Du beau baseball

Il y avait tout près de 3000 personnes... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Il y avait tout près de 3000 personnes au match de dimanche dernier.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Ma blonde voulait aller pique-niquer dimanche dernier.

Il faisait beau, pas trop chaud, une journée d'été comme on les aime. Mais un pique-nique ? Comme s'asseoir dans l'herbe, manger des sandwiches, éloigner les satanées fourmis et regarder les arbres pousser ? Pas vraiment ma tasse de thé, dois-je avouer.

J'étais donc en mission. L'objectif : trouver une autre sortie à faire par ce beau dimanche après-midi.

Et si on allait plutôt au baseball, ai-je songé. Elle aime le baseball. Elle le regarde avec moi l'automne pendant les séries pour le championnat des Ligues majeures. C'est à peu près le seul sport qu'elle aime regarder, à bien y penser. Mais il y a toute une différence entre le baseball professionnel et les Champions d'Ottawa de la Ligue Can-Am.

J'ai cependant des collègues de travail qui vont régulièrement aux matches des Champions et ils n'en disent que du bien. « Du beau baseball », me répètent-ils. Et j'aime le « beau baseball ».

J'ai aussi eu la chance d'interviewer le gérant des Champions d'Ottawa, Hal Lanier, il y a deux ans. Et lui aussi m'a dit que son équipe jouait du bon baseball. Et si quelqu'un connaît son sport, c'est bien lui. Hal Lanier a joué pendant huit ans dans les Ligues majeures du baseball et il a été gérant des Astros de Houston dans les années 1980. Il a d'ailleurs été nommé gérant de l'année des Ligues majeures en 1986. Pas un deux de pique, mettons.

J'allais donc tenter ma chance. Proposer à ma blonde une sortie au baseball plutôt qu'un pique-nique romantique. Inutile de vous dire que mes chances étaient minces. Je croyais même avoir droit à son traditionnel « idiot ». Mais à ma grande surprise, elle a dit oui.

Et mes collègues avaient raison. C'est du maudit beau baseball qui se joue au parc Raymond Chabot Grant Thornton.

Il y avait tout près de 3000 personnes au match de dimanche dernier. L'ambiance dans le stade était festive et familiale. Le divertissement sur le terrain entre les manches était amusant. Les coûts pour l'entrée au stade, le stationnement et la bouffe étaient raisonnables. Un beau dimanche après-midi, quoi. Et beaucoup plus divertissant qu'un pique-nique !

Ma blonde s'est-elle amusée, demandez-vous ? Oui. Trop...

« On devrait revenir dimanche prochain, m'a-t-elle lancé en sortant du stade après une victoire de 3 à 2 des Champions sur les Capitales de Québec.  

-Ils seront sur la route jusqu'au 27 juillet, lui ai-je répliqué.

-Alors revenons le 27 ! C'est un dimanche ?

-Non, un jeudi.

-Alors ce sera génial ! Le jeudi est la soirée des hot-dogs à un dollar !

-Mais comment sais-tu ça ?

-Tu n'écoutais pas l'annonceur maison, Denis ? Il l'a répété au moins trois fois durant le match.

-Ah bon.

-Et d'ici là, il faudra visiter la boutique de souvenirs des Champions.

-Mais pourquoi ?

-Afin qu'on s'achète chacun une casquette et un t-shirt des Champions. Donc dorénavant, quand on viendra au stade, on va matcher toi et moi.

-Matcher, dis-tu...

-Bien sûr !

-Tu ne penses pas Manon qu'on aurait l'air un peu...

-Un peu quoi ?

-Un peu... comment dirais-je... un peu niaiseux ?

-Mais pas du tout ! Et la prochaine fois, rappelle-moi Denis d'apporter les jumelles.

-Les jumelles ? Mais c'est un petit stade et nous sommes tout près du terrain. Pourquoi apporter les jumelles ? Souffres-tu de myopie ?

-Afin que je puisse voir les joueurs de plus près. Comme ce joueur dont tu me parlais qui a grandi à Vanier. Sébastien... quoi encore ? Tu sais, le numéro 18 ?

-Sébastien Boucher.

-Oui, lui ! Qu'il avait de belles petites fesses, celui-là ! C'est vrai Denis que c'est beau le baseball !

-Donc si je comprends bien, Manon, tu veux revenir au baseball pour te vêtir en Champion, pour te bourrer de hot-dogs et pour observer de plus près les fesses des joueurs.

-Pourquoi penses-tu que je regarde le baseball à la télé avec toi ? Certainement pas pour le jeu, je ne comprends rien !

-Misère... »

J'aurais dû opter pour le pique-nique...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer