Un trésor de souvenirs

Aujourd'hui, le Camp de l'amitié est ouvert 11 mois... (Courtoisie)

Agrandir

Aujourd'hui, le Camp de l'amitié est ouvert 11 mois par année et compte 16 bâtiments construits sur 80 acres de terrain, une chapelle, des dortoirs pouvant accueillir plus de 200 personnes, une salle de jeux, des terrains de baseball et de soccer, des chalets à louer, des salles de réunion, une plage...

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / L'archidiocèse d'Ottawa se départira bientôt de son Camp de l'amitié. Cette base de plein air située à Val-des-Bois, en Outaouais, sera mise en vente au cours de la prochaine année.

Si vous avez grandi à Vanier et les environs dans les années 1960, 1970 ou 1980, vous connaissez sûrement le Camp de l'amitié. Vous avez peut-être même séjourné à cet endroit. Parce que nous sommes des milliers de Franco-Ontariens qui avons profité de ce camp dans notre jeunesse. Personnellement, j'avais 11 ans quand mon frère Jean-Pierre et moi avons passé deux semaines là-bas, à Val-des-Bois. Deux semaines inoubliables.

C'est quoi, le Camp de l'amitié, demandent ceux qui n'ont jamais entendu parler de ce lieu? En deux mots, c'est l'oeuvre du père Montfortain, (feu) le père Armand Fournier, de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes, à Vanier.

Ce dernier voulait aider à sa façon les jeunes de Vanier. On comptait plusieurs «grosses» familles catholiques à l'époque dans cette ancienne municipalité. (Chez nous, nous étions sept enfants. La norme, quoi...) Et la plupart de ces clans francophones ne roulaient pas sur l'or. Donc en 1964, le père Fournier a déniché cette terre à Val-des-Bois, aux abords du lac de l'Orignal, où les scouts, les guides, les enfants de choeur et les enfants défavorisés - la jeunesse vaniéroise, bref - pourraient passer quelques semaines durant l'été. Quelques semaines loin du béton, loin de la ville et loin de l'école.

Puis au fil des années, de don en don, de quête en quête et avec l'aide de la congrégation des Montfortains et de la générosité des paroissiens, le père Fournier a développé ce qui n'était ni plus ni moins qu'un «champ de vaches» en un endroit extraordinaire.

Aujourd'hui, le Camp de l'amitié est ouvert 11 mois par année et compte 16 bâtiments construits sur 80 acres de terrain, une chapelle, des dortoirs pouvant accueillir plus de 200 personnes, une salle de jeux, des terrains de baseball et de soccer, des chalets à louer, des salles de réunion, une plage... Une base de plein air, quoi. Un petit trésor de l'Outaouais.    

Donc, la question qui se pose est celle-ci: pourquoi l'archidiocèse d'Ottawa veut-il s'en départir?

«Parce que le Camp de l'amitié ne répond plus à la mission de la paroisse, de répondre le curé Gaétan Ouimet, de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes. Il n'y a presque plus personne d'ici (de Vanier et de l'Est ontarien) qui en bénéficie. Ce sont aujourd'hui des gens du Québec qui en bénéficient.»

L'archidiocèse d'Ottawa n'administre plus le Camp de l'amitié depuis un certain temps. La gestion de l'endroit est maintenant assurée par une corporation dûment enregistrée auprès du gouvernement du Québec. L'archidiocèse d'Ottawa ne fait que louer son terrain.

Et le Camp de l'amitié étant maintenant sous la gouverne d'une corporation, celle-ci peut compter sur des subventions du gouvernement du Québec pour administrer et animer cette base de plein air. Et puisque ce gouvernement finance partiellement l'endroit, la priorité est donnée aux usagers qui résident dans la Belle Province.

«Le gouvernement de l'Ontario ne donne rien puisque le camp est situé au Québec», de préciser le curé Ouimet.

Voilà les raisons pour lesquelles l'archidiocèse d'Ottawa se départira bientôt de l'endroit.

Que restera-t-il de tout ça pour les «vieux» Franco-Ontariens comme moi marqués par leur passage au Camp de l'amitié dans leur enfance?

Un brin de nostalgie, certes. Une profonde gratitude envers le père Fournier. Et de doux souvenirs gravés à tout jamais dans notre mémoire et dans notre coeur.

Et tout ça n'a pas de prix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer