Trump s'immisce dans Ottawa-Vanier

Les libéraux dans Ottawa-Vanier comptent dénigrer le candidat... (Photo Archives, Associated Press)

Agrandir

Les libéraux dans Ottawa-Vanier comptent dénigrer le candidat progressiste-conservateur, André Marin, en le comparant indirectement à Donald Trump.

Photo Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Les libéraux d'Ottawa-Vanier commencent-ils à sentir la soupe chaude ? Craignent-ils de perdre cette circonscription qui est rouge, voire écarlate, depuis 45 ans ?  La question se pose. Parce que la stratégie des libéraux pour remporter l'élection partielle de jeudi semble sombrer ces jours-ci dans de la petite politique sale et indigne du Parti libéral de l'Ontario et de ses membres.

L'équipe de la candidate libérale dans Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, a émis un communiqué de presse lundi pour annoncer la stratégie qu'elle suivra d'ici jeudi, jour du vote. Plutôt curieux pour une équipe électorale d'émettre sa stratégie, son plan d'action. En fait, c'est du jamais-vu. N'aurait-il pas été plus simple d'appeler directement les adversaires de Mme Des Rosiers pour les prévenir ? Donc cette stratégie rendue publique se résume pas mal à deux choses : faire sortir le vote et dénigrer le candidat progressiste-conservateur, André Marin, en le comparant indirectement à Donald Trump. Je ne blague pas. C'est la stratégie libérale. Au diable les idées nouvelles pour améliorer la qualité de vie des citoyens d'Ottawa-Vanier. Assurons-nous plutôt que ces derniers sortent voter. Et qu'ils pensent, une fois sortis, qu'un vote pour Marin est ni plus ni moins qu'un vote pour Trump. 

La stratégie de l'équipe libérale a trois composantes. La première se lit comme suit dans le communiqué de presse : « Se servir des élections américaines pour souligner l'importance du vote. » Comment les libéraux y parviendront-ils ? C'est bien simple. Avec une déclaration toute prête de la députée libérale d'Orléans et ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario, Marie-France Lalonde, qui se lit comme suit : « Durant la récente élection américaine, des millions de démocrates sont restés à la maison. Ils n'ont pas voté, maintenant ils le regrettent. »      

Donc si l'électeur d'Ottawa-Vanier un peu naïf que je suis comprend bien, je dois m'assurer d'aller voter jeudi pour éviter qu'on se retrouve avec un Donald Trump à Queen's Park ? C'est ça ? Ai-je bien compris ? Ouf ! Et moi qui remettais en question l'importance de mon vote... Merci Mme Lalonde ! (Misère...)

Deuxième composante de la stratégie de l'équipe libérale : « Continuer de mettre en évidence les forces de Nathalie », peut-on lire. Évidemment. 

Et la troisième est de - et je cite - « s'assurer que les électeurs (...) comprennent pour qui ils votent vraiment en votant pour André Marin. La semaine dernière, la directrice de la campagne de Marin (...) a émis un tweet de soutien pour Trump. Le tweet a été rapidement supprimé lorsqu'ils ont pris conscience que les valeurs de Donald Trump n'étaient pas les mêmes que celles de notre communauté. Les électeurs doivent le savoir et la campagne (de Nathalie Des Rosiers) s'assurera qu'ils le savent... » Doit-on comprendre qu'une « crampe cérébrale » passagère partagée brièvement sur les réseaux sociaux par la directrice de la campagne d'André Marin reflète les valeurs du candidat progressiste-conservateur ? Si oui, quelqu'un a dit : tiré par les cheveux ?

Plutôt bas comme stratégie, chers libéraux. Indigne, même.

•••

Je vous ai parlé du jeune Gatinois Yonathan Chelly dans une chronique publiée à l'été 2015 (Le sourire de Yonathan). Ce petit bonhomme de huit ans est né avec une fente labio-palatine, communément appelée un « bec-de-lièvre ». Il a déjà subi six chirurgies et d'autres l'attendent ces prochaines années. Et Yonathan a aujourd'hui besoin d'appareils maxillo-faciaux pour la reconstruction de sa mâchoire, une chirurgie non couverte par la Régie de l'assurance-maladie du Québec. Sa mère monoparentale, Nathalie Chelly, organise un souper-spaghetti pour amasser des fonds qui l'aideront à défrayer les coûts pour ces appareils. Ce souper se tiendra samedi (le 19 novembre), à 17 h, au sous-sol de la paroisse Saint-Alexandre, 1 chemin des Érables, à Gatineau. Le coût est de 14 $. Pour des billets : Nathalie Chelly : 819-790-0370 ou le 819-778-4062.

Erratum

Dans ma chronique du 9 novembre dernier intitulée Aubaine record à 1,6 million $, j'ai écrit qu'une maison du secteur Hull avait récemment été vendue au coût de 1,6 million $. Et j'ai laissé entendre que cette maison unifamiliale valait 2,3 millions $. En fait, elle était évaluée à un peu plus de 1,4 million $ avant la vente. Toutes mes excuses aux personnes concernées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer