Vingt-cinq ans de charité

Soeur Andrée Ménard (à gauche) et la bénévole... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Soeur Andrée Ménard (à gauche) et la bénévole Anna Bourgon réchauffent le coeur des enfants à la maison Chez Mère Bruyère.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Anna Bourgon fête cette année ses 25 ans de bénévolat. Et malgré ses 88 ans, cette mère de cinq enfants, grand-mère de quatre petits-fils et arrière-grand-mère d'une petite-fille compte bien poursuivre sa « mission » jusqu'à ce que le Ciel en décide autrement.

« Mon mari est décédé à l'âge de 56 ans et mes enfants ont quitté la maison, dit-elle. J'étais seule chez moi et je voulais faire du bénévolat. Puis j'ai vu une annonce dans Le Droit, il y a 25 ans, dans laquelle on disait qu'on cherchait des gens pour offrir des vêtements aux enfants de familles dans le besoin. Ça m'intéressait, j'aime beaucoup les enfants. Et c'était à deux pas de chez moi en plus de ça. Donc je suis venue voir et je suis ici depuis. Et c'est devenu mon deuxième chez-moi. »

Ce « deuxième chez-moi » dont parle Mme Bourgon, c'est la maison Chez Mère Bruyère, située en plein coeur du secteur Vanier, à Ottawa.

Un endroit où règne la charité à son état pur. Et un endroit qui a aussi fêté ses 25 ans le 19 mars dernier.

Chez Mère Bruyère, on donne des vêtements. Des vêtements pour les enfants âgés de zéro à 12 ans. Et la mission de cette maison ne se limite pas au secteur Vanier. Ce sont des familles de la grande ville d'Ottawa, de Kanata à Orléans, qui profitent de la générosité de cette maison administrée par la congrégation des Soeurs de la Charité.

« Nous sommes le seul endroit à Ottawa où tout est donné, explique la directrice de Chez Mère Bruyère, Soeur Andrée Ménard. Et au cours des 25 dernières années, il n'y a pas un salaire qui a été versé ici. Pas un seul sou. Mon adjointe Soeur Lise et moi pouvons compter sur la générosité de onze bénévoles. Des gens dévoués, comme notre chère Mme Bourgon. »

Pour parler de Chez Mère Bruyère en chiffres, ce sont 702 familles (144 de Vanier et 558 d'ailleurs à Ottawa) qui ont visité et profité de l'endroit en 2016. Et l'équipe de Chez Mère Bruyère a offert gratuitement plus de 32 000 vêtements l'an dernier à plus de 1 500 enfants âgés de zéro à 12 ans. Des chiffres tristement renversants. « Et ces chiffres vont en croissant d'année en année », laisse tomber Soeur Andrée.

On y reçoit des mères monoparentales, des familles dans le besoin et beaucoup de nouveaux arrivants. Et tous sont accueillis inconditionnellement, sans distinction de race, de langue, de religion et de condition sociale.

« On a présentement un boom de Syriens et de Burundais, souligne Soeur Andrée. Ces nouveaux arrivants visitent d'autres organismes d'Ottawa pour des meubles et pour d'autres besoins. Et ces organismes nous les envoient afin qu'on puisse leur donner des vêtements pour leurs enfants. Et tout se fait sur rendez-vous seulement. Chaque visite est d'une durée d'une heure afin de donner tout le temps nécessaire aux mamans pour qu'elles puissent bien choisir les vêtements pour leurs enfants. Et en même temps, elles jasent un peu de leur situation avec nous. Elles ont souvent besoin de parler. Et avant qu'elles quittent, nous offrons un jouet à chaque enfant. »

Mais la question et celle-ci : où les Soeurs de la Charité prennent-elles tous ces vêtements ? Parce qu'il faut voir l'endroit pour le croire. Chaque pièce de la maison de briques rouges est remplie à craquer de vêtements pour enfants. Une pièce pour les enfants âgés de zéro à deux ans. Une autre pièce de la maison pour les tout-petits de trois à sept ans. Puis une autre pour les plus grands. De quoi rendre jaloux certains magasins à rayons.

« Nous avons de généreux donateurs, répond Soeur Andrée. Nous recevons des dons en argent et des dons de vêtements. Et j'en achète beaucoup aussi. J'achète tous les sous-vêtements et tous les bas, parce qu'on ne donne pas de sous-vêtements et de bas usagés. Je vais au Tigre Géant de la rue Bank, là où on nous offre 20 % de rabais, et j'achète des pyjamas, des t-shirts, des pantalons et le reste. L'automne dernier, j'ai acheté 400 paires de bottes d'hiver. Et il ne nous en reste pas beaucoup. 

«Nos bienfaiteurs sont généreux, ajoute Soeur Andrée. Nous avons des bienfaiteurs anonymes, mais aussi des groupes comme les Filles d'Isabelle, les clubs Optimiste et l'Insitut canadien-français, pour ne nommer que ceux-ci. Et le club des tricoteuses du Centre Pauline-Charron nous donne 300 tricots tous les mois de novembre. On ne manque de rien, même si la demande augmente d'année en année depuis 25 ans. On fait confiance à la Divine Providence.»

Pour offrir un don à la maison Chez Mère Bruyère : 613-744-5920.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer