«La Petite Pomme»

« Pourquoi une photo de New York sur la... (Capture d'écran)

Agrandir

« Pourquoi une photo de New York sur la page Facebook du candidat Paul Loyer plutôt qu'une photo de... je ne sais pas moi... de Limbour, mettons ? », demande notre chroniqueur.

Capture d'écran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / La Ville de Gatineau serait-elle « la Petite Pomme » ? Après New York dite « la Grosse Pomme », Gatineau pourrait bien s'approprier le surnom de « la petite pomme ». Après tout, ces deux villes - Gatineau et New York - se ressemblent tellement que c'est à s'y méprendre parfois, vous ne trouvez pas ?

Où vais-je avec cette comparaison plus que boiteuse, demandez-vous ? Je vous explique.

Paul Loyer est candidat indépendant dans le quartier Limbour aux élections municipales de novembre prochain. Et sur sa page Facebook, M. Loyer a lancé son slogan de campagne, « Limbour d'abord », et il a ajouté une photo en arrière-plan. Une photo de... New York. De l'île de Manhattan avec ses innombrables gratte-ciel, son Times Square, son Central Park et le reste.

Pourquoi une photo de New York sur la page du candidat Loyer plutôt qu'une photo de... je ne sais pas moi... de Limbour, mettons ? J'ai demandé à M. Loyer. Et voici ce qu'il avait à dire. « Quand j'ai cherché pour une photo dans une banque (de photos) sur internet, j'ai choisi cette photo-là. Elle était gratuite et on pouvait la prendre. Je vais peut-être la changer pour avoir des photos de la ville (Gatineau). Mais avec la Ville, il faut avoir la permission pour mettre des photos de la ville. 

«Et j'aimerais ça que notre ville soit comme New York, un peu créative, et tout ça. Que les gens veuillent venir à Gatineau. Que ce soit une destination. Qu'on puisse amener des gens ici. On est la quatrième plus grande ville au Québec, il faut la faire ressortir, cette ville-là.

-Mais pourquoi New York et non une photo d'une autre ville, M. Loyer ?

-C'était la première photo qui est sortie et je la trouvais belle avec les cours d'eau (Fleuve Hudson, East River, Harlem River). À Gatineau on a aussi les cours d'eau, le Musée de l'histoire, on a des bâtisses, on voit le Parlement de l'autre bord, il y a les bateaux à la marina du parc Jacques-Cartier. Tout ça mis ensemble avait le look de ça (de New York).»

Eh bien... Une chance que les deux tours Brigil ne sont pas encore construites. On pourrait alors méprendre Gatineau pour Dubaï...

Changement de sujet...

Un lecteur du nom d'Égide Dandenault m'a fait parvenir un courriel jeudi dernier (le 20 juillet). Voici des extraits de sa missive qu'il a intitulée «Un cadeau pour Dame Manon» :

«Bonjour Monsieur Gratton,

«J'aurais un cadeau spécial qui, me semble-t-il, ferait plaisir à votre dulcinée, Madame Manon. Il est toutefois trop volumineux et fragile pour être acheminé dans une enveloppe. Le problème, c'est qu'à mon âge (90 printemps), me rendre à votre journal m'apparaît quasi comme si je devais escalader l'Everest. Y aurait-il quelqu'un du Droit qui pourrait passer à ma porte aujourd'hui ?»

Je lui ai répondu pour, premièrement, le remercier. Et pour lui dire que je passerais chez lui au début de la semaine prochaine (cette semaine). Puis fidèle à mes habitudes, j'ai oublié...

Or, mercredi après-midi, M. Dandenault a «escaladé l'Everest» et il s'est pointé à la réception du Droit dans nos bureaux du marché By. J'ai été à sa rencontre et je me suis excusé de nombreuses fois de ne pas être passé chez lui comme prévu. «Je comprends, vous êtes occupé», a-t-il répliqué en souriant et en me serrant la main.

Puis il m'a tendu une branche d'arbre qu'il avait soigneusement enveloppée dans une épaisse feuille de plastique. «Cette branche est tombée de l'arbre devant chez moi, m'a-t-il expliqué. Et à l'intérieur, parmi les feuilles, vous y trouverez un nid d'oiseaux. C'est un tout petit nid. Mais c'est fascinant de voir le travail que les oiseaux ont mis dans la fabrication de leur nid. Quand je l'ai trouvé, j'ai tout de suite pensé à Madame Manon. Elle aime beaucoup les animaux, n'est-ce pas ?

-Oui, beaucoup.

-Alors vous lui donnerez ce nid de ma part.»

Son geste m'a touché. Et sachez, M. Dandenault, que Dame Manon a elle aussi été profondément touchée par votre geste. Que vous pensiez à elle comme ça et que vous vous soyez déplacé pour simplement lui faire plaisir lui a arraché quelques larmes.

Votre nid est entre bonnes mains dans notre nid, M. Dandenault. Merci.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer