S.O.S. Murales

Gérald Savoie, Michelle de Courville Nicol, Gisèle Lalonde,... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Gérald Savoie, Michelle de Courville Nicol, Gisèle Lalonde, Michel Gratton et Ronald Caza lors de l'inauguration de la murale en juin 2009.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / «Mais vos murales sont belles ».

Si vous habitez Vanier, vous avez sûrement déjà entendu cette phrase. « Mais vos murales sont belles ». C'est la réplique habituelle lorsqu'on dit à quelqu'un qu'on habite ce secteur de la Ville d'Ottawa.

Ces gens vous lancent d'abord un regard inquisiteur. Comme s'ils se demandaient pourquoi vous avez choisi d'habiter cette ancienne ville à la réputation... comment dirais-je... à la réputation douteuse, mettons. Puis ils ajoutent : « mais vos murales sont belles ». Comme s'ils voulaient nous réconforter et nous consoler dans notre malheur.

C'est correct, chers amis. Pas besoin de nous prendre en pitié. Si on a choisi Vanier pour y vivre, c'est qu'on y est bien. C'est aussi simple que ça. Et sa réputation serait peut-être moins « douteuse » si certains médias apprenaient leur géographie et cessaient de mentionner que tout crime commis dans l'est d'Ottawa a eu lieu à Vanier. Comme si l'est d'Ottawa se résumait à cette ancienne municipalité, alors que celle-ci n'occupe qu'un mille carré de l'immense étendue de l'est de la capitale.

Ceci dit, c'est vrai qu'elles sont belles nos peintures murales. On en compte 38 dans le secteur Vanier, peintes entre les années 1998 et 2010. Et chacune d'elle raconte à sa façon l'histoire de cette ancienne municipalité majoritairement francophone.

J'ai mes favorites. Comme celle des frères vaniérois, Denis et Jean Potvin, qui ont d'abord joué tous deux pour les 67's d'Ottawa de la Ligue de hockey junior de l'Ontario, puis pour les Islanders de New York de la Ligue nationale de hockey. Denis Potvin est aujourd'hui membre du Temple de la renommée du hockey. On peut voir cet oeuvre sur le mur du Centre francophone de Vanier, à l'angle des chemins de Montréal et Marier.

Puis il y a la peinture murale de l'incendie qui a détruit l'Hôtel Eastview en 1990, peinte sur le mur de la Banque Scotia du chemin de Montréal. C'est à ce luxueux hôtel que mes parents avaient célébré leur mariage, en 1950. Un peu plus loin sur la rue Barrette, sur le mur du restaurant Il Vagabondo (la meilleure cuisine italienne d'Ottawa, à mon avis), vous y verrez les élus du tout premier conseil municipal de Vanier, ou d'Eastview comme cette ville s'appelait à l'époque. Tandis qu'à quelques pâtés de maisons de là, sur le mur de l'ancien restaurant El Meson, se trouve une autre peinture murale, mais du dernier conseil municipal celle-là. 

Et bien entendu, il y a la peinture murale de S.O.S. Montfort, à l'angle de la promenade Vanier et du chemin McArthur. Je ne peux passer par là sans jeter un coup d'oeil sur cette fresque des principaux acteurs de cette lutte historique. Les Gisèle Lalonde, Michelle de Courville Nicol, Ronald Caza, Gérald Savoie et un certain Michel Gratton... Un mélange de fierté, de tristesse et de nostalgie m'habite chaque fois que j'aperçois cette oeuvre de l'artiste Marie-Hélène Lajoie.

J'avoue cependant que j'étais contre ce projet de peintures murales lors de son lancement en 1998. J'ai même écrit dans une chronique que l'argent investi dans ce projet serait peut-être mieux dépensé ailleurs dans Vanier. Je me trompais. Parce que comme diraient nos visiteurs : « mais vos murales sont belles ».

Il y en a toutefois deux qui sont devenues un peu moins belles, victimes des intempéries et du temps. Soit celle de S.O.S. Montfort, justement, et l'autre du quartier Vanier, qui se trouve juste à côté de la précédente, sur la promenade Vanier. Ces deux murales ont dû être entreposées en avril dernier, et elles nécessitent des travaux majeurs de restauration avant d'être affichées à nouveau. Et le coût de ces travaux s'élève à 80 000 $.

Le Muséoparc Vanier a lancé une campagne de sociofinancement pour obtenir les fonds nécessaires à la restauration de ces deux oeuvres.

Si vous pouvez aider : gofundme.com, ou museoparc.ca

Juste un petit don. Un petit coup de main et un petit coup de coeur. Parce que les visiteurs ont raison : elles sont belles, nos murales.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer