La relève

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On les appelait les «TLM». Ils étaient de toutes les luttes franco-ontariennes.
On se battait pour une éducation par et pour les francophones de l'Ontario? Les TLM y étaient. Pour une loi afin d'obtenir des services gouvernementaux dans notre langue maternelle? «Go TLM go!» Ou encore pour sauver notre hôpital? Les TLM étaient au front.
TLM: acronyme pour «Toujours les mêmes».

Mais qu'adviendra-t-il quand ces TLM seront devenus trop fatigués pour poursuivre le combat? À qui passeront-ils le flambeau? On se posait souvent la question dans la communauté franco-ontarienne. Et je m'assurais toujours de poser cette question aux Lalonde, Grandmaître, Bradet, Cousineau et tous les autres TLM de ce monde. «La jeunesse franco-ontarienne vous inspire-t-elle confiance?», leur demandais-je. Et leur réponse était aussi prévisible que les grands froids de janvier: «Il faudrait que les jeunes s'impliquent davantage», répondaient-ils.

Alors les jeunes les ont écoutés. Et ils ont commencé à s'impliquer. Tant dans leur milieu scolaire que communautaire. Encouragés et guidés par la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) et le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), les jeunes ont commencé à prendre leur place. La place qui leur revient.

La nouvelle présidente de l'ACFO d'Ottawa, Ajà Besler, 28 ans, m'a bien expliqué le «phénomène» quand nous avons pris un café ensemble, en septembre dernier.

«Je me suis impliquée avec la FESFO quand j'étais au secondaire, a-t-elle dit. (Elle a grandi et fait son secondaire à Sarnia, dans le sud-ouest de l'Ontario.) Et à la FESFO, on nous a fait comprendre l'importance de s'impliquer dans la communauté francophone de l'Ontario, et pas juste dans les questions qui touchent la jeunesse. La FESFO a aidé plusieurs jeunes à se faire élire au sein des conseils d'administration de différents organismes franco-ontariens.»

Durant son adolescence, Ajà Besler a siégé aux conseils d'administration de l'ACFO de Sarnia-London et du Carrefour des femmes du sud-ouest de l'Ontario, pour ne nommer que ces deux organismes. Déménagée à Ottawa pour son travail à titre de coordonnatrice des projets spéciaux à l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), elle a été élue sans opposition à la présidence de l'ACFO d'Ottawa en septembre dernier.

«Mon implication avec la FESFO, au secondaire, m'a permis de découvrir qui je suis, a-t-elle dit. J'ai découvert différentes réalités partout en Ontario. Et aujourd'hui, j'ai besoin de savoir que je contribue à quelque chose et que je bâtis quelque chose.»

Cette dernière phrase peut rassurer tous les TLM en province. Les jeunes sont bel et bien là, prêts au combat. Et ils attendent juste que vous leur tendiez le flambeau et que vous leur fassiez une place à la table. Leur place.

L'université «franco»

Autre exemple que les jeunes Franco-Ontariens sont alive and well: l'implication et le leadership du RÉFO dans l'obtention d'une université franco-ontarienne. Ce sont les jeunes, les étudiants, qui revendiquent cette institution depuis le début de cette «lutte». Ce sont les jeunes qui sont montés au front.

Or, le gouvernement de l'Ontario a dévoilé lundi les noms des six membres du conseil de planification, présidé par Dyane Adam, chargé de se pencher sur l'éventuelle création de cette université «franco» dans le centre et le sud-ouest de l'Ontario. Mais de ces six personnes choisies toutes compétentes, j'en suis sûr aucune ne provient de la communauté étudiante. Les jeunes s'impliquent, comme le souhaitent et rêvent depuis toujours les TLM, mais voilà qu'on leur tourne le dos.

Le directeur général du RÉFO, Alain Dupuis, a bien résumé la situation dans un entretien à TFO. Voici ce qu'il a dit: «si l'on veut créer une université de l'avenir qui va répondre aux attentes de la prochaine génération, il faudrait que cette prochaine génération soit à la table». Bien dit, M.Dupuis.

«Notre place, aujourd'hui pour demain», chantait Paul Demers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer