Le «coeur» du village

Nathalie Périard a installé un portemanteau sur le... (Courtoisie)

Agrandir

Nathalie Périard a installé un portemanteau sur le trottoir devant son studio de coiffure et de beauté, à Saint-André-Avellin, dans la Petite-Nation.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Ce n'est pas le premier endroit qu'on visiterait pour se procurer un manteau d'hiver, mais ils sont là. À la vue de tous. Et gratuits à part ça.

Oui, gratuits. À donner. Et vous les trouverez sur un portemanteau installé sur le trottoir devant le Studio Cabotine, à Saint-André-Avellin, dans la Petite-Nation.

C'est la propriétaire de ce studio de coiffure et de beauté, Natalie Périard, qui a eu cette idée dans le but d'aider les plus démunis de son coin de pays. Et ce n'est vraiment pas compliqué, comme système. C'est même brillant par sa simplicité. 

Vous avez un manteau d'hiver propre et en bon état à donner ? Vous n'avez qu'à le laisser sur ce portemanteau qui se trouve en permanence, 24 heures par jour, devant le Studio Cabotine, au coeur de Saint-André-Avellin. Vous avez besoin d'un manteau d'hiver, mais n'avez pas les moyens de vous en acheter un ? Pas de problème. Passez devant le 130 Principale et, comme dit l'affiche collée au portemanteau: «prenez-moi, c'est gratuit».

«Il y a beaucoup de gens dans le besoin dans la Petite-Nation, explique Natalie Périard. Donc je voulais faire ma part pour les aider et j'ai pensé à cette façon de faire la semaine dernière. Et ça fonctionne très bien. J'ai commencé mardi dernier et déjà beaucoup de clientes et clients ont offert des manteaux. J'ai des amis aussi et des gens du village qui en laissent pour les enfants, les adolescents et les adultes. Et je laisse ces manteaux devant le studio 24 heures par jour pour les gens qui seraient un peu gênés de venir s'en procurer le jour. Ces gens peuvent donc passer le soir, quand il fait noir, donc sans être vus ou jugés. Une cliente m'a demandé l'autre jour: 'tu n'as pas peur de te les faire voler ?'. Sa question m'a un peu surprise. Je n'y avais même pas pensé. Mais je suis le genre qui fait confiance à la vie. Et il n'y a pas eu de vol jusqu'à maintenant.

«Ce que j'aimerais voir, poursuit-elle, c'est que mon idée fasse le tour de la Petite-Nation et de l'Outaouais et que chaque village ait un endroit où les démunis pourraient se procurer gratuitement des vêtements chauds pour l'hiver. Ce n'est pas compliqué. Et ça fonctionne !».

En fait, ça fonctionne si bien que Mme Périard songe aujourd'hui à poursuivre l'offre 12 mois par année. Parce que la pauvreté n'a pas de saison, se dit-elle. «On pourrait laisser le portemanteau devant le studio pour des vêtements de printemps et d'été. J'y pense. On verra. Je pense que ce serait une bonne idée.» 

Natalie Périard est issue d'une famille de 10 enfants de Montebello. «Et nous n'étions pas riches, lance-t-elle. Mais malgré ça, ma mère a toujours tricoté des foulards et des bas pour les personnes dans le besoin de notre village. J'ai donc appris très jeune l'importance de l'entraide et de la générosité. Je donne avec mon coeur.»

Mme Périard a ouvert son studio de coiffure dans sa résidence de Saint-André-Avellin, il y a 13 ans. «J'étais coiffeuse, mais j'ai travaillé quelques années comme technicienne en pharmacie, raconte-t-elle. Mais il y a 13 ans, je suis revenue à ma passion: la coiffure. J'ai commencé très simplement dans ma maison. Et aujourd'hui, je compte neuf employés et nous offrons au studio toute une gamme de services.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer