Un monument «unique»

CHRONIQUE / On aime parfois se compliquer la vie en Ontario français... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / On aime parfois se compliquer la vie en Ontario français...

En 2015, dans le cadre de la commémoration officielle des 400 ans de présence française en Ontario, le gouvernement provincial s'est engagé à ériger un monument dédié aux Franco-Ontariens à Queen's Park. Bien gentil de sa part. On n'en demandait pas tant.

C'était donc en 2015. Mercredi - donc à peu près deux ans plus tard -- la ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, a convoqué les médias à Toronto pour dévoiler le site de ce futur monument provincial dédié à la communauté francophone. Le site. Mme Lalonde n'a pas annoncé le début de la construction de ce monument. Elle a plutôt réuni les journalistes pour annoncer qu'un site a été trouvé. (Et avis aux intéressés, ce monument sera érigé sur la pelouse Ouest de l'entrée principale des terrains de Queen's Park).

Or, maintenant qu'on a choisi le site, j'imagine qu'on peut conclure que la construction de ce monument débutera incessamment. Heu... non. Pas si vite, le Franco.

Parce que l'Office des affaires francophones doit d'abord obtenir les conseils de son « comité consultatif en art public » qu'elle a mis sur pied pour l'érection de ce monument. « Ce comité est composé d'experts en art, architecture, aménagement urbain et patrimoine historique et culturel, de même que des représentants de la communauté francophone et du quartier environnent de Queen's Park », peut-on lire dans le communiqué de presse émis mercredi lors du dévoilement du... site.

Donc la question se pose : c'est pour quand, ce sapré monument !?

Il sera dévoilé au début de 2018, a-t-on indiqué mercredi lors de la conférence de presse.

Trois ans, donc. C'est le temps nécessaire pour d'abord annoncer la construction prochaine de ce monument, puis pour créer un comité consultatif, pour réunir tout ce beau monde, pour trouver un site et, enfin, pour débuter la construction.

On aime parfois se compliquer la vie en Ontario français, disais-je. Parce que les choses auraient pu être si simples, si faciles, si vites.

Il existe déjà en province 15 Monuments de la francophonie de l'Ontario. Quinze. Huit à Ottawa, deux à Sudbury, et cinq dans l'Est-ontarien (Clarence-Rockland, Hawkesbury, L'Orignal, Casselman et Cornwall). Le tout premier a été aménagé le 25 septembre 2006 devant le Centre éducatif du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), à Ottawa. Ça fait donc 11 ans que la communauté franco-ontarienne construit et érige des Monuments de la francophonie. Et ces 15 monuments en 11 ans ont été construits, à ce que je sache, sans la mise sur pied de comité consultatif en art public...

C'est quoi un Monument de la francophonie, demandez-vous ? Voici la description trouvée sur le site Web de ces monuments : « Les Monuments de la francophonie sont des parcs historiques composés d'un immense drapeau franco-ontarien entouré de plaques de granite soulignant la contribution des francophones au développement et à la réussite de la province de l'Ontario. (...) Ils sont des espaces francophones extérieurs bien exposés à la communauté. »

Bref, ces monuments sont exactement ce que la province veut ériger à Queen's Park ! La même maudite affaire !

N'y a-t-il pas quelqu'un, quelque part, qui aurait pu suggérer au gouvernement Wynne qu'un 16e Monument de la francophonie en province soit érigé à Queen's Park ? Et que ce monument deviendrait ainsi le tout premier des 16 a être construit dans la grande région de Toronto ? Trop simple ? Trop facile ? Trop vite ?

M'enfin... Les Franco-Ontariens auront un jour leur monument provincial à Queen's Park. C'est ce qui compte, finalement. C'est un pas de plus. Un petit pas, faut-il en convenir. Mais un pas.

Un pas de plus vers une université franco-ontarienne. Un pas de plus vers une province officiellement bilingue. Un pas de plus vers l'obtention de notre place, chez nous, pour toujours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer