau en m'offrant cette émission, dit Chantale Richer. J'ai travaillé seule pendant 29 ans, et maintenant je travaille avec une équipe et un réalisateur formidables. J'ai pleuré quand on a complété le tournage de la première saison. Et je suis vraiment contente que ça revienne pour une deuxième.»

Chantale Richer a deux vies. Le jour, on l'entendait à la radio, on la regarde maintenant à la télé. Et le soir, elle est comédienne professionnelle depuis 1991 et elle a joué dans d'innombrables pièces au Théâtre de l'Île du secteur Hull.

«Quand j'étais adolescente, je rêvais de devenir comédienne, se souvient-elle. Mais mes parents n'étaient pas vraiment d'accord, ils me disaient que j'allais crever de faim. J'ai suivi des cours d'art dramatique au secondaire et au cégep. Mais en réalité, j'ai appris sur le tas. Je vous dirais que ma grande école de théâtre a été dans la région avec Gilles Provost (l'ancien directeur du Théâtre de l'Île). Et je suis privilégiée, je joue dans une à deux productions de théâtre par année. Et je vais en faire tant et aussi longtemps que je le pourrai, c'est ma passion.»

Chantale Richer jouera au Théâtre de l'Île cet été dans la comédie TOC TOC.

«Nous sommes trois femmes et trois hommes sur scène, dans la salle d'attente d'un médecin spécialiste du TOC (troubles obsessionnels compulsifs), explique-t-elle. Et je joue le rôle de Marie. Celle qui vérifie tout de 20 à 30 fois, minimum. Mais tout! L'électricité, son poêle, son eau, ses clés, tout.»

TOC TOC sera présentée du 8 juillet au 29 août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer