Kitty le clown ne rit plus

Kitty le clown ne rit plus. «Le téléphone... (Courtoisie)

Agrandir

Kitty le clown ne rit plus. «Le téléphone (à la Clownatec) sonne de moins en moins depuis l'arrivée de ce phénomène des clowns sinistres», déplore celle qu'on connaît aussi sous le nom de Michelle Lafontaine.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Les clowns sont tristes. Et il n'y a rien de plus déprimant dans la vie qu'un clown triste.

Nos pauvres bouffons se font arrêter et interpeller par la police. On les invite de moins en moins aux fêtes d'enfants. On les boude. On les craint. On les juge.

Et pourtant... C'est inoffensif, un clown. C'est gentil, un clown. Ça passe sa vie à semer des sourires, un clown! N'y a-t-il pas plus noble et plus admirable comme vocation? Pourquoi sont-ils soudainement devenus «bouffona non grata»?

À cause du phénomène des clowns terrifiants. Voilà pourquoi. Ce phénomène a pris naissance aux États-Unis et il se propage maintenant un peu partout au Canada. Et la grande région d'Ottawa-Gatineau n'y échappe pas.

C'est quoi ce phénomène du clown terrifiant, demandez-vous? Non, je ne parle pas du candidat républicain à la présidence des États-Unis, Donald Trump. Bien que...

Cette pratique, ou ce phénomène, consiste plutôt à se déguiser en clown terrifiant et abominable, scie à chaîne ou toute autre arme en main, et à surprendre les gens pour leur faire peur. Certains filment la scène pour ensuite la diffuser sur les réseaux sociaux. 

On se souvient qu'en août dernier, à Gatineau, des adolescents portant des masques de clowns et brandissant une chaîne auraient poursuivi un enfant de 11 ans qui s'amusait dans un parc en plein après-midi. La police de Gatineau a ouvert une enquête, mais aucune accusation n'a été portée contre eux. 

La semaine dernière, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est de l'Ontario, qui compte 52 écoles dans la grande région d'Ottawa, ainsi que le Conseil scolaire Viamonde, dans le sud de la province, ont fait parvenir un message aux parents pour les inviter à rassurer leurs enfants face à ce phénomène et à les encourager à dénoncer tout acte répréhensible. Mieux vaut prévenir que guérir, quoi.

Et pas plus tard que mardi, la police de Gatineau révélait qu'elle avait mis la main au collet d'un autre supposé méchant «clown» qui terrifiait et menaçait des élèves du secondaire sur Facebook.

***

Donc toute cette histoire rend les clowns tristes, disais-je. C'est-à-dire les vrais clowns.

Michelle Lafontaine - alias Kitty le clown - est présidente de la Clownatec, à Gatineau. Il s'agit d'une entreprise en affaires depuis plus de 25 ans et qui compte quatre clowns professionnels qui se partagent de 10 à 15 contrats par semaine. Fêtes d'enfants, fêtes à la garderie, visites dans les écoles et le reste... c'est Kitty le clown à la Clownatec qu'on appelle. Rires, bonheur et sourires garantis.

Mais Kitty ne rit plus. «Le téléphone (à la Clownatec) sonne de moins en moins depuis l'arrivée de ce phénomène des clowns sinistres, déplore Mme Lafontaine. Ces personnes déguisées pour effrayer menacent réellement le gagne-pain des vrais clowns puisque les gens sont devenus plus craintifs à l'égard des clowns. Et il y a quelques jours, l'un de mes clowns qui se rendait en voiture à une fête d'enfants a été arrêté et interpellé par les policiers pour une vérification d'identité. Ils lui ont demandé où il allait, pour qui il travaillait et le reste. Et à la police de Gatineau, on m'a prévenue que ces vérifications auprès de mes clowns allaient se produire de plus en plus.»

«Je comprends que les policiers ne font que leur travail et qu'ils ne cherchent qu'à prévenir des situations fâcheuses, ajoute-t-elle. Mais j'aimerais rassurer les gens que les clowns de la Clownatec sont des professionnels qui ont accumulé 200 heures de pratique avant de donner leur premier spectacle. Et leur seul et unique but est de faire sourire les gens et de laisser un souvenir mémorable aux enfants.»

Alors voilà. Kitty le clown a parlé. Redonnons aux clowns - aux vrais clowns - leur sourire. Et retrouvons du même coup le nôtre.

Car il n'y a rien de plus déprimant dans la vie qu'un clown triste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer