Une bonne place

L'auteur-compositeur-interprète, Paul Demers, est décédé samedi dernier.... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

L'auteur-compositeur-interprète, Paul Demers, est décédé samedi dernier.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Est-ce que le gouvernement de l'Ontario pourrait rendre hommage à Paul Demers en nommant un lieu en sa mémoire ? Est-ce trop tôt pour poser la question ?

L'auteur-compositeur-interprète, Paul Demers, celui qui a écrit les paroles de « l'hymne franco-ontarien », Notre Place,  est décédé samedi dernier à l'âge de 60 ans après une longue lutte contre le cancer. À peine trois jours se sont écoulés depuis son départ. Donc est-ce trop tôt pour demander aux élus s'ils poseront un geste afin qu'il ne soit jamais oublié ?

Peut-être. Mais c'est un réflexe que nous avons tous. On l'a d'ailleurs eu en août dernier quand le député fédéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, a quitté ce monde. 

On veut souligner la contribution de ces « grands » à la société. On veut s'assurer qu'ils ne soient jamais oubliés. On veut se rappeler d'eux. Pour ce qu'ils ont fait. Pour ce qu'ils nous ont légué. Et pour ce qu'ils étaient. Et c'est tout à fait normal et justifié. 

Je reviens donc à ma question : est-ce trop tôt pour demander qu'un hommage soit rendu à Paul Demers en nommant un lieu précis en sa mémoire ? 

Il semble que non. Le collègue Jean-Marc Dufresne, de la radio Unique FM, a posé la question lundi à la ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario, Marie-France Lalonde. Et celle-ci s'est dite bien ouverte à toute suggestion.

« Tout est possible, a-t-elle dit. Nous serons très réceptifs aux idées soulevées. On doit penser à une façon qu'on peut partager tous ensemble comment se remémorer M. Demers. Et les Franco-Ontariens sont bons pour trouver des idées créatives », d'ajouter la ministre Lalonde. 

Puis elle a laissé savoir que toute suggestion à ce sujet pourrait être transmise à son bureau.

Une salle de spectacle ou tout autre endroit lié au monde des arts, de la culture et de la musique est la première idée qui me vient en tête pour honorer l'artiste. La salle Paul-Demers. Ce serait bien. 

Mais les temps on changé. Et aujourd'hui, bien... comme dirait nos amis anglos : money talks. Pas pour rien, par exemple, que l'ancien Palladium, là où jouent les Sénateurs d'Ottawa depuis une vingtaine d'années, se nomme aujourd'hui le Centre Canadian Tire. Et ce n'est pas pour les beaux yeux du promoteur et président de Brigil, Gilles Desjardins, que la Nouvelle Scène à Ottawa porte aujourd'hui le nom de ce dernier. M. Desjardins a offert un don d'un million $ l'an dernier à ce lieu de culture franco-ontarien. Ce n'est pas rien. Et on parle aujourd'hui de la Nouvelle Scène Gilles Desjardins. Et c'est bien correct comme ça.  

Une école, alors ? L'école Paul-Demers ? Ce ne serait pas bête. Même si le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est vient tout juste d'inaugurer l'école élémentaire catholique Notre-Place, à Orléans. Un nom choisi pour, justement, perpétuer cet « hymne » et cet oeuvre de l'ami Paul. Et pour aussi souligner sa contribution à la communauté franco-ontarienne.

Mais le monde scolaire serait effectivement un endroit approprié pour se remémorer Paul Demers, lui qui, de façon parallèle à sa carrière musicale, était animateur culturel au collège catholique Samuel-Genest d'Ottawa jusqu'à ce que sa maladie le pousse à la retraite.

Avez-vous des idées, chers lecteurs ? Des suggestions ?

Si oui, voici le numéro de téléphone et l'adresse courriel du bureau de circonscription (à Orléans) de la ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde : 613-834-8679, mflalonde.mpp.co@liberal.ola.org.

Ne vous gênez pas, Mme Lalonde n'attend que ça. Et elle nous trouve créatifs, a-t-elle dit...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer