Qui est Alex Trebek?

Alex Trebek sera de passage dans la région... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Alex Trebek sera de passage dans la région la semaine prochaine. Il offrira 2,25 millions de dollars à l'Université d'Ottawa qui, pour le remercier, inaugurera en sa présence le pavillon Alex Trebek, soit le premier pavillon des diplômés de cette institution.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alex Trebek n'a pas oublié ses racines.

Natif de Sudbury, au nord de l'Ontario, d'une mère franco-ontarienne (Lucille Lagacé) et d'un père immigrant ukrainien, cette icône populaire connue un peu partout sur la planète pour ses 30 années à la barre du jeu questionnaire américain Jeopardy! sera de passage à Ottawa la semaine prochaine.

Et durant son séjour dans la capitale nationale, il offrira 2,25 millions de dollars à l'Université d'Ottawa qui, pour le remercier, inaugurera en sa présence le pavillon Alex Trebek, soit le premier pavillon des diplômés de cette institution.

Pourquoi ce don si généreux à «l'université canadienne»?

«Parce que cette université m'a grandement aidé à devenir l'homme que je suis devenu, répond Alex Trebek au bout du fil de sa résidence à Los Angeles. Je suis heureux de savoir que mon nom sera lié en permanence à une université que je tiens en très haute estime. Mais mon nom ne voudra rien dire aux gens d'ici 15 ou 20 ans. Ce sera un peu comme le Château Laurier. Les gens y séjournent, ils trouvent que c'est un bel hôtel, mais ils ne se demandent jamais pourquoi l'endroit porte le nom Château Laurier», ajoute-t-il humblement.

Puis en changeant complètement de sujet, il me lance : «T'as déjà écrit un texte sur Robert Charlebois, n'est-ce pas?

- Heu... oui. Je l'ai rencontré il y a quelques années. Il chante encore et il est toujours aussi bon.

- Il est l'un des artistes francophones que j'admire le plus. Chante-t-il toujours sa chanson Dolorès

(Puis, il en a fredonné un bout en français!)

Plutôt surréaliste et déconcertant comme échange, ai-je pensé, compte tenu que je m'entretenais avec le gagnant de cinq Emmy Award sur 27 nominations, un homme qui possède son étoile sur le Hollywood Walk of Fame, en plus de détenir le record Guinness du plus grand nombre d'émissions animées par le même animateur. Une émission qui, soit dit en passant, est regardée quotidiennement par plus de 10 millions de personnes en Amérique du Nord.

Ses années à Ottawa

Alex Trebek, 74 ans, a aujourd'hui une double citoyenneté américaine et canadienne. Il a fait ses études élémentaires en français (une langue qu'il maîtrise toujours très bien) à l'école St-Louis-de-Gonzague, à Sudbury.

«J'ai été élevé en français et en anglais, se souvient-il. Je parlais français à ma mère et anglais à mon père qui n'était pas bilingue, mais qui était francophile. Je suis déménagé à Ottawa à l'âge de 13 ans pour mes études secondaires (au pensionnat des Oblats de Marie Immaculée). Puis j'ai ensuite été à l'Université d'Ottawa qui était à l'époque trilingue: anglais, français et latin. Et j'ai aussi travaillé durant trois ans comme journaliste à la radio et à la télé de CBC. Ce boulot me permettait de payer mes études et de manger un peu de temps en temps.

«Donc, j'ai vécu neuf ans à Ottawa en tout et partout, poursuit-il. Et j'ai hâte d'y retourner la semaine prochaine et de revoir le marché By, là où vous travaillez. J'adore ce marché. Mais je ne sais pas si j'aurai le temps, on m'accueille au parlement en après-midi. Je crois qu'ils m'ont invité parce que j'ai des impôts impayés. (Rires.) Donc je vais me lever du balcon dans la Chambre des communes et crier aux élus: "Je vais payer mes taxes! Laissez-moi partir!"».

Animateur charismatique, intelligent et souvent pince-sans-rire, Alex Trebek est aussi maître de l'autodérision, lui qui a joué son propre rôle dans plus de 70 films et séries télévisées, dont Cheers et Seinfeld. Mais il a aussi été parodié à plusieurs reprises dans des comédies télévisées telles The Simpsons, Family Guy et Saturday Night Live. Ces parodies l'agacent-elles?

«Pas du tout, répond-il. Ça me fait plutôt réaliser que Jeopardy! et moi faisons partie de la culture américaine, du Americana. Ou du Americanada, devrais-je dire. Donc, c'est gratifiant et ça ne m'a jamais offusqué. Je fais partie de la vie des gens, je fais partie de la famille. C'est magnifique.

- Merci M. Trebek.

- Et merci à toi. Et j'espère que le Canadien gagnera sa série contre Tampa Bay. Je suis un partisan du Canadien, j'adorais Jean Béliveau, il était un vrai gentleman. C'est d'ailleurs un bel hommage qu'on lui a rendu cette année, c'était très touchant. Donc j'espère que les Canadiens gagneront la coupe Stanley, ils sont dus. Ils doivent poursuivre la tradition des Habitants!», conclut-il en français.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer