Les bonbons de tante Kathleen

« Mme Wynne me fait parfois penser à une vieille... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

« Mme Wynne me fait parfois penser à une vieille tante qui visite ses neveux et nièces de temps en temps et qui a toujours des bonbons pour eux dans le fond de sa sacoche », affirme le chroniqueur Denis Gratton.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Surprise ! C'est ce que la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, devrait lancer chaque fois qu'elle fait une annonce concernant les Franco-Ontariens. Surprise !

Parce que Mme Wynne a cette curieuse habitude de nous surprendre avec des cadeaux au moment où l'on s'en attend le moins.

Prenez par exemple l'annonce de lundi sur la création d'un ministère des Affaires francophones pour remplacer l'Office des affaires francophones. Oui, les Francos revendiquaient la création de ce Ministère depuis longtemps. Mais à ce que je sache, ce n'était pas vraiment un dossier prioritaire ces jours-ci et personne n'en parlait depuis un certain temps.

Mais lundi, le bureau de Mme Wynne a publié un communiqué de presse pour annoncer des changements au sein du Conseil des ministres. 

Puis à la toute fin de ce communiqué, dans le tout dernier paragraphe, on apprenait que, by the way, un ministère des Affaires francophones sera créé. Surprise !

Ce n'est pas la première fois que la première ministre nous fait le coup.

En février 2016, Mme Wynne a pris tous les Franco-Ontariens par « surprise ! » en annonçant qu'elle allait s'excuser pour l'infâme Règlement XVII. Heu... merci, on dit les Francos. Mais pourquoi là ? Pourquoi maintenant ? Parce qu'un député d'arrière-ban de Sudbury les avait demandées, ces excuses. C'était aussi simple que ça. Comme s'il suffisait de demander.

Et pourtant, on demande un bilinguisme officiel à l'échelle de la province de l'Ontario depuis toujours et on attend encore. Je devrai en parler à ce député de Sudbury... Il connaît sûrement un truc ou deux qui m'échappent.

En février 2017, un an après ces surprenantes excuses, Mme Wynne a récidivé en annonçant la construction d'un monument à Queen's Park qui rendra hommage au legs des francophones de l'Ontario et à leurs contributions à la province. Un monument qui sera inauguré en 2018. Un autre cadeau inattendu. Une autre surprise.

Mme Wynne me fait parfois penser à une vieille tante qui visite ses neveux et nièces de temps en temps et qui a toujours des bonbons pour eux dans le fond de sa sacoche.

Le mois suivant, en mars dernier, tante Kathleen nous a encore surpris en reconnaissant la chanson Notre Place de (feu) Paul Demers et François Dubé, comme l'hymne officiel des Franco-Ontariens. Et chantez maintenant !

C'est bien beau tout ça. Une chanson, un monument, des excuses officielles, et maintenant un ministère (mais sans argent frais, sans nouvelles ressources et sans création d'emplois). 

Pratiquement toutes des choses qu'on n'avait pas vraiment demandées. Mais de beaux gestes symboliques cependant de la part de la première ministre. Comme on dit : on n'en demandait pas tant. 

Merci tante Kathleen.

Mais ironiquement, ce qu'on demande reste lettre morte !

Qu'en est-il, par exemple, de l'université franco-ontarienne que la jeunesse francophone en province réclame depuis des années ? Le rapport du Conseil de planification de cette future université dirigé par Dyane Adam a été déposé le 30 juin dernier. 

On aurait pu croire que ce rapport allait être rendu public dès son dépôt, ou dans les jours suivants.

Eh bien non. On devra attendre à l'automne pour pouvoir y jeter un coup d'oeil, a décidé la ministre des Affaires francophones, Marie-France-Lalonde. Quand à l'automne ? Au début de cette saison, en septembre ? Ou à la fin de cette saison, passé la mi-décembre ? On ne sait pas. On devra patienter. Ronger notre frein. Attendre encore.

Et c'est la même chose en ce qui a trait au bilinguisme officiel pour la Ville d'Ottawa, à l'immigration et la refonte de la Loi 8. Patientez, les Francos. Ne nous bousculez pas.

Tenez, voici un bonbon ! Ça devrait vous tenir occupés pendant un certain temps.

Surprise !




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer