Parce que nous sommes à Ottawa

Quelqu'un devra dire à Justin Trudeau qu'il existe... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Quelqu'un devra dire à Justin Trudeau qu'il existe une frontière provinciale et quelques différences entre Ottawa et Gatineau avant qu'il ne dise d'autres bêtises.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Comme ça, notre premier ministre pense que les villes d'Ottawa et de Gatineau ne font qu'une.

En tout cas, c'est ce que Justin Trudeau a laissé entendre l'autre soir à la télévision de Radio-Canada. Vous l'avez sûrement vu et entendu, chers lecteurs, mais voici...

 Lorsqu'un téléspectateur lui a demandé via Internet s'il pouvait faire quelque chose, à titre de premier ministre du Canada, afin que la Ville d'Ottawa - la capitale du pays - soit officiellement désignée bilingue, Trudeau a répondu par la question suivante: «Est-ce que la Ville de Gatineau serait ouverte à devenir bilingue ?».

Hein ? Je pense que tous les francophones d'Ottawa ont poussé un long «HEIN !?» collectif. Les Gatinois aussi. Faut-il conclure que ces deux villes distinctes ne font qu'une aux yeux du fédéral ? Hein ?

Justin Trudeau habite Ottawa. Quelqu'un devra donc lui dire qu'il existe une frontière provinciale et quelques différences entre Ottawa et Gatineau avant qu'il ne dise d'autres bêtises. Et puisque je suis toujours prêt à aider quelqu'un dans le besoin, je me porte volontaire pour clarifier quelques petites choses auprès de notre premier ministre franco-ontarien. (Oui, Justin Trudeau est un Franco-Ontarien né à Ottawa. Que ça lui plaise ou non...).

Alors voici quelques détails à savoir lorsqu'on habite notre belle région frontalière (c'est ici, ça, M. Trudeau). Il y a plein de différences entre les deux, mais en voici quelques-unes, Monsieur le premier ministre.

La bière et le vin

D'abord, la bière et les cigarettes coûtent moins chères au Québec. Tandis que le vin est moins dispendieux à Ottawa qu'à Gatineau. Tout le monde dans la région sait ça. Je sais que vous ne fumez pas, M. Trudeau. Et je doute que vous soyez un très grand consommateur de Labatt ou de Wild Cat. Donc tenez-vous en au LCBO pour votre «p'tit rouge» et tout ira bien.

Les garderies

Puisque vous êtes père de trois jeunes enfants, M. Trudeau, vous devez savoir qu'une garderie à Gatineau vous coûtera 7 $ par jour. Tandis qu'une garderie à Ottawa peut coûter jusqu'à 700 $ par jour. Bon, je vous l'accorde, j'exagère un peu. Je blague, en fait. Une garderie d'Ottawa ne vous coûtera que 600 $ par jour.

Les pneus d'hiver

Autre chose qu'il est très important de savoir, Monsieur le premier ministre, c'est qu'au Québec, les pneus d'hiver doivent être obligatoirement posés sur votre voiture avant le 15 décembre. Tandis que les pneus d'hiver ne sont pas obligatoires en Ontario. Mais entre vous et moi, M. Trudeau, c'est-à-dire entre deux Franco-Ontariens d'Ottawa, je vous recommande fortement de rouler avec des pneus d'hiver, même s'ils ne sont pas obligatoires du côté d'Ottawa. 

Parce que ça vient long de toujours devoir installer nos pneus d'hiver chaque fois qu'on veut traverser le pont pour se rendre à Gatineau. 

L'an dernier, j'ai fait poser mes pneus d'hiver 73 fois entre décembre et avril. C'était le prix à payer pour aller visiter ma belle-famille et pour me procurer de la bière à moindre coût.

Le hockey

Aimez-vous le hockey, M. Trudeau ? Si oui, il faut que vous sachiez que la majorité des Gatinois sont partisans du Canadien de Montréal. Tandis que la grande majorité des Franco-Ontariens d'Ottawa sont partisans... du Canadien de Montréal. C'est mêlant, je le sais.

Mais parlant de hockey, sachez qu'on construira «bientôt» un nouvel amphithéâtre pour les Sénateurs d'Ottawa en plein centre-ville. Tandis qu'à Gatineau, le nouvel amphithéâtre pour les Olympiques devrait ouvrir ses portes d'ici... d'ici... disons que votre fils de deux ans, Hadrian, sera probablement premier ministre du Canada rendu là.

J'espère avoir réussi à éclaircir quelques points, M. Trudeau. Et si jamais vous vous demandez pourquoi les francophones d'Ottawa insistent tant pour que leur ville soit désignée officiellement bilingue, la réponse est bien simple: parce que nous sommes en 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer