Merci Adrien

«Si l'Ontario français devait avancer, elle devait conséquemment...

Agrandir

«Si l'Ontario français devait avancer, elle devait conséquemment foncer. Se battre. Lutter. Et Adrien Cantin aura été un véritable poids lourd pour la cause et l'épanouissement des Franco-Ontariens», écrit notre chroniqueur.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / La communauté franco-ontarienne a perdu un grand, un vrai. Un gars qui avait sa ville natale de Hearst et l'Ontario français de tatoués sur le coeur.

Adrien Cantin incarnait les mots : journaliste engagé. Engagé était-il envers «sa» communauté franco-ontarienne. Il aimait d'ailleurs citer son vieil ami, (feu) Michel Vastel, qui lui avait dit un jour «qu'un journaliste qui travaille dans une communauté minoritaire et qui n'est pas engagé est un traître à sa communauté». Adrien croyait profondément en ces mots.

Mais attention. Il n'était pas un simple messager au service des élites francophones de la province. Croire une telle chose de lui l'aurait insulté au plus profond de son être.

Adrien disait plutôt les choses telles qu'elles étaient. Quitte à «écorcher» certains ou à compromettre des amitiés. Franc, direct, honnête, prompt et juste. Il l'a été durant ses cinquante années en journalisme et, j'en suis pas mal sûr, jusqu'à son dernier souffle. Adrien questionnait. Il remettait en cause. Il ne se laissait pas berner par des slogans, par des vagues de drapeaux ou par des discours rassembleurs mais vides de sens.

Si l'Ontario français devait avancer, elle devait conséquemment foncer. Se battre. Lutter. Et Adrien aura été un véritable poids lourd pour la cause et l'épanouissement des Franco-Ontariens de partout en province.

Sur la lutte pour que la Ville d'Ottawa soit officiellement bilingue, Adrien se disait en faveur. Bien entendu. Mais encore, il questionnait. «Les francophones d'Ottawa occupent-ils vraiment leur ville ?, demandait-il dans une entrevue accordée en 2015 à la journaliste de TFO, Gisèle Quenneville, de l'émission "Carte de visite". Si nous voulons être visibles et entendus, de poursuivre Adrien, il faudrait d'abord prendre notre place. Occuper notre place au centre-ville d'Ottawa plutôt que de cacher nos sièges sociaux dans le fond d'un parc industriel», ajoutait-il en lançant une flèche - voire un conseil - à l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario dont le siège social se trouve dans l'Est d'Ottawa... dans un parc industriel.

Sur la mise sur pied d'une université franco-ontarienne, Adrien se disait encore une fois en faveur. «Mais qu'enseignera-t-on dans cette université ?, questionnait-il. Quels seront les matières et les programmes offerts ? Ça, ajoutait-il, personne n'en parle».

Prendre notre place. Aller jusqu'au bout de nos rêves et de nos ambitions. Croire en nous. Lutter parce que notre cause est juste. Avoir le courage de nos convictions. Tous des mots incarnés par Adrien.

La communauté franco-ontarienne a perdu un grand, un vrai.

Sur une note un peu plus personnelle, je dois un peu ma carrière ici au quotidien Le Droit à Adrien Cantin. C'est lui qui m'a embauché à l'été de 1991. Il était alors chef des nouvelles, il cherchait un correspondant régional dans l'Est ontarien et il a arrêté son choix sur moi.

Peut-être parce que nous avions des atomes crochus, lui le « p'tit cul» de Hearst et moi le "p'tit cul" de Vanier. Peut-être parce qu'il avait décelé en moi un certain talent. Ou serait-ce parce qu'il était un bon ami de mon frère Michel ? Je vais deviner : toutes ces réponses.

Adrien m'a fait confiance. Comme il a fait confiance à d'innombrables jeunes journalistes qui ont choisi de suivre ses pas. Il a cru en moi. Il m'a guidé, encouragé, et engueulé parfois quand je le méritais. Et pour tout ça, je lui en serai infiniment reconnaissant.

Merci est un bien petit mot aujourd'hui. Mais c'est le seul que j'ai, Adrien. Donc merci, mon ami. Du fond du coeur.

Mon frère et Vastel t'attendent de l'autre côté. Tu sauras où les trouver au clair de lune...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer