La visite de dame Chance

La famille Lachance, constituée d'Alain, Christine, Marc et...

Agrandir

La famille Lachance, constituée d'Alain, Christine, Marc et Geneviève, ont reçu un chèque de 25 millions $, mercredi, à Gatineau. De leur côté, Stéphanie Boucher Lacroix et Louis Laroche ont mis la main sur 1 million $.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Marc Lachance, 54 ans, venait de perdre son emploi. Garde de sécurité dans une entreprise de Gatineau, il se demandait bien ce que l'avenir réservait à lui et sa mère de 84 ans dont il prend soin chez lui. Pas facile de se trouver un nouveau boulot quand on est âgé dans la cinquantaine.

La malchance allait aussi frapper un peu plus loin à Gatineau. Louis Laroche, 28 ans, est rentré à la maison ce soir-là avec une épaule disloquée. Accident de travail pour cet employé de la construction. Et bien que sa conjointe, Stéphanie Boucher-Lacroix, ait un bon emploi chez Brigil, ces jeunes parents d'une fillette de deux ans savaient bien que les prochains mois allaient être tout un défi au niveau financier.

Marc et Louis ne se connaissent pas. Mais ce jour-là, ces deux Gatinois partageaient quelque chose en commun. Les deux étaient un peu « décrissés » de la vie.

Puis cette vie qui venait de leur lancer une vilaine courbe leur a soudainement souri. C'est arrivé le samedi 21 janvier, il y a quelques jours.

Marc Lachance achète des billets de Lotto 6-49 depuis 1983. Il n'a jamais gagné grand-chose durant ces 34 ans de jeu. Mais il répète à son frère et ses deux soeurs - trois Gatinois qui habitent aujourd'hui la région de Montréal - qu'il partagera avec eux ses gains si jamais il gagne le gros lot.

Et samedi dernier, Marc a gagné le gros lot. Vingt-cinq millions de dollars. Il n'en croyait pas ses yeux. Et il est demeuré assis seul à la table de cuisine pendant de longues minutes à fixer des yeux la combinaison gagnante sur son billet. Et lorsqu'il a finalement réussi à se convaincre qu'il était devenu millionnaire en ce dimanche après-midi (le lendemain du tirage), il a immédiatement appelé son frère et ses soeurs, Alain, Geneviève et Christine, pour leur annoncer qu'eux aussi étaient soudainement devenus riches, très riches. Et quand les quatre se sont rassemblés chez Marc et leur mère dimanche soir, disons que le « party a pogné »...

« J'ai toujours dit à mon frère et mes soeurs que j'allais partager avec eux si jamais je gagnais. Donc j'ai tenu parole, raconte Marc. Et c'est sûr que je vais continuer de prendre bien soin de ma mère. Elle a peur que cet argent vienne bouleverser nos vies. Mais je l'ai rassurée. Je lui ai dit de ne pas s'inquiéter et que cet argent n'allait pas changer ses quatre enfants. »

La famille Lachance se partagera donc 25 millions $. Quelqu'un a dit : nom prédestiné ?

Revenons à samedi, fin d'après-midi. Louis, Stéphanie et leur fille de deux ans sont en route pour un souper chez les parents de Louis. Mais Stéphanie doit arrêter un instant au Couche-Tard du chemin Vanier. Et comme elle allait payer pour ses achats, le commis du dépanneur lui demande la sempiternelle question : « un 6-49 avec ça ? » Stéphanie ne joue presque jamais. Et elle répond habituellement : « non merci ». Mais ce jour-là, en pensant à son « chum » qui venait de se disloquer l'épaule au travail, elle a répondu : « oui, nous en avons bien besoin en ce moment ».

Bonne réponse, Stéphanie. Parce que le lendemain matin, lorsque Louis a vérifié les combinaisons gagnantes de la loterie du soir précédent, il est tombé à genoux en pleurant et en criant : « le million ! Le million ! » Ce jeune couple avait la combinaison gagnante de ce que Loto-Québec appelle « le million garanti ».

Mais toujours incrédules devant ce coup de veine, ils sont retournés au dépanneur, toujours vêtus de leurs pyjamas et la « p'tite » dans les bras de sa mère, pour aller s'assurer qu'ils ne rêvaient pas !

Louis et Stéphanie songent depuis un certain temps au mariage. Ensemble depuis plus de huit ans, les deux tourtereaux attendaient de pouvoir se permettre un jour une noce digne de leur amour.

Et lorsqu'ils sont revenus du dépanneur dimanche, maintenant certains qu'ils étaient bel et bien millionnaires, Louis a dit à Stéphanie : « Je vais te l'avoir, la bague. On va te l'avoir, le mariage. »

L'argent ne fait pas le bonheur, dit-on. Et c'est sûrement vrai. Sauf que...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer